chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

16 - Zoloft Smile

Chronique

16 Zoloft Smile
Cliché poétique de chroniqueur numéro 2346 : « tel groupe / tel album / tel style, c'est la vie ».

Bien sûr que non, tout cela n'est pas la vie. Et heureusement ! Ça vous titille, vous, d'écouter une musique qui rappelle les grands moments d'ennui ou de tranquillité quotidiens, avec quelques brefs, toujours trop brefs, instants où quelque chose se passe, une idée, une émotion forte, que sais-je ? La musique, quand elle est bien faite, est d'un autre acabit : un divertissement qui devient un fantasme, une vision de ce que pourrait être un vécu dans une certaine forme de paradis (ou d'enfer pour nos amis masochistes). Ce n'est pas la vie. C'est bien mieux que ça.

Il est tentant de faire de Zoloft Smile un album qui est « la vie ». Désir compréhensible, tant Cris Jerue et sa bande se font le miroir d'une certaine réalité. Il suffit de voir cette pochette, abandonnant les hallucinations d'autrefois pour une cruelle, concrète, peinture de la rue et ce qu'elle chie d'êtres humains en bout de course. Contenant au diapason du contenu, fait de riffs bétons, voix grise, structures qui traversent en dehors des clous et breaks qui attendent en bas des immeubles une clientèle prête à se recroqueviller dans des décharges, celles en périphérie des villes comme celles qu'on prend pour oublier que tout est dur. Bagarre externe et interne, cris, douleurs, os qui craquent, mains qui couvrent la tête quand un souvenir traumatisant enfonce la porte de notre esprit... Il est tentant de faire de Zoloft Smile un album qui est « la vie », la nôtre, la leur, celle de tous, tant il transpire une certaine rage, un certain pic d'intensité, où il ne s'agit plus de tourner autour du pot mais de déverser toute la merde qu'il contient sur soi et les autres.

Mais non, tout cela n'est pas la vie. J'aimerais qu'elle le soit, qu'elle soit cet incendie des corps et des pensées, qu'elle soit incandescente comme ici, qu'elle me laisse cramé, si brûlé qu'elle fait de mes yeux des vitres, regard coupant, intentions translucides. Zoloft Smile, puisqu'il faut bien le définir, est un roman, une construction de plus, mais brillante, type polar noir contemporain. Une fiction d'hommes, qui s'adresse aux hommes. Une lecture à faire au tord-boyaux, du genre qui rappelle l'origine de l'expression. Le disque qui me fait oublier que je suis Tristan, la trentaine, homme gentil dans une vie sage. Qui me fait rêver à une autre possibilité, par transfert. Comme un bouquin de Tim Willocks. Comme un bouquin de Harry Crews.

« Damone », « Born to Lose », « Workplace on Fire », « Hearing Voices », « You're Not My Real Dad »… Tant de chapitres qui racontent les égouts, qui font le diaporama de cités que je ne verrai jamais, m'offrent une vision globale de déambulations urbaines mieux que n'importe quelle cartographie, me font ressentir une détresse sociale et intime mieux que n'importe quel psycho-sociologue. Aucun doute, 16 a toujours œuvré à narrer ces sujets-là et, toujours, il l'a fait avec un talent certain. Mais Zoloft Smile, avec ses industries qui se devinent au loin, sa rythmique au poil comme une journée « métro-boulot-dodo », ses punchlines qui ont la puissance métallique d'une gouttière utilisée comme batte, ses mélodies cassées, stridentes, anguleuses comme des appartements de banlieue si ternes et proches les uns des autres qu'aller en prison se voit comme un déménagement... Zoloft Smile est un peu plus que tout cela.

Bref, ces quelques mots pour dire que la musique, ce n'est pas la vie, et que, décidément, c'est bien dommage. Car l'on sent à l'écoute de Zoloft Smile une similitude, au fond, un sentiment de fraternité donnant envie d'être comme ses protagonistes, ses anti-héros humains-trop-humains. Pas de bol, nous, on est de l'autre côté, dans la vie, à faire avec. Je vous laisse, j'ai des fiches de lecture à synthétiser et de la vaisselle à astiquer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

choochoo citer
choochoo
06/06/2020 21:48
note: 9.5/10
L'authenticité sociale acerbe

Un fondamental
gulo gulo citer
gulo gulo
21/07/2017 14:13
note: 9/10
Une raclée historique, tu veux dire.
RBD citer
RBD
21/07/2017 13:28
Je ne suis pas étonné ; je les ai vus il y a bien des années dans la cave de ce qui n'était pas encore le Black Sheep et ils nous avaient mis une bonne fessée. Pourtant je commençais à être blasé en matière de Sludge, Noise et compagnie.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
17/07/2017 20:17
Sacrée plume le père Ikea! Bon album (mais pas aussi enthousiaste que toi)
lkea citer
lkea
17/07/2017 17:14
note: 10/10
Tente les autres alors ("Drop Out" en particulier), ils peuvent te plaire !
tasserholf citer
tasserholf
17/07/2017 15:07
Bon vu que t'as mis 10/10 j'ai dépassé mes a priori et écouté l'album en entier et....
Ben en fait le sludge ça peut ne pas être chiant comme un jour de pluie.
Mention spéciale aux vocaux qui sont à 90% dans le fait que j'ai pu écouter tout le disque et même apprécier.
AxGxB citer
AxGxB
17/07/2017 13:35
note: 9/10
Probablement leur meilleur album en ce qui me concerne. Un disque sacrément costaud et d'une noirceur absolue.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
16
Sludge / Noisecore
2002 - At A Loss Recordings
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (6)  8.83/10
Webzines : (5)  7.07/10

plus d'infos sur
16
16
Sludge / Noisecore / Stoner / Grunge - 1991 - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Balloon Knot
Balloon Knot
16

Extrait de "Zoloft Smile"
  

tracklist
01.   Damone
02.   Hearing Voices
03.   Zoloft Smile
04.   Balloon Knot
05.   Workplace on Fire
06.   Born to Lose
07.   Grip of Delusion
08.   Aging Disgracefully
09.   You're Not My Real Dad
10.   Poverty

Durée : 33 minutes 3 secondes

line up
voir aussi
16
16
Curves That Kick

1993 - Bacteria Sour Records
  
16
16
Dream Squasher

2020 - Relapse Records
  
16
16
Drop Out

1996 - Pessimiser Records / Theologian Records
  
16
16
Bridges To Burn

2009 - Relapse Records
  
16
16
Lifespan of a Moth

2016 - Relapse Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique