chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
108 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Judas Iscariot - Distant in Solitary Night

Chronique

Judas Iscariot Distant in Solitary Night
Les classiques de Sakrifiss 10/12

Ouh là. On arrive déjà au dixième album culte... Je devais à l’origine parler de petits groupes, peut-être moins connus et moins cités par les fans de black metal, mais après avoir chroniqué BLACK CIRCLE le mois dernier, j’ai remarqué que sur Thrashocore, il n’y avait pas de chros de JUDAS ISCARIOT ! Le groupe qui a beaucoup influencé le Norvégien cité plus haut et qui surtout constitue pour moi le summum du talent dans le black metal aux côtés de LUNAR AURORA.

Et je n’exagère pas. Beaucoup d’entre vous partagent mon ressenti à propos de cet américain, et au lieu d’un « classique de Sakrifiss », c’est plutôt un classique « tout court » qui approche. JUDAS ISCARIOT est un groupe culte. C’est difficile de le mettre au même niveau que les DARKTHRONE, BURZUM, MAYHEM ou SATYRICON, mais uniquement pour des raisons chronologiques. Niveau musical, je suis encore plus emballé par les compositions d’Akhenaten que par nos diablotins européens.

L’un des gros avantages de JUDAS ISCARIOT, qui le rend encore plus fort que les autres, c’est la qualité de sa discographie toute entière. Les 7 albums sortis entre 1996 et 2002 sont tous des pièces de choix. Même les EP valent le coup ! Il n’y a guère que BRANIKALD, FOREST et BILSKIRNIR qui ont tout aussi réussi à me convaincre à chacune de leurs sorties.

Du coup, comment choisir un seul album, un seul pour mes « classiques » ? Eh bien presque au pif, car même en réécoutant toutes les sorties, je n’arrivais pas à me décider. C’est donc sur Distant in Solitary Night que je me penche, en partie pour sa pochette qui m’a toujours aussi subjugué. Il est daté de 1999 mais il faut savoir qu’il a été enregistré bien avant. JUDAS ISCARIOT a été à ses débuts très rapide, trop pour le label, et c’est en 1996 qu’il a composé à tour de bras. Moribund Records avait apparemment voulu espacer les sorties, et préféré attendre quelques années. En 1996 étaient déjà parus The Cold Earth Slept Below… et Thy Dying Light. Moribund a depuis changé sa politique et ne s’est pas trop posé de questions avec VARDAN… Enfin, 1999 marque donc la sortie de ce Distant in Solitary Night, suivi dans la foulée d’un excellent Heaven in Flames, chez un autre label, et cette fois-ci enregistré peu avant, à la fin 98.

Distant in Solitary Night est aussi sous-titré « Seven Hymns to the Triumph of Evil ». Sept pistes démoniaques qui marquent surtout par la variété de ses flammes. Elles brûlent toutes, mais d’un feu différent. Elles font toutes apparaître Satan, mais par des incantations nuancées. Ne serait-ce que la durée des titres. Le plus court fait 3 minutes. Le plus long approche des 12. Et ce dernier est semi instrumental. Comme BURZUM venait de sortir Filosofem en 1996, JUDAS ISCARIOT semblait vouloir suivre un chemin parallèle, et intégrait donc lui aussi sa fresque ambiant. Ces 12 minutes sont donc constituées d’un clavier qui fait une nappe brumeuse et d’une basse qui joue à la vitesse d’un NORTT. Par-dessus, la voix déclame du William Blake. Ce sont en fait les paroles du « Mariage du Ciel et de l’Enfer » qui sont lues comme si Marco de DEINONYCHUS avait pris le micro. Un titre très absorbant, mais long. De ceux qu’on écoute rarement jusqu’au bout, mais s’en trop s’en préoccuper puisqu’on sait qu’ils sont là juste pour clore l’album en douceur. Et même sans lui, on reste avec près de 40 minutes de pur plaisir destructeur black metal.

JUDAS ISCARIOT est effectivement une machine de destruction, et la chevauchée est éprouvante mais tellement jouissive ! C’est tout de suite ce qu’offre « The Wind Stands Silent » et un peu plus tard « To the Black Tower of Victory ». Les deux morceaux sont des exemples de malfaisance. Un chant belliqueux, des guitares qui écorchent les oreilles et une mélodie percutante.

Les autres pistes sont tout aussi emballées, et c’est peut-être même « In the Bliss of the Eternal Valleys of Hate » qui a le venin le plus puissant, mais elles intègrent des breaks et changements de rythme qui apportent une saveur aigre-douce. Et c’est encore plus terrifiant dans ces moments-là. Le final du morceau cité d’une folie contagieuse. Et que dire de « Where the Winter Beats Incessant » qui est l’un des titres du groupe, et donc du black metal dans son ensemble qui m’a le plus traumatisé. 10 minutes avec beaucoup de répétitions, mais les bonnes, celles qui mettent en transe, et qui ne s’obstinent pas sur tout le morceau. C’est une piste au rythme lent sur ses deux premières parties, avec un riff malsain qui s’installe à partir de 2:01, et qui change à nouveau de visage à la 7ème. Il hausse le ton et devient une tempête de sable aveuglante. C’est un hymne.

J’aurais très bien pu choisir un autre album de JUDAS ISCARIOT tant sa discographie me plaît. Tous sont à connaître. Mais j’évite pourtant de les faire trop tourner. Pourquoi ? Parce qu’une fois que j’ai écouté du JUDAS ISCARIOT je n’ai plus besoin de retourner à d’autres formations. Je me dis à chaque fois que l’Américain a sorti ce qu’il y avait de meilleur et que tout le reste peut bien disparaître. C'est donc bien frustrant que le maître se soit retiré de la scène...

DOSSIERS LIES

Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Décembre 2017
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Troll Traya citer
Troll Traya
21/05/2020 11:39
note: 8.5/10
Clairement, j'aime beaucoup la disco d'Akhenaten, et ce Distant... en particulier, sans doute car il s'agit du premier que j'ai écouté... Mais au niveau black US, j'ai toujours été beaucoup plus enthousiasmé par Léviathan et Xasthur.
J'ai toujours eu cette impression qu'il manquait un petit quelque chose à la musique de Judas Iscariot, que même si elle a sa personnalité propre, elle ne s'éloignait pas encore assez de l'école européenne, au contraire de ses "successeurs"...
Mais bon, je reconnais que cette impression est totalement partiale.
Bloody citer
Bloody
19/10/2019 23:18
note: 10/10
"Parce qu’une fois que j’ai écouté du JUDAS ISCARIOT je n’ai plus besoin de retourner à d’autres formations. Je me dis à chaque fois que l’Américain a sorti ce qu’il y avait de meilleur et que tout le reste peut bien disparaître. C'est donc bien frustrant que le maître se soit retiré de la scène..."
Tellement vrai... Il n'y a rien d'autres à ajouter. Dommage de ne pas voir les autres albums chroniqués!
Jarl_Djevel citer
Jarl_Djevel
10/10/2018 19:46
note: 8/10
Ça me fait plaisir de le voir là celui-là. Excellents souvenirs pour une galette dépouillée qui enchaîne les riffs hypnotiques de grande qualité. Aucun artifice mais quelle efficacité !
TarGhost citer
TarGhost
30/08/2017 23:49
Un monstre d'album, épique, solennel et profond. C'est pas compliqué : celui là avec le Weakling et le "Two Hunters" des Wolves In the throne Room, il fait partie des quelques bestiaux qui ont changé ma conception du BM...
ChuckSchuldiner citer
ChuckSchuldiner
30/08/2017 19:03
note: 9/10
Super album en effet, et comme tu l'as dis cette pochette est vraiment intriguante. Elle me fait penser à celle de Drudkh pour Blood In Our Wells (la version avec le logo dégueu), la rudesse de la vie paysanne parfaitement dépeinte, conjuguée à une bande-son qui l'est tout autant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Judas Iscariot
Black Metal
1999 - Moribund Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (10)  9/10
Webzines : (7)  7.93/10

plus d'infos sur
Judas Iscariot
Judas Iscariot
Black Metal - 1992 † 2002 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Wind Stands Silent
02.   Where the Winter Beats Incessant
03.   The Black Clouds Roll Under the Parapet of the Sky
04.   The Clear Moon, and the Glory of the Darkness
05.   To the Black Tower of Victory
06.   In the Bliss of the Eternal Valleys of Hate
07.   Portions of Eternity Too Great for the Eye of Man

Durée : 50:51

line up
parution
9 Avril 1999

Essayez aussi
Cult of Erinyes
Cult of Erinyes
Tiberivs

2017 - Code666
  
DunkelNacht
DunkelNacht
Atheist Dezekration

2009 - Autoproduction
  
Sühnopfer
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes

2019 - Debemur Morti Productions
  
Utzalu
Utzalu
The Loins Of Repentance

2017 - Vrasubatlat
  
Drudkh
Drudkh
They Often See Dreams About the Spring
(Їм часто сниться капіж)...

2018 - Season Of Mist / Underground Activists
  

Paradise Lost
Shades of God
Lire la chronique
Okkultokrati
La Ilden Lyse
Lire la chronique
Deicide
Legion
Lire la chronique
Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique