chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
153 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Zöldïer Noïz / Bestial Nihilism - What Life... What Work ?

Chronique

Zöldïer Noïz / Bestial Nihilism What Life... What Work ? (Split-tape)
Sorti sur le label américain Headsplit Records spécialisé essentiellement dans le format cassette, ce split franco-français réunit les Montpelliérains de Zöldïer Noïz et les Rennais de Bestial Nihilism. Une collaboration de bien courte durée puisque malgré les huit morceaux proposés, la durée totale de la chose n’excède pas le quart d’heure (quinze minutes et quatorze secondes pour être tout à fait exact). En tout cas, même si je ne l’ai pas sous les mains, l’objet semble plutôt soigné avec notamment un artwork simple mais réussi qui a le mérite de planter le décor.

C’est Tankvinss et ses deux acolytes qui ont l’honneur de débuter la rencontre avec trois titres pour seulement deux nouveaux morceaux. En effet, les plus affûtés auront reconnu au tracklisting un certain "Ebola Syndrome" déjà présent sur Regression Process. Néanmoins, celui-ci a tout de même été réenregistré pour l’occasion histoire d’assurer une meilleure homogénéité à l’ensemble. Quoiqu’il en soit, Zöldïer Noïz n’a pas changé son fusil d’épaule, conservant cette approche qui est la sienne à savoir un Thrash rudimentaire dont le riffing rappelle énormément les débuts de Voivod et où va venir s’ajouter un petit côté Rock’n’Roll absolument pas désagréable, bien au contraire. Pour servir son propos, le groupe semble ainsi user du même type de production. Car si les morceaux de l’album et du split n’ont semblent-ils pas été enregistrés dans le même studio, le résultat est néanmoins (relativement) identique. Avec ce son dépouillé et abrasif, le groupe de Montpellier nourrit le côté foutraque et tout en urgence de ses compositions. Une approche Punk évidente qui sert des morceaux toujours très directes et surtout ô combien efficaces. "What Life... What Work ?" et "Brainocide" ne dérogent donc pas au modèle et s’inscrivent en toute logique dans la continuité des travaux de Tankvinss au timbre de voix toujours aussi bovin et abrasif. Des retrouvailles trop courtes mais plaisantes.

Changement de registre avec les Bretons de Bestial Nihilism qui versent quant à eux du côté d’un Black/Thrash/Crust pour Punk à chien traînant rue de la soif. Sur les cinq titres proposés (dont un figure également sur le premier album du groupe sorti deux ans auparavant), aucun ne dépassent les deux minutes. Une urgence palpable à chaque seconde, de ce riffing Punk des plus primitifs à cette batterie qui n’a de cesse de cavaler (tchouka-tchouka et autres séquences plus ou moins blastées) en passant par les éructations de Rektal (oui, oui, c’est bien le pseudonyme du chanteur). Bref, ça pue la pisse sur les trottoirs rennais, le chien mouillé et la haine du capitaliste, des religieux quels qu’ils soient, des cons, des flics, des politiciens... Et bien que la formule de Bestial Nihilism soit des plus rudimentaires, elle vise ici l’essentiel à savoir l’efficacité. La seule chose qui finalement me chagrine un peu c’est le choix de cette production. Je trouve les guitares trop en retrait par rapport aux autres instruments et surtout le son manque de crasse et de rugosité. Vu le style pratiqué, j’aurais aimé un peu plus de caractère à ce niveau-là. Surtout qu’en matière de Black/Crust, la concurrence est lion de faire semblant (Sacroscum, Iskra, Ancst...).

Du côté de Zöldïer Noïz, on prend les mêmes et on recommence avec toujours autant de succès. Certes, le Thrash des Montpelliérains rappelle peut-être un peu trop Voivod par moment mais le chant atypique de Tankvinss suffit à apporter ce qu’il faut de personnalité à l’ensemble pour que cela ne soit aucunement gênant. De son côté Bestial Nihilism ne fait pas preuve d’une originalité beaucoup plus débordante mais l’efficacité de ses compositions ainsi que leur caractère expéditif rend la chose beaucoup moins importante également. Quoi qu’il en soit, les deux groupes ne sont pas là pour tergiverser et tourner trois heures autour du pot. Torché en seulement quinze minutes, ce split se déguste cul-sec, accompagné d’un grand coup de pied au derche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Gabalgabow citer
Gabalgabow
13/07/2019 00:54
Cassette également sortie chez MALIGNANT OVERTHROWN records en France Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zöldïer Noïz / Bestial Nihilism
Thrash / Black Metal
2016 - Headsplit Records
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Zöldïer Noïz
Zöldïer Noïz
Thrash - 1999 - France
  
Bestial Nihilism
Bestial Nihilism
2011 - France
  

tracklist
Zoldier Noiz
01.   What Life... What Work?  (03:02)
02.   Ebola Syndrome  (02:53)
03.   Brainocide  (02:38)

Bestial Nihilism
04.   I Don't Care To Die  (01:30)
05.   Morbid Nation  (01:20)
06.   Progress Alienation  (00:41)
07.   Kill Rape And Hate  (01:35)
08.   Rat  (01:35)

Durée : 15:14

parution
1 Mars 2016

voir aussi
Zöldïer Noïz
Zöldïer Noïz
Regression Process

2014 - Unspeakable Axe Records
  

Essayez plutôt
Morbosidad / Perversor
Morbosidad / Perversor
Invocaciones Demoníacas (Split-CD)

2010 - Nuclear War Now! Productions
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Nifelheim
Nifelheim
Envoy Of Lucifer

2007 - Regain Records
  
Merciless
Merciless
Unbound

1994 - Black Lodge Records
  
Desaster
Desaster
666 Satan's Soldiers Syndicate

2007 - Metal Blade Records
  

Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique