chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Metallica - No Life 'til Leather

Chronique

Metallica No Life 'til Leather (Démo)
Metallica n’a pas toujours été cette grosse machine bouffie d’égos démesurés, de cocaïne, d’alcool et de dollars à ne plus savoir qu’en faire tout comme il n’a pas non plus toujours été ce groupe que les plus malins prennent plaisir à moquer à coups de "It should have been Lars" et autres déclarations marquées le plus souvent par une mauvaise foi des plus évidentes. Metallica, comme beaucoup d’autres groupes de son époque, a débuté son histoire par une rencontre. Celle de Lars Ulrich et James Hetfield à la suite d’une petite annonce publiée en 1981 dans un magazine de Los Angeles : "Drummer looking for other metal musicians to jam with Tygers Of Pan Tang, Diamond Head and Iron Maiden.". Et comme n’importe quel groupe composé de gamins d’à peine vingt piges, c’est dans le garage de papa et maman que Metallica a commencé à travailler sur ses propres compositions et à enregistrer ses premières démos.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il m’a fallu pas mal d’années avant de me rendre compte que Metallica n’avait pas accouché de Kill ‘Em All sans quelques coups d’essais. À ma décharge, j’ai découvert la formation à un jeune âge (dix ans) mais surtout à une époque où il n’y avait pas encore Internet dans les foyers français et où les seuls endroits pour découvrir de nouveaux artistes et avoir un semblant d’informations à leur sujet étaient soit chez le disquaire du coin soit dans les magazines spécialisés vendus chez n’importe quel buraliste... Bref, tout ça pour vous dire que l’idée ne m’avais jamais effleuré l’esprit et qu’il aura fallu attendre le Record Store Day de 2015 pour que je réalise enfin que l’un des trois groupes qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier il y a maintenant un peu plus de trente ans (et soit dit en passant l’une des formations que je respecte le plus malgré un désamour non feint pour tout ce qui est sorti après 1991) avait effectivement quelques démos sous le coude particulièrement dignes d’intérêt. Ouais, la honte, je sais...

Parmi les six démos a avoir vu le jour de manière plus ou moins confidentielle avant la sortie de Kill ‘Em All en 1983, No Life ’Til Leather est très certainement l’une des plus connues et des plus appréciées par les fans. C’est en tout cas celle qu’a choisi de rééditer Metallica lors du Record Store Day de 2015 malheureusement au seul format cassette. Si on saluera le geste et le soin apporté à l’artwork qui n’est pas sans rappeler de bons souvenirs à tous ceux ayant connu la grande époque de la repique sur cassette, on aurait tout de même apprécié que celle-ci soit proposée dans d’autres formats. Et si le sujet a bel et bien été abordé depuis, il semblerait malheureusement que le projet soit aujourd’hui au point mort à cause, vous vous en doutez, d’histoires de droits et de copyrights disputés entre Lars Ulrich et Dave Mustaine... Bref, il va falloir se montrer patient et même peut-être se faire à l’idée que ces supposées rééditions ne verront probablement jamais le jour...

Enregistrée le 6 juillet 1982, No Life ’Til Leather témoigne donc des toutes premières heures de la formation à une époque où Cliff Burton (bien que son nom figure déjà au dos de la démo) et Kirk Hammett n’étaient pas encore de la partie. En effet, c’est Ron McGovney qui tient encore ici la position de bassiste et monsieur Dave Mustaine himself celle de guitariste soliste. D’ailleurs cette démo est la seule officiellement parue sur laquelle on retrouve le futur leader de Megadeth puisque Whiskey Audition Tape, Ron McGovney's '82 Garage, Power Metal, Live Metal Up Your Ass et Megaforce n’ont été distribuées qu’aux proches du groupe ainsi qu’à quelques stations de radio et autres labels susceptibles de signer Metallica.
Au menu de cette démo, sept titres qui tous figureront quelques mois plus tard sur le premier album du groupe sorti sur Megaforce Records. Seuls manquent à l’appel "(Anesthesia) Pulling Teeth", "Whiplash" et "No Remorse" ("The Mechanix", écrit et composé par Dave Mustaine, étant pour rappel le premier nom donné au titre "The Four Horsemen"). Quiconque a donc saigné Kill ‘Em All en long en large et en travers ne sera pas vraiment surpris à l’écoute de ces quelques titres. De toute façon ce n’est pas ce que l’on vient chercher en écoutant No Life ’Til Leather. Non, ce que l’on cherche plutôt à vivre et à ressentir à l’écoute d’une telle démo c’est cette jeunesse et cette insouciance que l’on va notamment retrouver dans le chant juvénile et parfois haut perché de James Hetfield et dans ces interprétations moins abouties et pourtant déjà si convaincantes, c’est cette fougue, cette énergie, cette intensité et ce putain de talent à l’état brut qui feront de Metallica, et cela en très peu de temps, le chef de file du Thrash made in Bay Area (après avoir repris les rênes à Exodus) à travers le monde entier, déchainant les passions et créant, c’est certain, tout un tas de vocations parmi les fans du groupe. Alors non, des titres comme "Hit The Lights", "Seek And Destroy", "Metal Militia" ou "Jump In The Fire" que l’on connait déjà sur le bout des doigts ne sont pas aussi aboutis que les versions proposées sur Kill ‘Em All ne serait qu’en terme de production (notamment cette batterie particulièrement maigrelette et cette basse quasiment absente) mais pour autant l’essentiel est déjà là et bien là à commencer par ces riffs tous plus mémorables les uns que les autres ainsi que ces excellents solos signés Dave Mustaine ! Surtout, rappelez-vous que nous ne sommes encore qu’en 1982 et qu’à l’époque peu de groupes sont alors capables de jouer aussi vite et de sonner aussi extrême et agressif que Metallica. Un parti pris osé (en tout cas pour l’époque) en réponse à tous ces groupes de Heavy / Glam pullulant sur le Sunset Strip de Los Angeles avec leurs permanentes décadentes, leurs maquillages et leurs spandex fluorescents et qui pour ces jeunes trublions insouciants et alcoolisés plus que de raison vont petit à petit pervertir tout ce que représentait alors le Heavy Metal à leurs yeux en y associant ces couleurs fluos, ces mélodies faciles et catchy et ce côté nettement plus accessible et "populaire"...

J’aurai pu rentrer davantage dans le détail de chaque morceau et mettre par exemple un peu plus le doigt sur les quelques nuances qui existent entre ces versions et celles proposées sur Kill ‘Em All mais encore une fois, là n’est pas vraiment l’intérêt de se plonger dans de telles archives. D’autant plus que quoi qu’il arrive, le premier album des Californiens restera à tout jamais l’une des pièces maitresses de l’histoire du Rock’n’Roll, de celles qui ont posé les bases d’un genre en devenir et dont il est toujours bon de rappeler la portée qu’elles ont pu avoir en leur temps et même encore aujourd’hui si on devait les comparer avec certaines des sorties les plus récentes. Un statut qui en aucun cas n’éclipse les qualités de No Life ’Til Leather, une démo qui - je ne peux que l’imaginer - à dû retourner la tête de plus d’un adolescent à l’époque de sa sortie tant toutes les frontières connues sont ici bousculées et piétinées. Non, je n’aime pas ce que Metallica est devenu après la sortie du Black Album mais quand on écoute ce genre de démo en la replaçant dans le contexte de son époque, on ne peut qu’être admiratif de ce que ces gars là ont accompli (un constat qui en ce qui me concerne reste d’ailleurs valable pour les quatre premiers albums du groupe). Bref, respect.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Metallica
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Metallica
Metallica
Metal - 1981 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Hit The Lights  (04:19)
02.   The Mechanix  (04:28)
03.   Motorbreath  (03:18)
04.   Seek & Destroy  (04:55)
05.   Metal Militia  (05:17)
06.   Jump In The Fire  (03:51)
07.   Phantom Lord  (03:33)

Durée : 29:41

line up
parution
17 Juillet 1982

voir aussi
Metallica
Metallica
Reload

1997 - Vertigo
  
Metallica
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days Re-Revisited (EP)

1987 - Elektra Records
  
Metallica
Metallica
St Anger

2003 - Mercury Records
  
Metallica
Metallica
Kill 'Em All

1983 - Megaforce Records
  
Metallica
Metallica
Metallica

1991 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Sodom
Sodom
Persecution Mania

1987 - Steamhammer Records (SPV)
  
Sadus
Sadus
Swallowed In Black

1990 - Roadracer Records
  
Deathstorm
Deathstorm
For Dread Shall Reign

2020 - Dying Victims Productions
  
Sodom
Sodom
Sodom

2006 - Steamhammer Records (SPV)
  
Exodus
Exodus
Shovel Headed Kill Machine

2005 - Nuclear Blast Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique