chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
175 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unearthly Trance - Season of Seance, Science of Silence

Chronique

Unearthly Trance Season of Seance, Science of Silence
Découvrir une discographie à rebours est toujours quelque chose de particulier. Alors que le chemin habituel fait que les notions d'évolution, maturité, expérimentation viennent en tête, la rencontre avec les débuts d'une formation adorée en cours de route donne à voir d'autres choses, à faire une gymnastique mentale qui, parfois, nous étonne encore plus que lorsqu'un projet chéri décide de changer ce qui le constituait jusque-là.

C'est le cas pour Unearthly Trance, que j'ai écouté pendant longtemps en dilettante, piochant dans ses albums sans réfléchir, avant que son retour avec l'excellent Stalking the Ghost me pousse à devenir un peu plus studieux envers ses créations. Je n'avais encore jamais laissé sa chance à Season of Seance, Science of Silence malgré des fouilles approfondies concernant la bande de Ryan Lipynsky (compilations de splits et projets parallèles compris). Et quelle surprise j'ai ressenti avec ce premier longue-durée !

Car si l'impression première est celle de trouver ici en gestation ce que développera Unearthly Trance le long de sa carrière, Season of Seance, Science of Silence devient rapidement un Ovni musical au sein d'un style qui, déjà, n'a rien de commun. Certes, on peut croire au premier abord que les Ricains sont ici bien de leur temps, dans ce mélange entre sludge, doom et black metal qui, comme de nombreuses formations extrêmes, lorgne du côté de Khanate et Neurosis. Les années 2000, celles de la déglingue jusqu’au-boutiste mâtinée d'esthétisme noir, peuvent très bien se considérer comme résumées dans un disque pareil où le doom canal historique se fait maltraiter, perforer à coups de larsens, de cris sadiques, de répétitions et baisses de tempos laissant au bord de la torture.

Sauf que rien n'est jamais aussi simple avec Unearthly Trance, cette entité aux allures classiques, presque banales, qui finit par transmettre un parfum étrangement vénéneux. Passée cette curiosité poussant à se dire que « tout est déjà là », Season of Seance, Science of Silence se lance pour lui-même tant sa saveur emporte avec lui, dans cette forêt où le groupe s'échappe, une bouteille d'alcool à la main et la haine au cœur. Pouilleux, malade, misanthrope – je pourrais dire « black metal », cela reviendrait au même –, l'album étale tant sa tristesse, hurle d'une manière si exténuée et vindicative (cette production faiblarde demande à s'apprécier mais, croyez-moi, elle est une des forces du disque), que des références déjà peu communes laissent place à d'autres encore plus mutantes. Comment ne pas penser à un Starkweather saturnien devant ces mélodies atteintes de dysmorphies, les muscles pesants, la diction douloureuse ? Ces S.O.S. sont bien ceux d'un Terrien en détresse, qui s'échappe par une métamorphose, appelle le monstre en lui pour changer de condition, celle humaine étant devenue insupportable.

Clairement ce que les Ricains ont sorti de plus black metal (les grimés Thralldom et The Howling Wind compris), Season of Seance, Science of Silence est aussi le disque par lequel Unearthly Trance fait voir son amour pour le hardcore au-delà de toutes choses, s'appuyant sur une menace froide, un décor de misère fait de bois mort et nuit froide, pour appeler une force qu'il n'a plus, un ailleurs où l'occultisme n'est qu'un moyen comme un autre de chercher à s'oublier. On pourra, à juste titre, dire que ces quarante-six minutes n'ont pas encore cette constance décelable sur In the Red par exemple. Ce n'est certainement pas là qu'on trouvera également ce que la troupe a sorti de plus directement impressionnant. Oui, on a bien ici affaire avec un premier album, dans ce qu'il peut avoir de maladroit par moment, de timide sur certains aspects et, a contrario, d'excessif. Mais tout cela participe à lui donner une aura particulière, inédite au sein de réalisations déjà originales. Ce qui fait de Season of Seance, Science of Silence un exemple de ce que l'on peut demander de mieux à un début essayé trop tard : la sensation de redécouvrir tout un groupe en même temps que celle d'écouter, simplement, un album pas comme les autres.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
28/01/2018 12:16
note: 8/10
Sacré monstre comme on avait l'impression, blasé, qu'il s'en bousculait à une époque que, finalement, on se remémore aujourd'hui avec une sévère nostalgie ; au moins devant de pareils albums, qui ont méchamment bien (pas) vieilli.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unearthly Trance
Sludge / Doom / Black Metal
2003 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (4)  8.63/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Sludge / Doom - 2000 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Raised by the Wolves
02.   Mass of the Phoenix
03.   When Anti-Humanity Flourishes
04.   Wandering Winter Winds
05.   Black Heart / Black Lung
06.   The Aftermath Was Morbid

Durée : 46 minutes 20 secondes

line up
parution
29 Juillet 2003

voir aussi
Unearthly Trance
Unearthly Trance
V

2010 - Relapse Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Electrocution

2008 - Relapse Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Stalking the Ghost

2017 - Relapse Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
In the Red

2004 - Rise Above Records
  
Primitive Man / Unearthly Trance
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)

2018 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Eibon
Eibon
Entering Darkness

2010 - Aesthetic Death
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Dead Elephant
Dead Elephant
Year of the Elephant

2019 - Autoproduction
  
Malemort
Malemort
Individualism, Narcissism, Hedonism

2017 - Prison Tatt Records
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  

Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique