chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hangman's Chair - Banlieue Triste

Chronique

Hangman's Chair Banlieue Triste
Hangman's Chair est passé dans une autre catégorie.

Oui, encore. Je ne sais plus où donner de la tête envers ce groupe qui, depuis Hope / Dope / Rope, semble constamment évoluer. This is Not Supposed to Be Positive paraissait déjà être la forme finale d'une mue entamée avec l'arrivée de Cédric Toufouti, la suite s'imaginant pour moi en traditionnelle « confirmation », schéma typique quand une formation sort une œuvre forte.

Et pourtant, Hangman's Chair est encore passé dans une autre catégorie, celle de ceux qui usent des ambiances cinématographiques sans en faire un cinéma. Simplement en déployant sa musique dans un esthétisme rare, une bobine ayant l'intention de magnifier une histoire loin d'être magnifique, catapultant la bande et sa banlieue (triste, assurément) dans un univers voisin de ceux de Vertikal (Cult of Luna) et Not For Music (Emptiness). Voisin, mais pas commun, tant on retrouve ici, de façon subliminale, cette tension hardcore (tout le monde n'a pas ce batteur et son art pour lier beatdown et cold wave derrière ses frappes), cette production de granit qui étouffe, donne à des mélodies hypnotisantes de simplicité des allures de poussières de béton. Tant on retrouve ici cette vitalité qui se cherche elle-même, second souffle mais souffle au cœur, dans une atmosphère enjôleuse malgré l'émotion terne qui nous enfonce toujours un peu plus. Hangman's Chair est passé dans cette catégorie-là – à vous de lui trouver un nom –, où les images multiples qu'il nous renvoie sont des échos à notre mémoire, celle qui fait mal, celle qui rappelle qu'on a vécu, vit et vivra, peu importe pour combien de temps encore, l'important étant de tenir son journal intime à jour dans ses veines et yeux fragilisés par trop de visions.

Mais au-delà de cette question de classification, est-ce que cela fait de lui un de ces groupes rares, uniques à leur manière ? Cheminer d'un stade à un autre n'est pas intéressant si l'ambition est de passer de dernier à Trincamp à dernier à Paris. Coup de tête, direct : Banlieue Triste donne, plus encore que les autres œuvres de la formation auparavant, le sentiment d'être l'album que Hangman's Chair a toujours voulu composer, celui où les références à Type O Negative, Alice in Chains, Warning (Comment ? Vous n'y pensez pas vous, en écoutant cette voix d'or aux pleurs continus ?) se dépassent. Assez de rappels à autrefois, assez d'évaluation sur ce qui tient de la nostalgie des nineties, de marqueurs partagés (la France, pardi : ils n'ont pas besoin de chanter dans la langue du pays pour le rappeler) ou encore ce qui est neuf. Malgré que l'on retrouve dans les illustrations de ce disque, enchanté, des ponts faits à Balavoine, Belmondo ou Maniac, acclamer cela ne serait que juger quelqu'un par son ADN, et non ses actes. Clairement, cet album est grand, en soi, grand car personnel, grand car, bien que durant moins longtemps qu'un film de Blier, Audiard ou Ossang – le finish de « Full Ashtray » et son texte de Georges Bataille qui, personnellement, me chamboule d'absurde grinçant et dystopique à la manière de Le Trésor des Îles Chiennes –, il rend lessivé et consolé tel un long-métrage faisant office de miroir à nos propres tortures mentales. Que ce soit durant « Naïve » ou « 04/09/16 » (des singles bien choisis), la collaboration avec Perturbator de « Tired Eyes » (où l'on se promène dans les barres d'immeubles comme dans Blade Runner) ou ce rayon d'espoir, cruel car seul et rendant hommage à un décédé, qu'est « Sidi Bel Abbes », c'est toujours cette sensation de parler de soi à travers d'autres que donne Hangman's Chair.

Malgré tout, il va bien falloir imaginer une marge de manœuvre ici, dans ces soixante-sept minutes marquées par un équilibre qui était la seule chose véritablement manquante à This is Not Supposed to Be Positive. Pinailler sur cette absence de titres surgissant comme une plaie ouverte qu'avaient les précédents (« Flashback » ; « Open Veins »...) et ce, en dépit d'un « Negative Male Child » qui fait toujours hésiter sur son statut. Après tout, Hangman's Chair n'est pas encore de ceux qui remplissent les stades – même s'il va remplir les studios de Canal + prochainement, n'en doutons pas. Il reste un projet dont on peut encore parler sans fard sur ce webzine de vrai de vrai qu'est Thrashocore. Le populisme, dans cette musique pleine de cicatrices, de rustre, de râpeux, c'est pas pour demain ! Mais la voici clairement à son plus populaire – jusque-là –, dans le sens où elle touche du doigt ce qui fait communauté d'esprit, au point de ne pas imaginer vivre autrement qu'avec elle en bande-son constante.

Et vous savez le plus terrible dans tout cela ? Que je n'ai aucun doute que Hangman's Chair va encore grandir...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hangman's Chair
Grunge / Doom / (Post) Hardcore
2018 - Music Fear Satan
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (10)  8.75/10
Webzines : (3)  8.94/10

plus d'infos sur
Hangman's Chair
Hangman's Chair
Grunge / Doom / (Post) Hardcore - 2005 - France
  

vidéos
Naïve
Naïve
Hangman's Chair

Extrait de "Banlieue Triste"
  
04/09/16
04/09/16
Hangman's Chair

Extrait de "Banlieue Triste"
  
Naïve
Naïve
Hangman's Chair

Extrait de "Banlieue Triste"
  

tracklist
01.   Banlieue Triste
02.   Naïve
03.   Sleep Juice
04.   Touch the Razor
05.   Tara
06.   04/09/16
07.   Tired Eyes
08.   Negative Male Child
09.   Sidi Bel Abbes
10.   Full Ashtray

Durée : 67 minutes 13 secondes

line up
parution
9 Mars 2018

voir aussi
Eibon / Hangman's Chair
Eibon / Hangman's Chair
Split-CD (Split-CD)

2007 - Bones Brigade Records
  
Hangman's Chair
Hangman's Chair
This is Not Supposed to Be Positive

2015 - Music Fear Satan
  
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmachine Split LP (Split 12")

2017 - Music Fear Satan
  
Hangman's Chair
Hangman's Chair
(A Lament For...) The Addicts

2007 - Bones Brigade Records
  
Hangman's Chair
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)

2019 - Spinefarm Records
  

Album de l'année
Kosmokrator
Through Ruin... Behold
Lire la chronique
Bölzer
Lese Majesty (EP)
Lire la chronique
Tan Kozh
Lignages oubliés
Lire la chronique
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélér...
Lire la chronique
Mutilated
In Memoriam (Compil.)
Lire la chronique
Silure
Route De Troche (Démo)
Lire la chronique
Dreamlord
Disciples of War
Lire la chronique
Grief
Torso
Lire la chronique
Havohej
Table of Uncreation
Lire la chronique
Avslut
Tyranni
Lire la chronique
Traveler
Traveler
Lire la chronique
A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique