chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Napalm Death - Mass Appeal Madness

Chronique

Napalm Death Mass Appeal Madness (EP)
Qu’est-ce qui pousse en général quelqu’un à chroniquer un EP quatre titres de seulement huit minutes et quelques secondes ? J’aurai bien envie de vous répondre que c’est à cause de son contenu, aussi mince soit-il, mais comme disaient Mulder et Scully : "la vérité est ailleurs". Bah oui parce qu’en ce qui me concerne, aussi savoureux soit-il, ce n’est pas la première raison qui m’a motivé à rédiger ces quelques lignes. Non, ce serait plutôt le travail de monsieur Rob Middleton et dans une plus large mesure tous ces artworks (Mentally Murdered, Scum, From Enslavement To Obliteration, The World Keeps Turning, Utopia Banished...) faits de collages improbables qui symbolisent l’essence même de ce que sont les musiques Punk et donc par descendance le Crust, le Grindcore et le Hardcore. Ces enchevêtrements de corps humains exprimant toujours une certaine souffrance, qu’elle soit physique ou morale, représentés dans des situations mettant clairement en défaut nos sociétés capitalistes beaucoup plus intéressées par la notion de profit que par le respect de l’être l’humain... Rien de très original aujourd’hui mais à l’époque, ce genre d’artwork exerçait sur moi une véritable fascination probablement à cause de leur réalisme hyper cru.

Dédié à la mémoire de Roger Patterson, bassiste d’Atheist disparu en 1991 dans un accident de voiture, Mass Appeal Madness renoue très clairement avec les origines Grindcore des Anglais. Beaucoup moins Death Metal dans son interprétation et dans sa production (même s’il en conserve quelques artifices, notamment à travers un sens de la composition un peu plus élaborée), ce court EP tente de faire oublier l’épisode Harmony Corruption vécu à l’époque par certains comme une véritable trahison. Hormis ce morceau-titre de plus de trois minutes, les Anglais reviennent ainsi à des formats de compositions relativement courts avec notamment ce "Social Sterility" et ses soixante-treize petites secondes. Quatre titres, huit minutes, la moyenne est de toute façon vite faite. Mais après tout rien d'étonnant à cela puisque deux des titres présents sur ce EP ("Unchallenged Hate" et "Social Sterility") sont en fait des morceaux tirés de l'album From Enslavement To Obliteration réinterprétés ici pour l'occasion avec le nouveau line-up.
Mais au-delà de cette simple notion de format, ce sont surtout les compositions elles-mêmes qui nous renvoient aux premières heures des Anglais. Riffs Punk simples et ultra nerveux, blast-beats quasi-ininterrompus distribués par un Mick "Human Tornado" Harris dont ce sera d’ailleurs le dernier enregistrement avec Napalm Death, basse vrombissante (qui aurait quand même méritée d'être davantage mise en avant ici) et surtout un Mark Greenway qui sur "Mass Appeal Madness" à 0:57, "Pride Assasin" à 1:26, "Unchallenged Hate" à 1:17 et "Social Sterility" à 1:03 va user des mêmes cris que ceux de Lee Dorian. Des cris que nous n’avions d’ailleurs plus entendu depuis les quelques titres présents sur le split en compagnie des Japonais de S.O.B..

Très efficaces, comme toujours avec Napalm Death, ces quatre nouveaux morceaux n’ont néanmoins pas tout à fait la même portée que ceux de l’incroyable Mentally Murdered qui atteignait un niveau de brutalité rarement égalé, même par le groupe lui-même. Qui plus est, difficile de passer après ce qui est et restera pour moi le meilleur album de Napalm Death. Car si les Anglais sont bien les maîtres incontestés du Grindcore en plus d’en être l’un des pères-fondateurs, Harmony Corruption possède quelque chose qui me fera toujours un effet incroyable (les riffs, la production, l’atmosphère générale... Il y a un truc que je ne m’explique pas trop mais qui me lie par les tripes à cet album). Quoi qu’il en soit, Mass Appeal Madness n’en demeure pas moins le genre de mise en bouche que l’on aime se repasser avec grand plaisir. Coincé entre deux albums phénoménaux, la comparaison n’est pas toujours facile (si tant est que l’on puisse véritablement les comparer). Pour autant, les quelques titres de ce court EP ne déméritent pas un seul instant et constituent une preuve supplémentaire de l’excellence dont a toujours fait preuve Napalm Death.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

TarGhost citer
TarGhost
19/05/2020 19:38
Pour moi le summum du groupe aux côtés de son presque jumeau "Suffer the Children". Une fessée qui, trente ans plus tard ou plus loin, procure toujours le même plaisir. Tout y est parfait de A à Z. Huit minutes orgasmiques, voilà c'est à peu près ça...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Napalm Death
Grindcore
1991 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  4.5/5
Webzines : (1)  4.17/5

plus d'infos sur
Napalm Death
Napalm Death
Death Metal - 1981 - Royaume-Uni
  

vidéos
Mass Appeal Madness
Mass Appeal Madness
Napalm Death

Extrait de "Mass Appeal Madness"
  

tracklist
01.   Mass Appeal Madness  (03:28)
02.   Pride Assasin  (02:05)
03.   Unchallenged Hate  (02:06)
04.   Social Sterility  (01:13)

Durée : 08:51

line up
voir aussi
Napalm Death
Napalm Death
The Code Is Red... Long Live The Code

2005 - Century Media Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)

1993 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Words From The Exit Wound

1998 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Scum

1987 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Utopia Banished

1992 - Earache Records
  

Essayez aussi
Jack / Yattai
Jack / Yattai
Unsheathe And Grind (Split-CD)

2009 - Kasamata Records
  
Noisear
Noisear
Subvert The Dominant Paradigm

2011 - Relapse Records
  
Lycanthrophy
Lycanthrophy
Lycanthrophy

2011 - Bones Brigade Records
  
Chiens
Chiens
Vultures Are Our Future

2013 - Bones Brigade Records / I Feel Good Records
  
Pro Death Corps
Pro Death Corps
Quarantine

2020 - Indépendant
  

French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Batisseurs de Cathédrales :...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique