chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
142 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Visigoth - Conqueror's Oath

Chronique

Visigoth Conqueror's Oath
Avertissement: l'écoute de cet album augmente ostensiblement le taux de testostérone, provoque une sudation excessive des testicules et fait doubler la taille de celles-ci. Des troubles dits du "poing levé" ainsi qu'une envie irrépressible de combattre à l'épée voire de brûler des villages dans les cas les plus graves ont été observés.

Foutre Satan! Si je m'attendais à une telle branlée! Je n'avais pas approfondi le premier album de Visigoth, The Revenant King (erreur réparée depuis), pourtant acclamé par la critique et les fans en 2015, mais à l'écoute de l'extrait "Warrior Queen" mis en ligne sur la toile quelques semaines avant la sortie officielle sur Metal Blade début février, je me suis jeté sur ce deuxième opus intitulé Conqueror's Oath. Le morceau, tout comme la pochette magnifique, m'avaient en effet plus que convaincu. Et rien qu'à la première écoute, je me suis dit "si c'est pas l'album heavy de l'année ça!?".

C'est que les Américains font montre ici d'un talent insolent en remplissant un cahier des charges ras la gueule de gourmandises orales exquises. Une démonstration des plus impressionnantes qui m'a laissé sans voix (enfin presque vu l'appel au sing-along qu'est l'opus) et continue de me foutre sur le cul même après une vingtaine d'écoutes. Pourtant, comme tant d'autres, Visigoth n'a pas inventé la poudre. Mais il la fait parler comme personne. Visigoth surfe sur la vague du revival heavy metal 80s. Mais pas un heavy metal chatoyant avec vocalises haut perchées. Non, du heavy/power metal ultra couillu, guerrier et épique qui aligne les clichés metal pour notre plus grand plaisir. Vous allez bouffer du "steel", du "hammer", du "warrior", du "blade", du "wolf", du "power" et du "sword"! On est dans le heavy de bonhomme à la Grand Magus, Omen, Manilla Road, Manowar, Atlantean Kodex ou plus récemment leurs potes de Eternal Champion. Le genre qui vous fait bomber le torse, serrer le poing et vous donne envie de conquérir le monde.

Eh oui qu'est-ce qu'il fout la pêche ce Conqueror's Oath! D'autant que Visigoth a choisi de passer la vitesse supérieure par rapport à The Revenant King qui montrait un visage plus epic heavy/doom avec des grosses rythmiques bien appuyées. Si le quintette apprécie toujours ces mid-tempos bien virils puissamment mis en valeur par la production musclée, il a clairement accéléré la cadence comme sur la tuerie speed "Outlive Them All" (qui parle de Higlander, difficile de faire plus metal!) ou "Blades In The Night" (qui fait penser au "Screams In The Night" de Night Demon, autre succès heavy récent, et pas que par la proximité patronymique des deux titres). En parallèle, la durée des morceaux raccourcit pour un disque de quarante minutes alors que The Revenant King dépassait l'heure avec un seul morceau supplémentaire. Visigoth a clairement pris un virage plus simple et direct. Cette évolution pourra engendrer de la déception pour les fans du premier opus. Pour ma part, si j'aime beaucoup The Revenant King, l'efficacité dédoublée de Conqueror's Oath me va très bien aussi. L'opus est tellement catchy et prenant! "Salt City", hymne à la gloire de la ville d'origine du combo, Salt Lake City, se fait même carrément rock 'n roll à la Thin Lizzy avec une basse bien funky! Le côté plus bourrin et "easy-listening" n'empêche pas non plus la formation d'instaurer encore des atmosphères épiques. Le morceau d'ouverture "Steel And Silver" en offre dès le début, tout comme celui de clôture, "Conqueror's Oath", très émouvant. Le break calme magnifique à la flûte de "Warrior Queen" vous collera aussi des frissons. Sans oublier bien sûr LE chef-d'œuvre de l'album, "Traitor's Gate". Un titre fantastique à propos de traîtrise et de vengeance sous la forme d'une montée en puissance somptueuse au ton dramatique qui démarre par une introduction douce et poignante à vous faire dresser les poils pour s'assombrir et se durcir peu à peu jusqu'à ce riff vengeur excellent à partir duquel le rythme va accélérer de colère.

Plus simple, plus direct, plus court. Oui mais pas sans émotion donc. Et ça, on le doit surtout à un seul homme, Jake Rogers. La paire de guitariste Leeland Campana et Jamison Palmer est admirable, nous offrant des putain de bons riffs et des solos mélodiques splendides à la pelle (combo indispensable sur tout bon album de heavy metal qui se respecte), avec une classe folle et une aisance admirable. La basse de Matt Brotherton, fait assez rare pour être souligné, tire aussi son épingle du jeu grâce à une belle présence dans le mix et un bon toucher groovy. Rien à dire non plus sur le batteur Mikey Treseder qui fait largement le taf. Mais c'est bien le petit frontman frêle, chauve et clouté qui m'a le plus impressionné. Le bonhomme ne paye pas de mine comme ça mais alors quelle voix! Dans un registre baryton superbement maîtrisé, il allie puissance, virilité et émotion en sublimant les morceaux par son charisme vocal. Les paroles, ultra clichées (tous les thèmes chers au metal, le vrai!) mais bien écrites, y font aussi beaucoup. Efficace, catchy, prenant et poignant (on est des hommes mais on a pas peur de montrer ses sentiments tant qu'on finit par se relever et couper des têtes!), on se prend vite au jeu et on ne tardera pas à chanter les refrains avec l'Américain tellement il est difficile de leur résister. Si vous ne chantez pas ceux de "Steel And Silver", "Outlive Them All", "Hammerforged", "Salt City" ou "Blades In The Night", c'est que vous devez être morts à l'intérieur! Et il n'y a pas que les refrains sur lesquels on voudra faire du karaoké mais carrément sur tous les couplets de tous les morceaux tellement c'est jouissif. Avec le regard fier et conquérant et les poings serrés à s'en faire saigner. Cerise sur le gâteau Jake Rogers nous balance souvent ces fameux "UGH!" à la Tom G. Warrior. Ça doit en saouler certains, moi je surkiffe! Ça va super bien avec les morceaux! Ça et les chœurs virils souvent de sortie, c'est tellement metal!

Gros gros coup de cœur pour ce Conqueror's Oath ultra inspiré. Il se fait certes plus simpliste que The Revenant King, très bon premier album qui promettait déjà Visigoth à un avenir radieux, mais il remporte ma préférence grâce à une foultitude d'offrandes plus jouissives les unes que les autres. Entre l'efficacité indécente de la chose, le chant génial, les paroles fédératrices, les riffs à se faire péter la nuque, les solos mélodiques pour faire du air-guitar, la basse pas timide, il y a de quoi se faire plaisir avec ce heavy metal conquérant qui pose ses grosses burnes sur la table tout du long. Visigoth a clairement franchi un cap dans la jouissance auditive. Tous les titres s'avèrent des putain d'hymnes qui vous feront chanter à tue-tête, lever le poing voire verser une petite larmichette sur les passages les plus poignants (mais toujours virils, on n'est pas des fragiles!). En chipotant, "Hammerforged", "Salt City" et "Blades In The Night" se révèlent un peu moins ultimes que leurs collègues. En gros on passe de l'excellentissime au juste très très bon. Ça va quoi! Je ne vois que ceux davantage portés sur l'aspect epic heavy/doom de The Revenant King pour râler sur un Conqueror's Oath pourtant quasi parfait. La prestation fantastique du combo de l'Utah au Metal Assault en février dernier, que j'attendais la bave aux lèvres depuis mes écoutes répétées du nouvel album, a encore un peu plus enfoncé le clou. Il est un peu tôt pour parler d'album heavy de l'année mais honnêtement, je ne vois pas qui pourrait faire mieux malgré les arrivées prochaines de Riot et Satan. Putain c'est beau le metal quand même!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

the gloth citer
the gloth
12/08/2020 23:09
coreandcoupdate a écrit :

Mouais... Lors de mes premières écoutes, le son vieillot et les vibratos datés ont bien failli avoir raison de ma motivation. Certes on n'est pas dans le chant de castra, mais ce chant sent quand même la virilité du vieux toréador à paillettes...



A vue de nez, le vieux toréador a dans les 25 ans... Je trouve son chant parfait, quant à moi.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
29/05/2018 18:04
"heavy metal chatoyant avec vocalises haut perchées. Non, du heavy/power metal ultra couillu, guerrier et épique"

Mouais... Lors de mes premières écoutes, le son vieillot et les vibratos datés ont bien failli avoir raison de ma motivation. Certes on n'est pas dans le chant de castra, mais ce chant sent quand même la virilité du vieux toréador à paillettes...

Menfin trêve de moqueries: ces refrains et ces vieilles mélodies sépia foutent en effet une sacrée patate. Je préférerais que le tout soit packagé dans une prod plus couillue, avec un chant VRAIMENT plus mâle...

Mais ça reste quand même un putain d'album (qui finit malheureusement sur une demie-molle bien morose...)
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
12/04/2018 19:55
Putain mais c'est qu'il fait envie l'animal!!!
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
12/04/2018 18:59
note: 8.5/10
Je suis très difficile en heavy et celui-là m'a foutu par terre !

"Des troubles dits du "poing levé" ainsi qu'une envie irrépressible de combattre à l'épée voire de brûler des villages dans les cas les plus graves ont été observés." TRUE STORY
Fabulon citer
Fabulon
12/04/2018 13:55
Bon sang, en voilà une bonne piqure de rappel!
J'ai complétement oublié de le chopper cet album...

Va falloir réparer ça d'urgence, d'autant que si tu dis vrai (ce dont je ne doute pas un instant) à savoir que les bonhommes ont globalement accéléré le tempo, ça risque de faire mal.

Les morceaux up tempo sur Revenant king étaient clairement les meilleurs (avec cette reprise du Road en prime, quel délice!).
Dantefever citer
Dantefever
12/04/2018 13:38
Addictif cet album putain, et dire que certains ici n'aiment pas le heavy ...
AxGxB citer
AxGxB
12/04/2018 13:34
note: 8.5/10
"By steel, by silver I slay like a wolf in the night. By steel, by silver, I slay, runes of power be my light".

Grosse tuerie ce disque. A écouter avant chaque marathon Conan ou LOTDR.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Visigoth
Heavy Metal
2018 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.3/10
Webzines : (5)  7.84/10

plus d'infos sur
Visigoth
Visigoth
Heavy Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Steel And Silver  (06:01)
02.   Warrior Queen  (05:28)
03.   Outlive Them All  (04:32)
04.   Hammerforged  (04:55)
05.   Traitor's Gate  (06:53)
06.   Salt City  (03:49)
07.   Blades In The Night  (04:18)
08.   The Conqueror's Oath  (06:25)

Durée : 42:21

line up
parution
9 Février 2018

voir aussi
Visigoth
Visigoth
Bells of Awakening (EP)

2019 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Mercyful Fate
Mercyful Fate
Don't Break The Oath

1984 - Roadrunner Records
  
White Wizzard
White Wizzard
The Devil's Cut

2013 - Earache Records
  
White Wizzard
White Wizzard
Infernal Overdrive

2018 - M-Theory Audio
  
Blind Guardian
Blind Guardian
Imaginations From The Other Side

1995 - Virgin Records
  
Night Demon
Night Demon
Curse Of The Damned

2015 - Steamhammer Records (SPV)
  

Album de l'année
Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique