chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Evil Warriors - Fall From Reality

Chronique

Evil Warriors Fall From Reality
Depuis déjà un bon moment les anciens pays du bloc communiste sont devenus les fers de lance du Black-Metal le plus extrême et poisseux, et du Death le plus suffocant et écrasant, à l’instar de la Pologne et de la République Tchèque qui ne cessent d’envoyer cohortes de groupes tous plus inspirés les uns que les autres. Pourtant l’ancienne R.D.A bien qu’ayant connu le même système politique est toujours restée en retrait, cependant elle est loin d’être inactive, preuve en est avec ce trio certes encore peu connu par chez nous mais qui ne devrait plus le rester longtemps. En effet après plus d’une décennie d’existence (et un premier opus sorti en 2011 sur un obscur label local), le trio de Leipzig semble enfin prêt à franchir une nouvelle étape de son existence, car son Metal noir crade où se mêle un soupçon de bon vieux Thrash a pris une toute autre dimension sur ce second et nouvel album. Cultivant le mystère via notamment une pochette particulièrement hermétique (peinte par le chanteur-guitariste) dont le style moderne aurait toute sa place au Centre Georges Pompidou à Paris, celui-ci va emmener l’auditeur vers des contrées obscures et froides, à la violence débridée le tout conjuguée à une haine vindicative et contagieuse, qui ne laissera pas indifférent et indemne.

En effet si au départ l’ombre des premiers TSJUDER (« Kill For Satan » et « Demonic Possessions ») flotte dans l’air celle-ci va vite s’estomper tant la musique du combo ne se contente pas de reprendre les œuvres cultes de la formation d’Oslo, car « Fall From Reality » va d’entrée placer la barre très haut tout en proposant de nombreuses variations de tempos. Après une série de riffs coupants et glaciaux en guise d’introduction, l’ensemble va monter progressivement en pression avant une série d’enchaînements et d’alternances entre blasts, hammerblasts et parties mid-tempo à la double particulièrement entraînantes, avant que le chant ne retentisse sur un léger fond de réverb’, alors que musicalement c’est toujours aussi diversifié derrière (notamment avec un break calme qui sert à mieux repartir dans la foulée). Autant dire que le ton est donné, ça frappe fort et vite mais ça sait aussi faire preuve de subtilité afin de ne pas se répéter inutilement, et ce même quand les gars simplifient leur jeu, comme sur « Excess ». Ici ça ne fait pas dans le sentimental et si ça commence de manière plutôt lente et lourde, la suite va être plus déchaînée et ne va quasiment pas relâcher la pression et son étreinte sur l’auditeur. Si là-encore c’est particulièrement brutal et rapide on y trouve aussi un riffing et un jeu de batterie totalement thrashisant qui amènent un surplus d’intérêt et d’accroche, tout en montrant une facette des teutons plus directe et rentre-dedans. Ce schéma va se retrouver plus tard sur les excellents « Reincarnation » et « Worthless Wretch » qui vont tabasser pendant la majeure partie du temps en n’offrant que peu de répit à l’auditeur, mais qui vont aussi l’étonner par leur douceur et froideur extrêmes. Car en guise de démarrage ceux-ci nous envoient en plein hiver scandinave, beau et majestueux, vu que c’est à une succession de notes cotonneuses et neigeuses auquel on a droit pendant un bon moment, et qui font office de calme avant l’arrivée du vent venu du pôle, permettant ainsi d’assurer le grand-écart stylistique et d’éviter ainsi d’être trop linéaire.

D’ailleurs il faut saluer la prise du risque effectuée par la bande qui outre s’être inspirée du travail de Nag et de ses acolytes, a été aussi chercher ses idées du côté de K. K. Warslut et de DESTRÖYER 666, tant la doublette qui va suivre mélange habilement le climat du nord de l’Europe avec celui brûlant de l’outback australien. En effet « Pillow Of Cold Water » est une vraie incitation à aller au combat, tant il est épique à souhait et que l’on y trouve l’envie et la motivation d’aller combattre son ennemi, quelque soit le moyen pour y parvenir, car après un commencement pied au plancher la suite va s’alourdir au fur et à mesure, montrant un visage plus écrasant où le tempo se fait moins excité mais conserve toute sa puissance, à l’instar « Mania And Passion ». Cependant ici c’est la furie sonore qui prend toute son ampleur, tant les mecs se lâchent complètement et jouent à fond les ballons au milieu d’un déluge de fureur, où les riffs Black les plus coupants se mêlent avec brio à ceux du Thrash le plus énervé, tout en conservant cette accroche guerrière particulièrement succulente. Et comme pour surprendre une ultime fois les allemands ont également mis les ambiances à l’honneur avec les redoutables et somptueux « Idleness And Doom » et « All The Stars » où leur force destructrice se retrouve mélangée à quelquechose de plus éthéré (notamment une fois encore grâce à des introductions longues qui laissent le temps de développer leur propos) de la part des guitares, où se glissent des solos brut de décoffrage et de nombreuses cassures de la part du batteur qui a visiblement beaucoup écouté le showman Antichristian, sans pour autant copier le style incomparable du norvégien.

A la fois très crus dans leur production mais aussi très live dans leur exécution, ces trois-quarts d’heure passent comme une lettre à la poste, et tout aussi rapidement que le rythme global. Sans jamais en faire trop et en allant à l’essentiel techniquement les fous furieux sont une véritable surprise qui déboulent de nulle part, et arrivent telle une armée de panzers pour tout retourner sur leur passage en ne laissant aucun survivant en chemin. Sans jamais faiblir de la première à la dernière seconde, et tout en gardant sa force de frappe et son côté addictif on est véritablement sur le cul par ce concentré de haine et de négativisme, qui ne prétend pas révolutionner le genre mais simplement le perpétuer en y amenant un soupçon de personnalité qui lui est propre. Passée inaperçue (ou presque) lors de sa sortie il y’a quelques semaines de cela, cette pépite mérite véritablement le détour et qu’on y prête une oreille attentive ou plus distraite, mais dans les deux cas on reste scotché par ce qu’il s’en dégage, et surtout par cette odeur de soufre et d’authenticité qui font bien plaisir tant on a parfois du mal à les retrouver aujourd’hui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
14/08/2018 22:40
Bon ben va falloir se pencher là-dessus aussi alors.
Keyser citer
Keyser
14/08/2018 17:56
note: 8.5/10
Ouaip, très bonne découverte du coup, j'avais pas fait gaffe à cette kro pourtant très élogieuse. Perso j'aime bien le nom, ça a un côté true kitsch qui me plait. Par contre ça irait mieux à un groupe plus old-school et plus "trad". Je trouve la pochette cool aussi. Bref, achat prochain.
Kasteel citer
Kasteel
14/08/2018 17:41
La noirceur et la puissance du Black alliées -à petite dose- à l'énergie du Thrash !
Comme dit dans cette chro rendant un bel hommage à cet album, ces "fous furieux" savent aller très vite et fort (ces accélérations ! Un vrai point fort aussi !), mais aussi se pauser et nous insuffler des ambiances noires et malsaines.

Seule ombre au tableau : ce nom de groupe...sans dec' les gars, vous avez 15 ans et vous voulez monter le groupe le plus truethrashheavyquituetropsamère ?!..
Changez vite avant d'être reconnus, ce qui ne manquera pas d'arriver avec un tel niveau !
Quant à la pochette, j'imagine qu'elle peut en rebuter plus d'un, mais perso elle me permet de "m'y perdre", et j'aime plutôt bien ça !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Evil Warriors
Black/Thrash
2018 - War Anthem Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8.5/10
Webzines : (6)  7.27/10

plus d'infos sur
Evil Warriors
Evil Warriors
Black/Thrash - 2007 - Allemagne
  

tracklist
01.   Fall From Reality
02.   Excess
03.   Pillow Of Cold Water
04.   Reincarnation
05.   Idleness And Doom
06.   Mania And Passion
07.   Worthless Wretch
08.   All The Stars

Durée : 46 minutes

line up
parution
19 Janvier 2018

Essayez aussi
Necromessiah
Necromessiah
The Last Hope Of Humanity

2013 - Punishment 18 Records
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Phoenix Rising

2000 - Season Of Mist
  
Craven Idol
Craven Idol
Towards Eschaton

2013 - Dark Descent Records
  
Skeletonwitch
Skeletonwitch
Forever Abomination

2011 - Prosthetic Records
  

Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique
Born Of Osiris
The Simulation
Lire la chronique
Soundgarden
Screaming Life / Fopp (Comp...
Lire la chronique