chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Stromptha - Odium Vult

Chronique

Stromptha Odium Vult
Allez, anecdote pour commencer cette chronique. J’ai été en contact il y a plusieurs mois avec Cardinal Doom, l’unique membre de STROMPTHA. Il s’était manifesté pour me dire qu’il avait signé chez Ossuaire, label qu’il avait découvert puis contacté suite à l’une de mes vidéos. Je me suis donc senti tel un intermédiaire, une marieuse tout fière d’avoir trouvé un beau couple. En espérant qu’il vive heureux et fasse beaucoup d’enfants.

Voici en tout cas le premier rejeton : Odium Vult. Il n’est composé que de quatre pistes, longues, qui totalisent près de 35 minutes. Leurs titres jouent avec les lettres : « Druh », « Durh », « Rudh » et « Uhrd ». Et le premier commentaire que je peux vous faire, c’est que STROMPTHA et Ossuaire étaient bien faits pour se rencontrer. Rappelons que ce dernier est l’écurie de WYRMS, NORMAN SHORES ou encore OBSCURITE, trois formations qui ont pour point commun de faire un black metal traditionnel, mais ouvert aux mélodies entrainantes, et avec des compositions travaillées mais qui ne se complaisent pas dans la technique. Du cerveau et du cœur en même temps. Certes, le résultat et les atmosphères sont encore différentes chez notre formation du jour, mais il réunit ces deux éléments.

Le cœur d’abord, il se trouve dans ces riffs qui donnent le frisson, qui ont le bon goût d’apparaître sur de courts moments au milieu de l'obscurité. Difficile de résister aux mélodies de « Druh », qui éclairent le titre comme un rai de lumière solaire transperçant d’épais nuages noirs. Et que dire de celles de la fin de « Durh » ? Un final parfait qui sublime le morceau. J’aime ça, j’aime ce genre de passages forts en émotions au milieu de l'énergie sombre. Mais il a aussi beaucoup le cerveau, et donc la créativité. Les compositions sont imprévisibles. Le rythme n’est jamais figé, les directions changent fréquemment. Et même les vocaux, la plupart du temps graves et essoufflés, tentent des changements. Sur « Rudh » ils déclament en français, d’une manière qui rappelle ANOREXIA NERVOSA. Sur « Uhrd » ils se transforment en chœurs et apportent de la tension. Et au fait, c’est dès le début de l’album que l’on comprenait être devant une formation à part, les deux premières minutes s’ouvraient avec un chant plus narratif...

Les 4 pistes noires et brillantes font tellement plaisir à écouter. Et à réécouter. On découvre petit à petit certains éléments et ont a du mal à se lasser. Par contre, qui dit changements et variations dit risque. Et là aussi, il sera difficile d’accrocher sur toute la ligne. Il y aura bien un moment que vous apprécierez moins. De mon côté, ce sont quelques longueurs que je trouve de trop. Le final de « Druh » n’arrive pas à maintenir mon intention et je décroche obligatoirement pendant les 2 dernières minutes. Et sur « Rudh » c’est à peu près autour de la 6ème minute que mon esprit vagabonde. Les morceaux n’avaient peut-être pas besoin d’être si longs. 3 sur 4 dépassent les 9 minutes. L’autre en fait plus de 6. Ensuite, il reste une marge de progression. Je suis sûr que STROMPTHA pourra s’améliorer encore et trouver de nouveaux éléments encore plus percutants. C’est déjà de très bonne qualité, cela donne envie d’en écouter plus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Stromptha
Black Metal
2018 - Ossuaire Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Stromptha
Stromptha
Black Metal - 2009 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Druh
02.   Durh
03.   Rudh
04.   Uhrd

Durée : 34:30

parution
19 Février 2018

Essayez aussi
Nocternity
Nocternity
Onyx (Rééd.)

2014 - Kyrck Productions & Armour
  
Bestia Arcana
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu

2011 - Daemon Worship Productions
  
Thy Primordial
Thy Primordial
The Heresy Of An Age Of Reason

2000 - Pulverised Records
  
Furia
Furia
Marzannie, królowej Polski

2012 - Pagan Records
  
Vargrav
Vargrav
Netherstorm

2017 - Werewolf Records
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique