chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dio - Holy Diver

Chronique

Dio Holy Diver
Dans le Metal, c'est comme dans le vin. Il y a de bons millésimes. 1983 en est un. Allez-donc jeter un cil à la liste des disques parus cette année si vous en doutez. Un bon MAIDEN, un bon OZZY, un excellent METALLICA, un bon SLAYER, les débuts de MÖTLEY CRÜE, un BLACK SABBATH sous estimé et les débuts solo de Ronnie James Dio, fraîchement (au propre comme au figuré) débarqué de BLACK SABBATH. Démissionné / Débarqué, les avis divergent. Mais quel que soit le juste terme, l'union sacrée entre le lutin et le gang de Birmingham est finie et bien finie. Après les deux albums d'anthologie que sont Heaven and Hell et Mob Rules, l'enregistrement laborieux du LIve Evil a fait exploser le quatuor constitué des Anglais Tony Iommi et Geezer Buttler et des Américains Ronnie Dio et Vinnie Appice. Irréconciliables suite à une dispute autour du mixage du live, les américains sont allés voir ailleurs, laissant aux Anglais leurs yeux pour pleurer et un mauvais disque live pour se consoler.

Libéré du Sab, Dio décide de finaliser un projet qui lui trotte dans la tête depuis longtemps : fonder son propre groupe. Le lutin avait essayé de mener ce side projet en parallèle de BLACK SABBATH, mais Tony Iommi a refusé, comme il l'avait fait quelques années plus tôt pour Ozzy, que son frontman partage son temps entre deux groupes. Porté par le succès encore frais dans les esprit de ses deux albums avec BLACK SABBATH, Dio signe un deal avec Vertigo et recrute des musiciens pour compléter son line-up : Vinnie Appice aux fûts, Vivian Campbell à la guitare et Jimmy Bain à la basse. Le groupe s'enferme en studio pour composer et enregistrer vite et bien le premier opus du groupe auquel Dio donne très modestement son nom. Un choix pas totalement idiot dans la mesure où, si le lutin est encore paré de l'aura de BLACK SABBATH, le reste de sa petite troupe est composé de glorieux inconnus. Autant capitaliser sur la renommée du chanteur pour se démarquer sur une scène Heavy Metal aux côtés des grands groupes très renommés et des étoiles montantes de la scène Hard FM / Glam Metal qui est en phase d'exploser à Los Angeles.

Holy Diver est un album qui se déguste. Comme la madeleine de Proust qui rappellerait le temps béni du Heavy Metal qui avait quelque chose à raconter et envoyait du rêve par tous les sillons. Le disque accuse un petit coup de vieux mais il a finalement moins mal vieilli que d'autres disques parus à l'époque. Bien sûr, certaines chansons sonnent terriblement années 1980 ("Don't Talk To Strangers" en particulier). Bien sûr il y a quelques intros au synthé un peu ringarde : l'intro venteuse de "Holy Diver", un effet synthétique pathétique sur "Invisible" et le risible hurlement de loup enroué sur "Shame On The Night". Mais ces petits signes du temps mis à part, la colonne vertébrale du disque est faite d'un Heavy Metal solide et intemporel. La tracklist est intelligente et équilibrée. Ouvrant sur "Stand Up and Shout", une grosse baffe Heavy tout en guitare tranchante, en batterie vrombissante et en chant agressif. Le parfait hymne pour stade. Vient ensuite le célèbre morceau titre, archi connu et magnifique "Holy Diver", porté par un tempo plutôt lent, un chant envoûtant et un riff génial. Cette chanson aurait tendance à faire oublier le reste de la tracklist, et ça serait pourtant bien dommage de passer à côté. Car même s'ils ne sont pas tous aussi équilibrés que "Holy Diver", chacun des sept morceaux suivants a quelque chose à dire. Ils se suivent comme à la parade, développant des ambiances et des thématiques variées. Sans jamais faiblir ni tomber dans le mièvre parfois effleuré, la tracklist se clôture sur l'exceptionnel "Rainbow In The Dark" et le plus anecdotique "Shame On The Night".

Ce qui est vraiment bien avec Holy Diver, c'est aussi de constater à quel point le travail de DIO est différent de celui de BLACK SABBATH. Ce nouveau projet n'a résolument rien à voir avec le son du groupe Britannique. Il est plus enjoué, plus léger, plus cool, moins pesant et plombé. Même Ronnie Dio est différent. Son chant est toujours très technique, riche et aisément reconnaissable, mais l'Américain, libéré du poids de la couronne de frontman de BLACK SABBATH semble plus à son aise dans un univers qu'il s'est inventé. Un univers dans lequel il laisse à ses collègues le champ nécessaire pour s'exprimer. Voila un disque où l'on sent que chaque musicien a pu s'exprimer. Chaque instrument a un son organique et orgasmique : la guitare de Campbell éjacule des soli d'anthologie, la batterie de Vinnie Appice alterne tempi posés et accélérations d'antologie. Quant à Dio, inutile de vous dire qu'il est à 200% de son karma. Le chanteur alterne les tessitures vocales comme qui rigole, ose des montées dans les aigus à faire péter tous les verres en cristal de la maison et habite littéralement ses textes.

Le disque ne se révèle pas forcément du premier coup, mais il gagne à être redécouvert. Sans être un disque fondateur à l'importance historique, Holy Diver est un album sur lequel il n'y a rien à jeter et tout à garder. Un album qui rend justice au millésime 1983, décidément exceptionnel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
03/11/2018 23:29
Shame of the Night anecdotique ? Pas possible ! Dio se fout à poil sur ce morceau bourré d'émotions.
Album ultime et de loin le meilleur de sa disco.
MoM citer
MoM
17/05/2018 18:03
Décidément, je n'arriverai jamais avec ce groupe. Je n'aime que Holy Diver pour son riff, son clip kitschouille et les parodies derrière Gros sourire

Autrement, pour moi, le Dio, c'est Rainbow ! Ca, c'est monstrueusement bon ! L'éponyme et Rising, ça envoie sec Clin d'oeil
rivax citer
rivax
17/05/2018 11:12
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : Bon timing sinon pour la chronique.

J'avais envie de le faire depuis un moment. Quand j'ai vu que la date anniversaire était bientôt, j'ai sauté sur l'occasion!
tasserholf citer
tasserholf
17/05/2018 10:26
Encore une preuve que le heavy c'est vraiment un style qui ne marche qu'à la nostalgie chez moi. Et vu que j'ai pas écouté Dio étant gamin je vois le potentiel mais ça ne m'évoque rien, la jauge à émotions reste vide :/
Jean-Clint citer
Jean-Clint
17/05/2018 08:59
note: 9/10
Du même avis que mes confrères, un excellent album qui n'a pas vieillit et dont les morceaux font toujours mouche après tant d'années.

Très classique sur la forme, il est sublimé par le niveau de chacun des membres du groupe où puissance et mélodie sont en équilibre parfait. Un très grand cru (comme son successeur)
AxGxB citer
AxGxB
17/05/2018 08:30
note: 9/10
Un excellent premier album qui en ce qui me concerne n'a pas vraiment subit les affres du temps. Effectivement bien équilibré avec un mélange de titres plus catchy et d'autres plus mélodiques. Et puis bien entendu le chant absolument parfait de Ronnie James Dio.
Bon timing sinon pour la chronique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dio
Heavy Metal
1983 - Warner Bros. / Vertigo
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.72/10
Webzines : (6)  8.33/10

plus d'infos sur
Dio
Dio
Heavy Metal - 1982 † 2010 - Etats-Unis
  

vidéos
Holy Diver
Holy Diver
Dio

Extrait de "Holy Diver"
  
Rainbow In The Dark
Rainbow In The Dark
Dio

Extrait de "Holy Diver"
  

tracklist
01.   Stand Up and Shout  (3:15)
02.   Holy Diver  (5:52)
03.   Gypsy  (3:37)
04.   Caught in the Middle  (4:13)
05.   Don't Talk to Strangers  (4:49)
06.   Straight Through the Heart  (4:31)
07.   Invisible  (5:23)
08.   Rainbow in the Dark  (4:13)
09.   Shame on the Night  (5:16)

Durée : 41:29

line up
parution
25 Mai 1983

Essayez aussi
Iron Maiden
Iron Maiden
Somewhere In Time

1986 - EMI
  
Haunt
Haunt
Burst Into Flame

2018 - Shadow Kingdom Records
  
Jack Starr's Burning Starr
Jack Starr's Burning Starr
Stand Your Ground

2017 - High Roller Records
  
Visigoth
Visigoth
Bells of Awakening (EP)

2019 - Metal Blade Records
  
Judas Priest
Judas Priest
Ram It Down

1988 - Columbia Records
  

The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique