chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sadistik Forest - Morbid Majesties

Chronique

Sadistik Forest Morbid Majesties
En ce début d’année le Death finlandais semble se réveiller tant les sorties annoncées ou en prévision se font nombreuses, car en attendant le retour prochain de CORPSESSED, c’est LIE IN RUINS qui a dégainé le premier suivi par le combo de Oulu qui aura mis du temps à sortir de sa léthargie. Si le quatuor n’est pas le groupe le plus connu du pays des mille lacs il n’en pas moins un des plus intéressants, et après deux premiers très bons opus sortis en 2010 et 2012 il s’est fait progressivement oublier, vu qu’il n’a plus fait parler de lui durant cinq longues années. Pourtant il serait dommage de ne pas replonger ses oreilles dans l’œuvre de celui-ci car il revient particulièrement énervé et inspiré, visiblement décidé à en découdre et à se faire pardonner sa trop longue absence.

Car brutale et sans concessions cette nouvelle livraison va démarrer pied au plancher avec « Morbidly Majestic » où l’absence d’intro est compensée par une vitesse élevée et un solo dégainé d’entrée, avant que l’alternance entre riffs aiguisés et rythme rapide ne fasse son œuvre avec une efficacité redoutable. Oscillant entre parties mid-tempo remuantes et d’autres plus énergiques (agrémentées de blasts courts et ravageurs), ce morceau d’entrée ne débande pas une seconde et a le mérite d’annihiler tout doute sur une éventuelle perte d’inspiration et de puissance de la bande. D’ailleurs ce constat est confirmé dans la foulée avec le court et redoutable « Decades Of Torment Then Death » qui reprend le même schéma que précédemment, tout en se faisant plus agressif et compact grâce à une durée qui ne s’éternise pas afin de privilégier le feeling, ce qui s’avère être une très bonne chose tant les gars ne s’embarrassent pas de technique à outrance. Simple et brut de décoffrage, cela pourrait être leur crédo, et ce même quand la rapidité laisse place à plus de lourdeur comme avec les excellents « The Hour Of Dread » et « Monsters Of Death » qui permettent de confirmer que même en ralentissant la cadence ils conservent leur attractivité. Nulle trace ici de vitesse débridée et endiablée, place au contraire à des passages plus massifs où la double alourdit encore l’ensemble, via notamment un son plus gras et poisseux bien mis en avant par une basse très présente dans le mixage, et qui renforce cette sensation d’étouffement et d’angoisse généralisée, le tout porté par un vrai sens du riff de ses créateurs qui ne cherchent jamais à trop en faire.

Cependant si la variété du tempo est de mise, celui-ci reste quand même la plupart du temps bien calé sur l’accélérateur, à l’instar de « Destructive Art » et « Zero Progress » situés entre la doublette plus massive. Ici on retrouve le côté destructeur entendu dès le départ, avec une vitesse qui ne relâche son étreinte que lors de rares et courtes occasions, même si un soupçon d’originalité apparaît lors du second titre qui laisse s’exprimer (lors d’une longue introduction) la facette la plus étouffante et bridée des scandinaves (avant ensuite de se lâcher complètement). D’ailleurs avant d’en terminer de cette phase "basique" « The Maelstrom Opens » conclut parfaitement les hostilités en reprenant un schéma relativement semblable à ce qui a été entendu auparavant, tout en proposant un léger soupçon de mélodie sur le solo, ce qui va surprendre au départ mais sera finalement cohérent avec le final intitulé « Bones Of A Giant », particulièrement long et étonnant. En effet ici, et au contraire de tout ce qui a été fait jusqu’à présent, la musique va prendre le temps de se développer et pendant près de dix minutes c’est à un titre à tiroir ambitieux auquel on va avoir droit. Commençant de façon très lente et presque doomesque pendant son premier tiers, il voit ensuite l’arrivée de moments plus énergiques et légèrement plus actifs, sans pour autant relâcher son étreinte écrasante. Puis le tout va progressivement rebaisser en intensité et retrouver le côté poisseux et angoissant entendu au départ, avant de se faire plus remuant et de regagner en pression générale, puis d’en terminer à nouveau par un éloge de la lenteur qui offre ainsi quelquechose de différent et d’original.

Mais si l’ensemble est de haute tenue il n’est par contre pas sans défauts, car outre certains plans interchangeables que l’on retrouve un peu partout sur le disque, cette dernière compo aurait pu de son côté être raccourcie vu qu’elle s’éternise un peu trop sur sa fin. Malgré tout ceci est finalement bien peu tant le reste est direct et spontané, et se voit également renforcé par sa production impeccable et naturelle à l’équilibre idéal, qui écrase tout sur son passage. Sans révolutionner quoi que ce soit la bande a réussi son retour, même si ça aurait pu être encore meilleur, et offre une très bonne sortie de Metal de la mort, qui sans figurer dans les classements de fin d’année passera sans souci le cap des écoutes multiples, grâce aussi à sa grande fluidité conjuguée à sa force de frappe imparable qui ne laissera personne indifférent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Gauchet citer
Gauchet
29/05/2018 00:05
En effet, il fait bien le taf ! Commandé pour mes soirées d'été ;-)
AxGxB citer
AxGxB
22/05/2018 16:53
note: 7.5/10
Disque fort sympathique en dépit effectivement d'un manque flagrant d'originalité.
Keyser citer
Keyser
22/05/2018 15:03
note: 7.5/10
Rien d'exceptionnel ou d'original mais voilà du death old-school groovy et assez bourrin qui fait bien le taf.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sadistik Forest
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (4)  7.13/10

plus d'infos sur
Sadistik Forest
Sadistik Forest
Death Metal - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Morbidly Majestic
02.   Decades Of Torment Then Death
03.   The Hour Of Dread
04.   Destructive Art
05.   Zero Progress
06.   Monsters Of Death
07.   The Maelstrom Opens
08.   Bones Of A Giant

Durée : 35 minutes

line up
parution
25 Mai 2018

Essayez aussi
Smothered
Smothered
The Inevitable End

2013 - Soulseller Records
  
Deserted Fear
Deserted Fear
Dead Shores Rising

2017 - Century Media Records
  
Denial
Denial
Catacombs Of The Grotesque

2009 - Asphyxiate Recordings
  
Desultory
Desultory
Into Eternity

1993 - Metal Blade Records
  
Pestilence
Pestilence
Consuming Impulse

1989 - Roadrunner Records
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique