chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blood Red Fog - Thanatotic Supremacy

Chronique

Blood Red Fog Thanatotic Supremacy
BLOOD RED FOG a toujours été mauvais, très, très, très mauvais... pour ma santé mentale. C’est véritablement un groupe que je suis, dont j’attends les sorties, et qui ne me déçoit pas. C’est normal, les Finlandais qui le forment sont totalement possédés, et ils arrivent à transmettre leur haine, leur torture, leur malaise.

Et cette fois-ci encore ! Ce quatrième album est un nouveau trophée à ranger aux côtés des autres, 4 ans après un On Death’s Wings qui avait gagné sa pastille d’ « album de l’année » sur Thrashocore. BLOOD RED FOG est excellent parce qu’il est toujours aussi passionné, instantané, dérangé et imprévisible qu’à son habitude. Un œil sur le livret montre bien que la troupe ne s’est pas calmée. Ah si, une photo surtout montre que le groupe vit dans son monde. Attention, vous allez voir un zizi !

J’ai pourtant eu un doute, énorme, en commençant l’écoute de Thanatotic Supremacy. Le premier titre ne fait pas dans la dentelle. Il prend tout de suite les couilles de l’auditeur dans sa main, et il serre bien fort. BLOOD RED FOG a toujours eu de l’agressivité en lui, mais là, il la lâche totalement. Du moins pendant 5 minutes, car la piste va sur les trois restantes glisser les mélodies vicelardes qu’on attendait. Ah oui ! Ah oui ! Comme chez un MGLA, comme chez un CLANDESTINE BLAZE, il y a des passages qui viennent rendre belle la tempête dévastatrice.

Et les pistes suivantes reprendront les formules, avec un dosage légèrement différent de l’un à l’autre. On oscille en tout cas constamment entre du gros martelage haineux et des caresses légères à base de trémolos. Et les vocaux, eux, arrivent à coller aussi bien à l’un qu’à l’autre. Presque pleurés, ils sont le fait d’un être torturé qui se débat, qui postillonne au ciel, qui court au ralenti dans un marais.

Les riffs sont terriblement attirants, quelques parties au clavier viennent sublimer la tension, la batterie ne faiblit pratiquement jamais… Tout cela pour un résultat qu’il ne convient pas d’écouter en public, surtout pas dans les transports en commun. Pour deux raisons. D’abord parce que les parties agressives pourraient vous donner envie de vous en prendre physiquement à votre voisin de siège. Ensuite parce que les parties plus mélancoliques parviennent à fissurer notre carapace et à nous rendre sensibles envers ces mêmes passagers.

Comment dire… J’écoutais l’album dehors. J’ai vu une grosse, j’ai entendu sa voix dans ma tête : « Je me hais, je voudrais être mince ! ». J’ai vu un homme en costume : « Je me hais, je voudrais brûler ce costume, et le chef avec ». J’ai vu un enfant : « Mais où est passée la couleur toute rose du monde ? On m’aurait menti ? ». En fait cet album a le pouvoir de faire entrer dans la misère de tout ce qui nous entoure, de nous éveiller aux douleurs des autres. Et la nôtre, par extension.

Bref, un album qui fait vibrer, qui fait haïr, qui donne de la pitié, qui convainc que le black metal est toujours et encore efficace en 2018…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
12/06/2018 15:11
note: 9/10
Batu a écrit : "J’ai vu un enfant : « Mais où est passée la couleur toute rose du monde ? On m’aurait menti ? ». "

C'est bête à dire, mais cette phrase m'a mis un taquet derrière la tête.


C'est qu'on a tous vécu plus ou moins ce genre de désillusions, rahaahahahah.
Batu citer
Batu
11/06/2018 15:21
"J’ai vu un enfant : « Mais où est passée la couleur toute rose du monde ? On m’aurait menti ? ». "

C'est bête à dire, mais cette phrase m'a mis un taquet derrière la tête.
seb niggurath citer
seb niggurath
27/05/2018 17:27
désolé Sakrifisse mais encore une fois je suis totalement d'accord avec toi et cet album et bel et bien un des plus "mauvais" au bon sens du terme sorti ces dernieres années
N4pht4 citer
N4pht4
26/05/2018 19:19
note: 8/10
Les melodies sont vraiment bien senties, l'aspect mélancolique ressort très bien. Parfait pour les matins pluvieux en allant au boulot !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
26/05/2018 10:25
note: 9/10
Oui, oui, moi je sais que je le garderai dans mon top de l'année.
Wyrms sera aussi bien placé. Et puis Gra aussi d'ailleurs. 3 albums qui restent dans le haut pour l'instant.
Là je suis dans les écoutes plus décevantes, donc de mauvaises notes arrivent pour Abhor ainsi que pour les 4 sorties de Northern... Enfin, elles seront pas toutes mauvaises, mais entre 4 et 7.
Stockwel citer
Stockwel
26/05/2018 09:47
Comme beaucoup d'albums auxquels tu mets des notes très élevées, je le trouve pas mal mais pas exceptionnel.
Ca part un peu dans tous les sens j'ai du mal à m'y retrouver et quand j'ai fini de l'écouter j'ai l'impression de n'avoir rien retenu.
Après ça reste bon mais je serais plus sur du 7/10.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blood Red Fog
Black Metal
2018 - Deviant Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Black Metal - 2004 - Finlande
  

tracklist
01.   Thanatotic Supremacy
02.   The Master Speaks
03.   Astral Witch
04.   Angels
05.   Join with the Earth
06.   Puhe Mestauspaikalla

Durée : 50:17

parution
4 Février 2018

voir aussi
Blood Red Fog
Blood Red Fog
Harvest

2012 - Saturnian Productions
  
Blood Red Fog
Blood Red Fog
On Death's Wings

2014 - Saturnal Records
  

Essayez aussi
Diocletian
Diocletian
Annihilation Rituals (Compil.)

2012 - Osmose Productions
  
Mayhem
Mayhem
De Mysteriis Dom Sathanas

1994 - Deathlike Silence Productions
  
Keiser
Keiser
The Succubus

2017 - Autoproduction
  
Tsjuder
Tsjuder
Legion Helvete

2011 - Season Of Mist
  
Agrypnie
Agrypnie
Aetas Cineris

2013 - Supreme Chaos Records
  

Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast