chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

L7 - Smell The Magic

Chronique

L7 Smell The Magic (EP)
Il y a quelques jours de cela, les filles de L7 célébraient en grand pompe les trente ans de Smell The Magic, fantastique EP sorti en 1990 sur Sub Pop et grâce auquel les choses sérieuses ont véritablement commencé pour ce groupe originaire de Los Angeles. À l’occasion de cet anniversaire, le fameux label de Seattle s’est décidé à rééditer en vinyle et cela pour la première fois depuis sa sortie, ce disque qui à l’époque a permis à ces turbulentes demoiselles de faire enfin parler d’elles. Remasterisé pour l’occasion, on note également que c’est l'artwork d’origine qui a été choisi pour illustrer ces rééditions et non celui qui se trouve à votre droite qu’à titre personnel je trouve tout de même plus sympa avec ces petites touches de rose bien senties. Enfin bon, comme vous vous en doutez, là n’est pas l’essentiel.

Formé en 1985 suite à la rencontre entre Donita Spark et Suzi Gardner auxquelles (rapidement rejoint par Jennifer Finch et Anne Anderson), le groupe réussi à attirer l’attention de monsieur Brett Gurewitz, guitariste des excellents Bad Religion et patron d’un petit label (à l’époque) spécialisé dans les sorties Punk Rock (à l’époque, bis). C’est ainsi en 1988 que sort sur Epitaph Records le premier album de L7, un disque survolté et un peu brouillon qui va tout de même permettre de placer le groupe sur le radar des amateurs de Punk Rock déglingué et haut en couleurs. Deux ans plus tard, avec un line-up quelque peu remanié (exit Anne Anderson, bienvenue Demetra Plakas) et l’appui de Sub Pop (Green River, Mudhoney, Soundgarden, Nirvana, Tad, Les Thugs...), L7 poursuit son petit bout de chemin avec la sortie de Smell The Magic, un EP plus maîtrisé mais toujours aussi bruyant. Une ode féministe engagée servi avec beaucoup d’humour et d’auto-dérision.

Contrairement à la version originale de 1990 qui ne contient que six titres, la version CD parue un an plus tard propose trois morceaux supplémentaires : "Packin’ A Rod" tiré du single intitulé Shove b/w Packin' A Rod, "Just Like Me" en guise d’inédit et "American Society", reprise du groupe californien Eddie And The Subtitles. Un complément non négligeable qui d’ailleurs trouve sa place sur les récentes rééditions évoquées un peu plus haut.
Enregistré entre Seattle et Los Angeles par Jack Endino (Soundgarden, Green River, Nirvana, Screaming Trees...), Michael James (Hole, Jawbreaker...) et Daniel Rey (The Ramones, Gang Green, White Zombie...), Smell The Magic aurait pu manquer d’homogénéité en matière de production. Néanmoins, on s’aperçoit très rapidement qu’il n’en est rien et que chaque morceau, peu importe le producteur en charge des potards, micros et autres ustensiles de cuisine, sonnent tous de manière plus ou moins identique avec en premier lieu ces guitares dépouillées au fuzz ultra abrasif, cette basse saturée aux rondeurs exquises (même s’il faut bien avouer qu’elle aurait pu être mise un poil plus en avant sur quelques titres), cette batterie dynamique et particulièrement volontaire (derrière ses fûts, Demetra Plakas ne fait pas semblant, cognant comme une sourde malgré la simplicité des séquences exécutées) et bien évidemment la voix arrachée et nasillarde d’une Donita Spark (la joie de ces "r" roulés sur "Fast & Frightening"), demoiselle explosive à la langue bien pendue qui en a surement fait marrer plus d’un/e avec des phrases de ce genre : "Got so much clit she don't need no balls".
Bien qu’estampillé Grunge en ces pages et d’ailleurs largement associé au genre au moment des faits, la musique de L7 penche tout de même davantage du côté du Punk Rock. Un Punk Rock cradingue et débridé puisqu'on va en effet retrouver chez les filles de Los Angeles cette énergie débordante et communicative caractérisée par des rythmiques toujours très simples mais diablement entraînantes (que ce soit lors de séquences mid-tempo ou de passages plus soutenus comme l’attestent des titres tels que "Shove", "Fast And Frightening", "Deathwish", "‘Till The Wheels Fall Off", "Packin’ A Rod", "Just Like Me"...) et par ce côté « rien à branler » qui se traduit ici sur disque par cette production pleine d’aspérités, cette interprétation excessive mais ô combien attachante, ces solos mélodique tout de même un brin foutraques et bruyants ou encore ces voix arrachées. Celle de Donita qui par son caractère excessif (oui je l’ai déjà dit mais je n’ai pas d’autre mot) ne va pas manquer de prendre sa place (toute la place) mais également celles de Suzi, Jennifer et Demetra qui par moment vont tout de même l’accompagner le temps de quelques backing-vocals bien sentis.

Si la véritable reconnaissance arrivera quelques mois plus tard avec la sortie de leur deuxième album, l’excellent Bricks Are Heavy (les couche-tard se souviennent surement du clip de "Pretend We’re Dead" diffusé à l’époque sur M6 ou MTV), ce premier EP de L7 reste encore aujourd'hui un véritable régal pour tous les amateurs de Punk Rock débraillé et abrasif emprunt de ce feeling 90’s évident. Moins foutraque et bancal que son prédécesseur, Smell The Magic atteste de l’évolution d’un groupe encore en devenir mais néanmoins sur le point de prendre sa place, au second rang, parmi les acteurs majeurs du mouvement Grunge à l’orée des années 90. They're fast, they're lean, they're frightening !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
23/09/2020 07:40
note: 4/5
TarGhost a écrit : Que de souvenirs à l'évocation de cet album et très belle chronique au passage. Oui, 1990 c'est aussi l'année de sortie du "Babysitters on Acid" des Lunachicks, une autre torgnole punk/rock/grunge également hautement recommandable !

Merci l'ami Clin d'oeil Par contre, Lunachicks je trouve ça cool mais sans plus. Y a toujours eu un truc dans leur musique qui m'a un peu empêché d'apprécier à fond...
TarGhost citer
TarGhost
22/09/2020 13:20
note: 4.5/5
Que de souvenirs à l'évocation de cet album et très belle chronique au passage. Oui, 1990 c'est aussi l'année de sortie du "Babysitters on Acid" des Lunachicks, une autre torgnole punk/rock/grunge également hautement recommandable !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
L7
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  3/5
Webzines : (2)  3.42/5

plus d'infos sur
L7
L7
Grunge - 1985 - Etats-Unis
  

vidéos
Fast And Frightening
Fast And Frightening
L7

Extrait de "Smell The Magic"
  

tracklist
01.   Shove  (03:12)
02.   Fast And Frightening  (02:37)
03.   (Right On) Thru  (03:15)
04.   Deathwish  (03:48)
05.   'Till The Wheels Fall Off  (03:46)
06.   Broomstick  (03:50)
07.   Packin' A Rod  (02:11)
08.   Just Like Me  (03:32)
09.   American Society  (03:52)

Durée : 29:36

line up
parution
1 Septembre 1990

Essayez aussi
Alice In Chains
Alice In Chains
Rainier Fog

2018 - BMG
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Riot Act

2002 - Epic Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Facelift

1990 - Columbia Records
  
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Siamese Dream

1993 - Virgin Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Gigaton

2020 - Monkeywrench Records / Republic Records
  

Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique