chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Yob - Our Raw Heart

Chronique

Yob Our Raw Heart
‘’Notre coeur cru’’, c’est bien la traduction littérale du nom de ce dernier effort de YOB. Bien loin de l’image d’un vulgaire bout de viande, ce sont effectivement nos émotions qui vont être mises à l’épreuve face à ce disque. Et quel album, car non seulement produit dans des conditions difficiles (le chanteur et guitariste lead Mike Scheidt a dû être hospitalisé suite à de graves problèmes de santé), il va surtout représenter la synthèse de ce que le trio Doom originaire de l’Oregon,USA, a su nous livrer jusqu’à présent.

C’est donc quatre ans après la parution du très bon et très lourd The Path To Ascend que les Américains refont surface. Réputés pour leur Doom lent aux touches psyché, c’est avec surprise qu’on constate une certaine agressivité dès les premières notes d’Ablaze, le premier morceau.
On dénote un chant placé bien plus en valeur qu’auparavant, très loin du growl assez récurrent chez les autres compères du genre. On pourrait le comparer à une complainte, une expression jouée à coeur ouvert, et c’est de là que le nom de l’album prend tout son sens, YOB a décidé de se lâcher pleinement à travers ce huitième album.

On y retrouve une certaine variété en terme de sonorités. The Screen, le second titre, nous envoie au coeur d’une haine profonde, le riffing en devient presque celui d’un Death Doom sombre et caverneux. Pour ma part, il s’agit d’un de mes coups de coeur de l’album, car il incarne parfaitement ce bouillonnement de colère plus ou moins contrôlé qui gît au plus profond de chacun d’entre nous.

A l’inverse, YOB nous fait don d’une oeuvre sublime s’étalant sur un peu plus d’un quart d’heure avec le morceau Beauty in Falling Leaves. Doté d’une intro au son clair et tout en arpèges, le titre est l’expression de la mélancolie même. L’expression de notre admiration des choses éphémères, mais aussi le chagrin de les voir disparaître lentement.

On note le retour de leur touche psychédélique, récurrente sur la sortie de 2014, avec ses mélodies hypnotiques et l’utilisation intelligente d’un petit Phaser et un Delay assez court.
Le refrain y est explosif, probablement l’un des plus épiques jamais composé par le groupe, toujours dans son contexte mélancolique propre au style. La longueur du morceau permet facilement à l’auditeur d’imager la musique, on peut y entrevoir, comme son titre l’indique, un arbre somptueux perdre lentement chacune de ses feuilles.

L’expressivité de YOB est clairement à son paroxysme, il est difficile de ne pas ressentir ce bouillonnement et cette tempête émotionnelle que le groupe érige au fur et à mesure que l’album progresse.
Original Face, avant-dernier titre de l’album, fait office de hit pour l’album, on fait face à un orage de riffs monstrueux, où Mike semble perdre totalement le contrôle de ses émotions et laisser sa rancoeur hurler à sa place.
L’album finira par s’achever sur le titre éponyme, Our Raw Heart, la synthèse de plus d’une heure d’expressivité intense. Le titre, bien plus calme que son prédécesseur, décrira le constat de la vraie nature humaine, des êtres condamnés à vieillir, mais avec la capacité de ressentir et percevoir des choses. Nous vivons, nous voyons et nous disparaissons, sans laisser de traces.

Un mélange de beauté et de désespoir, c’est probablement cette dualité que YOB tente d’exposer à travers son dernier album.
Musicalement, c’est un succès total pour le groupe. Les longueurs que l’on pouvait leur reprocher sur les efforts précédents se sont estompées, et le trio a su garder l’essence même de leur son, pour la distiller sur près d’une heure et quart de musique.

Et ça, ça part tout de suite dans le Top 10 de l’année !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Bras Cassé citer
Bras Cassé
03/07/2018 15:51
note: 9/10
Une petite merveille! Parmi ce qu’ils ont sorti de mieux.
Cet album est fouillé, a une vraie personnalité, et est bourré d’émotions.
Putain, ce groupe assure encore et toujours !
lkea citer
lkea
01/07/2018 10:59
Assez déçu par cet album a priori, que j'ai trouvé trop chargé à mon goût. Mais je dois le réécouter !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Yob
Doom / Sludge
2018 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (13)  8.81/10

plus d'infos sur
Yob
Yob
Doom / Sludge - 1996 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Ablaze
02.   The Screen
03.   In Reverie / Lungs Reach
04.   Beauty In Falling Leaves
05.   Original Face
06.   Our Raw Heart

Durée : 73:16

line up
parution
8 Juin 2018

voir aussi
Yob
Yob
Clearing the Path to Ascend

2014 - Neurot Recordings
  

Essayez aussi
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Stalking the Ghost

2017 - Relapse Records
  
Indian
Indian
From All Purity

2014 - Relapse Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Season of Seance, Science of Silence

2003 - Rise Above Records
  
The Whorehouse Massacre
The Whorehouse Massacre
Altar of the Goat Skull / VI (Compil.)

2015 - Transcending Obscurity
  
Jupiterian
Jupiterian
Terraforming

2017 - Transcending Obscurity
  

Förgjord
Laulu kuolemasta
Lire la chronique
Thætas
Shrines To Absurdity
Lire la chronique
Instigate
Echoes Of A Dying World (EP)
Lire la chronique
The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique