chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
142 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Temple - Design In Creation

Chronique

Temple Design In Creation
Alors, ceux-là, on les avait un peu oubliés! Pourtant, le premier album des Néerlandais, Structures In Chaos, nous avait bien savaté la gueule. Mais il remonte déjà à 2012 et vu toutes les sorties intéressantes qu'il a pu y avoir en six ans, pas si étonnant que Temple se soit vu un peu relégué aux oubliettes malgré une entrée fracassante. Dès l'annonce d'un nouveau disque en approche toutefois, le souvenir de la première bombe est vite revenue en tête. Six ans c'est long et niveau line-up, on note quelques remaniements. La formation est ainsi passée d'un trio à un quatuor, perdant au passage le bassiste Michiel Dekker (The Monolith Deathcult, ex-Beyond Belief...) mais récupérant en remplacement Bas van den Bogaard aka Sanne Van Dijk (ex-Sinister, Pleurisy) auquel on ajoute le chanteur Kevin Quilligan (Apophis, ex-Toxocara). Temple a même depuis étoffé ses rangs d'un cinquième membre avec une deuxième guitariste, Jessica Otten (Dictated). Malgré ces quelques changements, le lien avec Structures In Chaos reste évident. La pochette déjà, qui rappelle de par ses couleurs chaudes encore davantage le Sacrilege Of Humanity des Polonais de Calm Hatchery et qui ressemble fortement à l'œuvre précédente, ainsi que le titre Design In Creation, connecté lui aussi au premier full-length.

Mais c'est bien sûr par la musique que l'on reconnait sans peine les Bataves. Le guitariste A.J. van Drenth reste seul maître à bord question composition et thématiques et le bonhomme n'a pas changé son fusil d'épaule. C'est même plutôt une sulfateuse qu'il porte tant Design In Creation pilonne à tout va. Structures In Chaos ne faisait déjà pas dans la dentelle, ce nouvel album va encore plus loin dans le radical. Blasts, blasts, re-blasts et re-re-blasts, Eric de Windt n'arrête quasiment jamais de mitrailler, lui qui arrive à les tenir longtemps sans avoir à les entrecouper de descentes de toms toutes les cinq secondes (plutôt toutes les deux minutes ici!). Et avec une production claire et ultra puissante ainsi que des vocaux tout aussi costauds du nouveau venu alternant entre growls menaçants et shrieks inquiétants à la manière d'un Hate Eternal, je ne vous raconte pas l'impact de l'ensemble! Quelle intensité! Quelle brutalité! Qu'est-ce que c'est bon! Jouissif à mort! J'ai terminé ma première écoute roulé par terre, pris de convulsions incontrôlables, la bave aux lèvres avec ce rictus de satisfaction caractéristique qui accompagne les grands albums. On est dans le brutal death de haute volée à la Nile, Myrkskog, Hate Eternal, Morbid Angel messieurs dames, celui qui vous prend direct à la gorge et vous secoue dans tous les sens, celui où on aime avoir mal et on en redemande.

Évidemment, si j'en ai encore les fesses rouges et les oreilles qui sifflent, ce n'est pas uniquement parce que c'est la foire aux blast-beats. J'avoue avoir des plaisirs simples mais il m'en faut quand même plus pour être scotché de la sorte. Temple montre ainsi bien d'autres qualités que celle de botter des culs par palettes. Si vous me connaissez, vous voyez où je veux en venir. Les sacro-saints riffs, bien sûr! La base, mais tout le monde ne l'a pas encore compris, en particulier dans le brutal death et encore plus quand il est moderne. Temple lui vient de la vieille école et nous livre un riffing incroyable, précis et affûté, très souvent en tremolo sur les parties blastées (soit 90% du temps), démontrant un feeling mélodique rare qui fait la différence non seulement par rapport à son premier album mais aussi face à la concurrence réduite en bouillie. Les mélodies plus ou moins sombres selon l'ambiance que souhaite donner la formation et aisément identifiables rentrent bien en tête et rendent l'album encore plus efficace. Design In Creation offre ainsi une succession de séquences jubilatoires, une orgie de plaisir auditif. C'est bien simple, ça n'en finit jamais! "3rd Degree Possession" à 1'21, "Saints & Relics" à 1'10 et 3'47, "Twisted Corridors" dès son démarrage en trombe après le court passage de la batterie en solo, à 0'41 quand le ciel s'assombrit une première fois, à 2'47 et 4'05 (oui il est génial ce morceau!), le début tonitruant pour ne pas changer de "Trees That Talk" lui aussi un des meilleurs titres, à 0'50 (bien dark!), 1'30 et 2'55, l'intro de "All Things Created" qui prouve décidément que les Néerlandais sont passés maîtres dans l'art d'accrocher dès l'ouverture, "Tower Of Defiance" à 1'37 (quel feeling foutre Satan!), "Shalom Elysium" à 2'02 (la nuit même en plein jour!) ou "Animal Suicide" à 0'34 avec même un peu de basse dans le fond et surtout à 5'01 pour la perfection absolue : c'est la régalade tout au long des trois-quarts d'heure de cette œuvre magistrale. Les solos chaotico-mélodiques savoureux sont aussi de la partie et, comme sur le premier album, des artistes prestigieux ont été invités pour poser leur patte sur quelques leads. À savoir Sonny Lombardozzi (Incantation) sur "3rd Degree Possession", Shaune Kelley (Dim Mak, Flesh Consumed, ex-Ripping Corpse et Hate Eternal) sur "Saints & Relics" et Frank Schiphorst (Mayan, ex-Prostitute Disfigurement) sur "Trees That Talk" et "Animal Suicide". Le reste se voyant assuré de fort belle manière par ce cher A.J. van Drenth.

J'ai pas fini! Si vous suivez, vous noterez que je n'ai pas cité deux pistes, "The Creation Account" et "Jezebel". Pas parce qu'elles puent ou ne durent pas assez longtemps. Parce que ce sont des interludes. Eh oui! Mine de rien, si on a l'impression, surtout lors des premières écoutes, que Temple passe son temps à blaster, on se rend compte que l'opus s'avère plus varié qu'il n'y paraît de prime abord. "The Creation Account" propose carrément une accalmie très zen avec du chant féminin (japonais?), avant de redevenir menaçant dès la vingtième seconde mais tout en restant atmosphérique. "Jezebel" offre lui une session acoustique des plus réussies. Un peu de douceur dans ce monde de brutes, ça ne fait pas de mal, surtout quand c'est fait avec brio et que cela apporte vraiment quelque chose à l'œuvre. D'autant qu'il n'y a pas que sur ces deux titres que le groupe baisse un peu le pied. Chaque morceau laisse quelques moments de répit, si ténus soient-ils, entre deux salves de blasts. Et toujours avec autant de talent.

N'y aurait-il donc rien à jeter sur ce Design In Creation dantesque? Bah non. Quelques broutilles comme le riff d'intro à la Morbid Angel de "Animal Suicide" un peu pataud malgré une bonne lead lancinante par-dessus, vite rattrapé de toute façon par une rafale de blasts jubilatoire, ou les solos de Lombardozzi sur "3rd Degree Possession" un peu moins inspirés que les autres. Le chant de Kevin Quilligan, quoique excellent, puissant et compréhensible, se fait peut-être aussi légèrement moins personnel, plus classique que celui de A.J. van Drenth sur le premier disque. Sinon, RAS. J'ai écouté l'album tous les jours pendant deux semaines avec un plaisir qui n'a fait que croître. Je l'ai laissé reposer quelques semaines, cela n'a rien changé. Design In Creation est juste une putain de tuerie. Une perle rare de brutal death racé, une œuvre exceptionnelle d'une puissance phénoménale que je compte déjà parmi mes albums cultes. Plus intense, plus varié, plus accrocheur, auréolé de riffs et de mélodies encore meilleurs, Design In Creation enterre le pourtant déjà très bon Structures In Chaos. Il enterre toute concurrence d'ailleurs. Étonnant du coup de voir l'opus sortir via le label néerlandais Off The Record, quasi inconnu, alors que les maisons de disques plus importantes auraient dû se jeter dessus. Tant pis pour elles, elles ont raté l'album brutal death de l'année!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
03/04/2020 13:49
note: 8.5/10
Une putain d'ogive c'est clair, à l'impact un chouia gâché par ce son un peu trop lisse et plastoc mais comparé à d'autres ça passe plutôt bien car l'inspiration, la brutalité et l'ambiance sont vraiment là.
Orel Lion citer
Orel Lion
20/12/2018 16:13
Sur tes recommandations je me le suis écouté une fois pour le moment et... putain les riiiiiiiiiiiifs! Les gars (et madame) sont fous furieux! Ok c'est rapide mais putain d'inspiré. Je suis bien emballé. A voir sur la longueur mais en effet... il peut avoir sa place dans mon top. A la moitié de l'album je me suis juste dit : "Bordel mais pourquoi Hate Eternal n'est pas juste comme ça quoi?" Au top!
Ander citer
Ander
16/11/2018 11:22
note: 9/10
Dispo' sur Lavadome à moins de 10 € pour les intéressés!
snort citer
snort
01/08/2018 11:06
Pas mal du tout mais pas album de l'année pour moi (j'en suis encore à la claque Storm Upon The Masses, et le dernier Flesh Consumed m'a bien laissé par terre aussi !)
Keyser citer
Keyser
24/07/2018 19:49
note: 9.5/10
Onizoku a écrit : "l'album brutal death de l'année" c'est un peu trop non ? Ca fait le taff mais je trouve ça beaucoup trop propre, trop lisse, c'en est presque générique et facile d'accès. Pour cette année je resterais par exemple sur le dernier Molested Divinity. Et pour les précédentes Iniquitous Deeds ou Cenotap écrasent largement ce genre de prod je trouve.

C'est ton avis que je respecte mais ne partage absolument pas. Les groupes que tu cites ne jouent en plus pas du tout le même type de brutal death. Plus USBDM/guttu genre Disgorge/Deeds Of Flesh/Suffo alors que Temple c'est plutôt Hate Eternal/Nile/Myrkskog/Morbid Angel. Et d'ailleurs Molested Divinity je trouve ça assez bof, niveau riffs c'est zéro (alors que Cenotaph oui c'est très bon, Iniquitous Deeds pas mal).Temple est certes plus facile d'accès car plus mélodique, lisible et mieux produit mais c'est bien plus intense et les riffs sont largement supérieurs. Pas photo pour moi mais c'est parce que je préfère ce type de BDM.
Onizoku citer
Onizoku
24/07/2018 16:17
"l'album brutal death de l'année" c'est un peu trop non ? Ca fait le taff mais je trouve ça beaucoup trop propre, trop lisse, c'en est presque générique et facile d'accès. Pour cette année je resterais par exemple sur le dernier Molested Divinity. Et pour les précédentes Iniquitous Deeds ou Cenotap écrasent largement ce genre de prod je trouve.
Keyser citer
Keyser
21/07/2018 09:53
note: 9.5/10
Ander a écrit : Le premier, il est dispo' sur leur ancien label pour pas trop cher à priori. Mais ouais 21 € un CD même avec un patch (chose dont j'en ai totalement rien à foutre) ça fait un peu chier.

On va mettre ça de côté et attendre qu'une meilleure offre se propose. Sourire


C'est 18€ sans le patch. Un peu cher pour un CD c'est vrai mais vu la qualité du truc, ça les vaut largement.
Ander citer
Ander
21/07/2018 09:24
note: 9/10
Le premier, il est dispo' sur leur ancien label pour pas trop cher à priori. Mais ouais 21 € un CD même avec un patch (chose dont j'en ai totalement rien à foutre) ça fait un peu chier.

On va mettre ça de côté et attendre qu'une meilleure offre se propose. Sourire
Keyser citer
Keyser
20/07/2018 21:34
note: 9.5/10
Ander a écrit : Ouais ça peut le faire, même si je doute que la note monte aussi haut par chez moi!

T'aurais une adresse sinon pour chopper les deux galettes?


Nope, désolé. J'ai chopé le nouveau sur le site du label (mais ça douille un peu). Le 1er je ne l'ai pas en original.
Ander citer
Ander
20/07/2018 20:17
note: 9/10
Ouais ça peut le faire, même si je doute que la note monte aussi haut par chez moi!

T'aurais une adresse sinon pour chopper les deux galettes?
Orel Lion citer
Orel Lion
20/07/2018 12:39
Roooooh la belle chronique bien racoleuse porn à souhait!
Il me le faut!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Temple
Brutal Death
2018 - Off The Record Label
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (1)  8.4/10

plus d'infos sur
Temple
Temple
Brutal Death - Pays-Bas
  

tracklist
01.   3rd Degree Possession  (04:01)
02.   Saints & Relics  (04:54)
03.   Twisted Corridors  (05:36)
04.   Trees That Talk  (04:32)
05.   The Creation Account  (02:25)
06.   All Things Created  (05:05)
07.   Animal Suicide  (06:22)
08.   Tower Of Defiance  (04:07)
09.   Jezebel  (01:46)
10.   Shalom Elysium  (04:49)

Durée : 43:37

line up
parution
16 Mars 2018

voir aussi
Temple
Temple
Structures In Chaos

2012 - Non Serviam Records
  

Essayez aussi
Recueil Morbide
Recueil Morbide
Waste Of Senses

2006 - Rupture Music
  
Aborted
Aborted
La Grande Mascarade (EP)

2020 - Century Media Records
  
Abdicate
Abdicate
Transcend Through Sacrifice

2011 - Sevared Records
  
Skinless
Skinless
From Sacrifice To Survival

2003 - Relapse Records
  
Sarcolytic
Sarcolytic
Thee Arcane Progeny

2010 - Unique Leader Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique