chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
87 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deafheaven - Ordinary Corrupt Human Love

Chronique

Deafheaven Ordinary Corrupt Human Love
En 2013 j’ai chroniqué Sunbather, j’ai mis 9/10.
En 2015 j’ai chroniqué New Bermuda, j’ai mis 9/10.
En 2018, je me suis ravisé et j’ai fait monter la note du premier à 9.5. Parce que c’est avec le temps que l’on se rend compte si un album a duré ou non. Que qui que soit te dise, « ça va durer », « on va faire un bon bout de chemin ensemble » ou toute autre déclaration concernant l’avenir, ne le crois pas. Ahahahahaha, le vieux Sakrifiss tout aigri qui a trop écouté du Léo Ferré. Mais non, mais c’est vrai que les promesses n’ont aucune valeur. Chloé peut t’assurer que son amour durera, il se peut qu’elle change d’avis, il se peut que le voisin lui convienne mieux. Il se peut aussi que ce soit toi qui aille en premier aller renifler les culottes de Béa. Donc je ne mets jamais de notes supérieures à 9/10 sur le moment, c’est par la suite que le point restant pourra être acquis. Et là, le demi-point est mérité car malgré les 5 années qui sont passées, Sunbather reste. Il me semble même avoir été une pièce angulaire. New Bermuda n’ayant comme seul défaut que le fait d’être sorti après.

En voici la suite. 3 ans après. Une attente raisonnable, mais plus longue qu’à l’habitude des Californiens, qui nous avaient gratifié d’une sortie toutes les années impaires depuis ce Roads to Judah de 2011, que je continue de bouder. Et à nouveau, la première chose à laquelle j’ai envie de penser en écoutant les nouvelles compositions, c’est le style pratiqué. Beaucoup refusent d’apposer le terme de black metal derrière DEAFHEAVEN, mais il me semble évident qu’il a le droit d’être accepté en tant que tel. Les musiciens eux semblent toujours s’en battre autant, et se posent beaucoup moins de questions que les auditeurs, gardant un style vestimentaire sans aucune connotation BM, et en faisant des concerts et apparitions diverses dans des milieux plus larges. L’étiquette importe peu, mais elle permet tout de même d’attirer le chaland. Et alors que j’avais désigné Sunbather de « Post Black Dévastateur » puis New Bermuda de Dawn of Black Metal, c’est cette fois-ci l’expression Feeling Good Black Metal que j’ai choisie.

Et là, tout de suite, on peut monter au créneau, et critiquer l’antinomie apparente du concept. La musique de DEAFHEAVEN fait se sentir bien. Or le black metal est censé mettre en avant des sentiments noirs et rageurs. DEAFHEAVEN a certes des vocaux de black metal, mais la musique est principalement tranquille et relaxante. Eh bien moi, j’estime que le black metal n’est pas censé s’enfermer dans un style, mais doit plutôt transmettre un concept. Et parmi ses concepts, et son essence même, il y a la liberté et la force. Le black metal doit permettre à l’auditeur de se sentir libre, et de se sentir fort. Ça aussi beaucoup partagent cette vision. Et donc le black metal dépressif est plus une tare qu’autre chose si on y pense, puisqu’il met l’accent sur nos faiblesses plus que nos forces. Oui, je sais, je tiens ce discours tout en étant fan de DSBM moi aussi, mais c’est le fil de la réflexion qui est important. Car ce que je veux dire, ou plutôt essayer de faire, c’est de réhabiliter DEAFHEAVEN. En écoutant l’heure de jeu de ce nouvel opus, on se sent à l’aise, on se sent puissant. Ce n’est pas grâce à la musique, ce n’est pas grâce aux vocaux, c’est grâce à leur mélange.

La musique seule de DEAFHEAVEN, encore plus que jamais sur ce nouvel album, peut tomber dans le mièvre, et un sucré tellement sucré qu’on en chierait directement des fraises Tagada. Les vocaux seuls pourraient passer inaperçus, finalement assez classiques pour du black metal, avec même par moments d’amusantes ressemblances avec... FADADES ! Le souffle, la respiration, le timbre...
Mais ces deux éléments mélangés à la façon DEAFHEAVEN, cette musique optimiste et ce chant possédé nous surélèvent. Les ailes poussent, nous volons au-dessus de nos horribles métropoles, et nous vomissons dessus un arc-en-ciel élitiste. Et on est content de nous. Surtout avec « Canary Yellow », titre très bien amené, qui s’écoule dans les oreilles pendant 12 minutes irresistibles.

On est aussi très contents d’autres pistes, mais pas nécessairement sur l’album en entier. Il y a des parties plus faibles, souvent celles où l’instrumental doux prend le pas sur les reste. Et puis il y a principalement le titre « Night People » qui dérange les esgourdes. Pour le coup, il n’y a rien de metal. Une piste qui tente de faire monter la tension émotionnelle avec un duo homme / femme au chant. La dame, il s’agit de Chelsea Wolfe. Les curieux iront voir ce qu’elle fait habituellement en faisant une recherche sur YouTube...

Ordinary Corrupt Human Love est ainsi un album suffisamment solide pour satisfaire les personnes sensibles au style, mais je trouvais les précédents plus costauds encore, plus attractifs. À part quelques passages, je ne sens pas que j’y reviendrais autant qu’auprès de ses grands frères. Un bon point en moins que New Bermuda du coup...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Nahik citer
Nahik
29/08/2018 14:26
note: 8/10
"Roads to Judah de 2011, que je continue de bouder."
C'est bien dommage: Violet, le titre d'ouverture, est un sublime avant-goût de ce que sera leur chef d’œuvre Sunbather.

Pour le reste, je rejoins tout à fait cette chro sur un album de très bonne facture mais clairement en dessous de ces prédécesseurs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deafheaven
Feeling Good Black Metal
2018 - Anti records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (5)  7.81/10

plus d'infos sur
Deafheaven
Deafheaven
Feeling Good Black Metal - 2010 - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Honeycomb
Honeycomb
Deafheaven

Extrait de "Ordinary Corrupt Human Love"
  

tracklist
01.   You Without End
02.   Honeycomb
03.   Canary Yellow
04.   Near
05.   Glint
06.   Night People
07.   Worthless Animal

Durée : 61:36

line up
parution
13 Juillet 2018

voir aussi
Deafheaven
Deafheaven
New Bermuda

2015 - Anti records
  
Deafheaven
Deafheaven
Sunbather

2013 - Deathwish Inc.
  

FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique