chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cannibal Corpse - The Bleeding

Chronique

Cannibal Corpse The Bleeding
Si Tomb Of The Mutilated marquait effectivement la fin d’une période faste pour Cannibal Corpse (une signature sur Metal Blade Records après une seule et unique démo, trois albums en trois ans, un succès grandissant et des tournées à travers le monde entier), The Bleeding va quant à lui signer la fin d’une première époque pour le groupe originaire de Buffalo. Une rupture marquée en premier lieu par le départ de Bob Rusay qui va préférer mettre à profit ses talents pour le golf plutôt que ceux pour la guitare. Pour le remplacer, Cannibal Corpse va alors engager les services d’un certain Rob Barrett (ex-Malevolent Creation) alors guitariste/chanteur au sein des excellents Solstice. Mais The Bleeding est surtout le dernier album des Américains sur lequel on retrouve Chris Barnes, l’un de ses membres fondateurs et celui qui aura apporté au groupe à travers ses paroles aussi poétiques cette imagerie si décriée par les médias (même les plus spécialisés) et autres bien-pensants adeptes de la censure. Ce dernier sera ainsi évincé du groupe un an plus tard, lors des sessions d’enregistrements de l’album alors intitulé Created To Kill (finalement rebaptisé Vile suite à l’intronisation de sieur Corpsegrinder). Aujourd’hui, même si Six Feet Under et son leader ne sont plus qu’une parodie calamiteuse de ce qu’ils ont pu être par le passé, on ne doit pas enlever à Chris Barnes tout ce qu’il a fait pour le Death Metal lors de ces premières années au sein de Cannibal Corpse.

Pour autant, il y a des choses qui ne changent pas chez Cannibal Corpse. En tout cas pas encore. Ainsi, pour la quatrième fois consécutive, le groupe va reprendre le chemin des studios Morrissound en compagnie de l’indéboulonnable Scott Burns. Une collaboration qui tient véritablement de l’acharnement même si pour le coup, le son qu’il va donner ici à Cannibal Corpse est sans discussion possible le meilleur (qualitativement parlant) depuis le début de sa carrière. Certes, il y avait déjà eu du mieux sur Tomb Of The Mutilated mais pour le coup, la production de The Bleeding gagne encore davantage en puissance et surtout en lisibilité. Une progression dans le son qui marque également le passage de Cannibal Corpse vers un Death Metal plus lourd et plus technique qu’auparavant (toute proportion gardée, car on est ici bien loin de groupes tels que Death, Atheist, Nocturnus et autre Cynic).

Après trois albums menés le couteau entre les dents et les tripes à l’air, Chris Barnes et sa bande semblent avoir envie d’aborder les choses d’une manière un petit peu différente. Une transition amorcée par un artwork beaucoup moins graphique que par le passé, qui paraît effectivement suggérer l’idée que Cannibal Corpse a légèrement revu sa copie. Bien évidemment, le groupe conserve ce qui fait son charme et sa renommée (son groove, sa force de frappe, son raffinement) mais clairement, The Bleeding s’inscrit dans une démarche relativement nouvelle en comparaison de ce qui a été fait sur ses prédécesseurs. Car il est clair que le propos des Américains s’est ici considérablement alourdi. Déjà grâce à la production de Scott Burns mais aussi parce que l’album est truffé de séquences bien plus pesantes laissant alors planer une atmosphère particulièrement menaçante tout au long de ces trente-six minutes (les débuts de "Staring Through The Eyes Of The Dead" et "Stripped, Raped And Strangled", "Pulverized" à 1:55, "Return To Flesh", "She Was Asking For It" à 0:52, "Force Fed Broken Glass" à 1:55, "An Experiment In Homicide" à 1:15). Des passages évidemment non dénués de groove et dont certains vont par la suite donner lieu à des accélérations particulièrement jouissives.

Plus nuancé sur le plan du rythme, The Bleeding est aussi marqué par le riffing plus complexe de Jack Owen et Rob Barrett. Les deux hommes se font ici un malin plaisir à dispenser des riffs nettement plus tarabiscotés dont le déroulement peut parfois sembler quelque peu décousu mais qui se révèlent surtout être extrêmement fourni. Qu’il répète le même pattern à plusieurs reprises ou qu’il enchaîne les riffs à une vitesse insolente, le duo le fait avec une intensité qui frise l’hystérie. Une sensation d’ailleurs renforcée par la basse affolée et affolante d’Alex Webster dont les doigts sautent de case en case tel un illuminé. Cette basse au son particulièrement métallique participe au groove de l’ensemble, apporte par moment une certaine dimension mélodique aux compositions de Cannibal Corpse et renforce à n’en point douter les nombreux assauts dont nous dispense Jack Owen et Rob Barrett tout au long de ces trente-six minutes. Certains ont parfois tendance à l’oublier (coucou Metallica) mais cet instrument, lorsqu’il est bien utilisé (et restitué), est capable d’insuffler une puissante dynamique aux compositions d’un groupe. Les Américains l’ont, eux, très bien compris.

Enfin, terminons rapidement cette chronique par la prestation de Chris Barnes. En quatre albums, sont chant n’a eu de cesse d’évoluer. Sur Eaten Back To Life, sa voix était celle d’une bête écorchée. Dès l'album suivant, celle-ci s’est alors largement épaissie pour devenir l’une des premières voix growlées du Death Metal et dès lors un modèle que choisiront de copier bien des groupes. Sur The Bleeding, sa voix ne change pas particulièrement (même si je la trouve un poil moins profonde que sur Tomb Of The Mutilated) mais elle va cependant gagner ce trait de caractère qui en a fait un des chanteurs incontournables du genre : ces espèces de shrieks bien malsains qu’il utilise afin d’accentuer quelques mots dans ses paroles ("Harder, harder..." sur l’excellent "Fucked With A Knife"). Un voix de hyène terriblement vicieuse qui vous tourne autour, se moque de vous et finit par vous dévorer avec une jubilation non feinte.

Album majeur dans la discographie de Cannibal Corpse, The Bleeding marque, vous l’aurez compris, la fin d’une première époque importante pour les Américains. D’autant que la seconde moitié des années 90 n’a pas forcément été très tendre pour les amateurs de Death Metal qui ont vu les groupes de la grande époque partir dans des directions pas forcément toujours de très bon goût ou bien tout simplement manquer cruellement d’inspiration. Pousser vers la sortie un élément central comme l’était Chris Barnes pour Cannibal Corpse fût un sérieux coup de poker de leur part. Ont-ils pris la bonne décision à l’époque ? Probablement à en juger par ses prestations avec Six Feet Under. En tout cas, en débauchant l’ex-chanteur de Monstrosity, le groupe n’a clairement pas perdu au change. Mais ça, on vous l’a déjà largement raconté en ces pages...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Orel Lion citer
Orel Lion
29/01/2019 08:44
note: 8.5/10
Un exemple de ce que le death doit être à mon sens : lourd, riffé de fou et sombre.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
28/01/2019 20:24
Keyser a écrit : Mon préféré, le plus malsain.
Ah j'aurai pas dit ça tiens. Pour moi, "Necropedophile" de l'album précédent c'est l'aboutissement ultime de ce qu'il peut se faire de plus dérangeant. Les paroles horribles, le sample à la fin... Ça ne serait plus possible maintenant !
Sinon j'adore "The Bleeding", sauf ce son de chiotte sur la caisse claire, Paul commençait déjà à montrer ses limites.
Pour moi, Cannibal, c'est Vile, point.
Keyser citer
Keyser
28/01/2019 20:00
note: 9/10
Mon préféré, le plus malsain.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
28/01/2019 16:01
note: 8/10
Pas aussi ultime que le précédent il montre néanmoins une facette plus lourde et sombre auquel le groupe ne nous avait pas habitué. Délaissant un peu la vitesse le quintet gagne ici en profondeur en proposant également quelques classiques incontournables. La fin d'une époque pour lui et le début d'une nouvelle où la technicité et la puissance vont se renforcer d'album en album !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cannibal Corpse
Death Metal
1994 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (17)  8.53/10
Webzines : (5)  8.27/10

plus d'infos sur
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
Staring Through The Eyes Of The Dead
Staring Through The Eyes Of The Dead
Cannibal Corpse

Extrait de "The Bleeding"
  

tracklist
01.   Staring Through The Eyes Of The Dead  (03:30)
02.   Fucked With A Knife  (02:15)
03.   Stripped, Raped And Strangled  (03:27)
04.   Pulverized  (03:35)
05.   Return To Flesh  (04:21)
06.   The Pick-Axe Murders  (03:03)
07.   She Was Asking For It  (04:33)
08.   The Bleeding  (04:20)
09.   Force Fed Broken Glass  (05:02)
10.   An Experiment In Homicide  (02:36)

Durée : 36:42

line up
parution
11 Avril 1994

voir aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated

1992 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Eaten Back To Life

1990 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
The Wretched Spawn

2004 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Red Before Black

2017 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Chthonic Deity
Chthonic Deity
Reassembled In Pain (Démo)

2019 - Carbonized Records / Lunar Tomb Records
  
Wound
Wound
Inhale The Void

2013 - F.D.A.
  
Carcass
Carcass
Necroticism
(Descanting the Insalubrious)

1991 - Earache Records
  
Stench Of Decay
Stench Of Decay
Visions Beyond Death (EP)

2011 - Detest Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Honour - Valour - Pride

2001 - Metal Blade Records
  

The Phantom Carriage
7-Year Epilogue
Lire la chronique
Athanatheos
Jerusalem (or how Yahveh be...
Lire la chronique
Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique