chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
111 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

A Portrait of Flesh and Blood - Gallery of Sorrow

Chronique

A Portrait of Flesh and Blood Gallery of Sorrow
Si je me suis intéressé à A PORTRAIT OF FLESH AND BLOOD, ce n’est absolument pas grâce à son créateur. Je ne connaissais même pas Neil Andersen, l’Américain qui joue aussi dans A CURSED SPIRIT IN THE MIRROR et HOMOPHOBIC FECALPHELIAC. Je n’ai pas non plus écouté le premier album sorti en 2015, alors qu’il était encore le seul membre officiel, aidé uniquement d’un guitariste de session.

Si je me suis intéressé à A PORTRAIT OF FLESH AND BLOOD, c’est parce qu’il y a désormais un Japonais qui l’a rejoint, et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Yusuke Hasebe, celui-là même qui a sorti en 2018 une encyclopédie ultra complète sur le DSBM. C’est en japonais, mais bon, ceux qui veulent juste une sorte de dictionnaire du black metal suicidaire pourraient se contenter des pochettes des albums... Yusuke Hasebe est donc à la bases un véritable fan du style, et il s’amusait déjà à reproduire son genre favori tout seul, dans son projet NO POINT IN LIVING, qui fait de la concurrence à VARDAN en sortant album sur album, 11 en 2017 et 2018... Bref, sorti de nulle part, le Nippon est maintenant omniprésent dans sa scène, en tant que musicien et commentateur.

A PORTRAIT OF FLESH AND BLOOD ne regroupe pas que ces deux visages. Si Neil Andersen s’occupe des vocaux et Yusuke Hasebe des guitares, de la basse et de la batterie, c’est le célèbre Stefan Traunmüller qui est aux claviers. Et si le nom ne vous dit rien, sachez qu’il s’agit de Dreamlord, vénéré pour GOLDEN DAWN et également actif au sein de WALLACHIA, RAUHNÅCHT et THE NEGATIVE BIAS.

Un Américain, un Japonais, un Autrichien. On n’a pas seulement affaire à une formation internationale, mais véritablement intercontinentale ! Et la musique est elle aussi un beau mélange des genres. Au sein d’une même piste les ambiances peuvent varier et passer du dépressif au mélodique, du symphonique à l’atmosphérique. On va alors avoir des parties endiablées, bougrement rapides et envolées. On va avoir une batterie qui s’élance avec hargne, des guitares qui saturent, et des vocaux torturés, stridents au possible. Mais à côté de tout cela, on trouve également beaucoup de passages qui caressent l’âme, beaucoup de douceurs. Ce sera des parties au piano, des chœurs éthérés, des riffs envolés...

En fait, l’image qui s’impose est celle d’un paradis. Des paysages magnifiques, une couleur blanche prédominante et aveuglante. Mais ce paradis est touché par les flammes. Le feu s’est déclaré ici et là, et il est en train de brûler. C’est évidemment encore plus beau. Parce qu’on saisit que toute cette beauté est sur le point de disparaître, qu’elle est en sursis, qu’elle est fragile et en sursis.

L’album me laisse cette impression du début à la fin, malgré les énormes différences d’atmosphères d’un moment à l’autre. Je vais penser à FORGOTTEN TOMB ici, à HORNA là, à SHINING ailleurs. Sans que cela ne ressemble finalement totalement à l’un ou l’autre. Mais en tous cas on sent que les musiciens ont des tas d’idées, qu’ils ont certes emprunté à droite à gauche, mais qu’ils parviennent à mélanger délicieusement. Sans trop en dévoiler, il y a un break vers la fin de « Hopeless » où le chanteur nous balance d’une voix d’outre tombe : « Do it... Do it... Gnanannannnnnnn », on sent véritablement qu’il tient à ce qu’on passe à l’acte ! Et il est convaincant. Je me surprends toujours à sortir un cutter et à me retenir in extremis de m’en servir contre mon pauvre poignet innocent !

Du coup cet album est une bonne surprise, qui aurait eu un peu plus de points s’il n’y avait pas eu quelques parties trop poussives, trop répétitives. Car oui, comme sur « Lost », on trouve par moment le même riff employé avec un peu trop de générosité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

seb niggurath citer
seb niggurath
15/09/2018 20:15
c'est nippon ni mauvais.... - je sors

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
A Portrait of Flesh and Blood
Black Metal Symphodépressif
2018 - Zero Dimensional Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
A Portrait of Flesh and Blood
A Portrait of Flesh and Blood
Black Metal Symphodépressif - 2015 - International
  

écoutez
tracklist
01.   I: Alone
02.   II: Anxiety
03.   III: Hopeless
04.   IV: Lost
05.   V: Sorrow
06.   VI: Hollow

Durée : 46:55

line up
parution
25 Mai 2018

Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique