chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unholy Baptism - Volume I: The Bonds of Servitude

Chronique

Unholy Baptism Volume I: The Bonds of Servitude
C’est pas mal UNHOLY BAPTISM, par moments. Par moments. Par de trop rares moments... Parce que sur les autres passages, trop nombreux, ça foire, et pas à moitié...

Le groupe est américain et il est né il y a une dizaine d’années. Les débuts ont été laborieux, et après un EP en 2010 il a même failli disparaître pour toujours. Splitté pendant deux ans, il est revenu d'entre les morts en 2012 pour... aller à son petit rythme et se réveiller pour de bon en 2017. Enfin un premier album est paru, enchaîné très rapidement en 2018 du second, nommé Volume I. Et surprirse, il a déjà annoncé une suite. C’est qu'il en a accumulé des idées depuis sa création. C’est donc carrément une trilogie qui nous attend, avec pour débuter les hostilités des paroles sur le thème de la condition humaine, de la prison mentale dans laquelle nous nous enfermons et de la puissance d’esprits divins.

Comment est-ce que cela se traduit musicalement ? Eh bien par du black metal foutraque. Les Américains veulent faire des compositions lourdes qui trucident, et du coup ils chargent tout ce qu’ils peuvent sur la mule. Une batterie qui tabasse, des guitares qui grésillent et lâchent des mélodies excitées, un chanteur qui se laisse très peu de temps morts. Il beugle presque constamment. Tou cela est superposé pour empêcher lauditeur de respirer. Mais voilà, le gros souci de la majorité des titres, c’est que tous ces éléments sont mal agencés ensemble. C’est un sentiment particulièrement étrange d’ailleurs car à plusieurs reprises je me sens obligé de mettre sur pause pour vérifier que j’écoute bien un seul titre à la fois. Je me demande si je n’ai pas une deuxième musique qui s’est lancée en même temps. Mais non. C’est bel et bien un seul titre qui passe. C'est que les les ingrédients sont mal mélangés. Attention ce n’est pas un problème de faire des morceaux chargés, ça peut être très agressif, très rentre-dedans. Ce n’est pas ça. C’est vraiment que là, les vocaux ne semblent pas chanter ce que les instruments veulent jouer.

C’est peut-être volontaire, mais alors dans mes oreilles ça siffle de manière très désagréable. Et c’est d’autant plus dommage que ce n’est pas le cas sur toutes les pistes, et que lorsque justement les vocaux et les instruments arrivent à ne faire plus qu’un, à se trouver, on a des pistes qui font du bien. C’est le cas par exemple sur « Whispers of Power Eternal ». Il est ultratonique celui-là ! À chaque écoute, j’ai des cornes qui poussent, une queue fourchue qui apparaît au dessus de la raie des fesses, et je deviens rouge comme notre maître des Enfers. Même la fin me plaît avec le bruit de la pluie et une petite guitare acoustique qui clôt les 5 minutes.

Mais ce genre de passages réussis se fait trop rare. Alors j’ai du mal à écouter l’album d’une traite, je fais mon marché, obligé de zapper certaines pistes qui sont véritablement d’une lourdeur affligeante, surtout « ...These Scars are Wounds Unhealed » qui ouvre pourtant l’album, et « Noctis Malficarum » et « Baptized in the Majesty of Satan » qui le terminent. Oui, c'est balaud.

Je n’aime pas parler de « potentiel » parce que c’est en fait vouloir dire que certains éléments sont bons mais que les moins bons sont encore majoritaires et que l’on a bon espoir que la balance s’inverse, mais c’est le terme qui me vient à l’esprit. Il y a l’énergie, l’envie, la capacité à lancer à vive allure la machine black metal, mais il faut vraiment trouver un meilleur équilibre pour la suite... L'impression est celle d'un gars qui me dit : "T"as vu comme je cours super vite!?", alors qu'en fait, oui, il va super vite, mais il ne court pas, il boite. Cet album boite super vite..

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unholy Baptism
Black Metal un peu brouillon
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Unholy Baptism
Unholy Baptism
Black Metal un peu brouillon - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro - The Awakening of Forgotten Gods
02.   ...These Scars Are Wounds Unhealed
03.   Shattered
04.   Withering Woods
05.   Whispers of Power Eternal
06.   Peering into the Flames of Enlightenment
07.   Noctis Maleficarum
08.   Baptized in the Majesty of Satan

Durée : 41:44

parution
5 Octobre 2018

Mötley Crüe
Saints Of Los Angeles
Lire la chronique
Voëmmr
O ovnh intot adr mordrb
Lire la chronique
PPCM #14 - Ton Heavy Metal en 3D !
Lire le podcast
THE SOLAR ABYSS TOUR
Fauna + L'Acéphale + Shanti...
Lire le live report
Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique