chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
160 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Jesus Piece - Only Self

Chronique

Jesus Piece Only Self
Jesus Piece. Une seule question se pose ici : arriveront-ils à être aussi sauvages que le jeu de mots qui compose leur nom ?

EH BEN OUAIS. La couleur est annoncée, et les promesses sont tenues : point de paix ici, que des morceaux qui volent dans tous les sens. Des morceaux de quoi ? Des morceaux de ce que vous voulez, le groupe de Philadelphie détruit de toute façon tout sur son passage.

Dès ‘Lucid’, tout est lâché à fond, des fûts martelés à mort à la voix brutale au possible, et c’est parti pour tout fracasser dans son salon en tapant du pied (non ? Y a que moi qui fais ça ?) pour les trois quarts des titres. Rien de bien particulier à dire ici, à part que Jesus Piece a tout compris au hardcore : on ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit, et on mise tout sur l’efficacité.

Et là-dessus, bingo, les riffs sont en béton armé, la batterie se prend pour un marteau-pilon à vapeur, la basse vous tire vers le bas par les entrailles et la voix vous hurle dans les oreilles des slogans sympatoches tels que « WAKE, WORK, BREAK, SUFFER » : tous les ingrédients sont réunis, la sauce prend, le pit n’attend que vous. La tradition voudrait que je vous fasse ici une petite liste d’instants de bravoure avec time codes et descriptifs juteux, mais avec un album pareil, il faut pas déconner, vous prenez n’importe quel titre, vous attendez quinze secondes, et vous avez une moshpart de barbare qui vous tombe sur le coin de la tronche en ricanant parce que vous ne l’avez même pas vue venir. Que du bonheur. On pense pas mal à Harms Way, mais un Harms Way qui aurait de l’inspiration à revendre et « bagarre » tatoué en grosses lettres sur le bide.

Cerise sur le gâteau de cet énorme amas de mandales : ‘In The Silence’. Avec son arpège inquiétant et son rythme qui traîne la patte, ce titre arrive à tomber en plein milieu de l’album sans le ralentir, mais en l’engluant encore plus dans son ambiance de machines rouillées (voir la pochette) et de mécaniques grinçantes avant de prendre son temps pour le final le plus mastoc de l’album. Cette chanson vaut à elle seule l’achat de Only Self.

Le groupe qui me réconcilie avec les signatures chez Southern Lord ? Oh que oui. Avec un hardcore qui sonne très moderne tout en gardant les pieds bien plantés dans la tradition, et une des meilleures voix de ces derniers temps (‘Dog No Longer’ ? Mouais, l’homme n’a jamais été aussi proche du rotweiller, et c’est un compliment), Jesus Piece s’impose comme un des gros noms à retenir ces derniers temps, et balance un premier full-length qui sent bon l’album de brutes de l’année. NOTHING LEFT, ONLY SELF.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
08/10/2018 20:41
note: 7.5/10
C'est cool ouaip, son parfait, ambiance parfaite, industrielle, mentale, physique, le tout en même temps s'il vous plaît, mais il manque juste un truc pour que ça me mette sur les genoux. Peut-être sur le prochain ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Jesus Piece
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  7.5/10
Webzines : (4)  7.98/10

plus d'infos sur
Jesus Piece
Jesus Piece
Hardcore - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Lucid  (03:15)
02.   Workhorse  (01:59)
03.   Punish  (02:58)
04.   Curse Of The Serpent  (02:09)
05.   In The Silence  (04:15)
06.   Adamant  (02:04)
07.   Neuroprison  (02:04)
08.   Dog No Longer  (03:19)
09.   I  (03:01)
10.   II  (04:20)

Durée : 00:29:23

parution
24 Août 2018

Essayez aussi
dEFDUMp
dEFDUMp
David versus Corporate Society

2000 - Autoproduction
  
Rotting Out
Rotting Out
Street Prowl

2011 - 6131 Records
  
One Life Crew
One Life Crew
Crime Ridden Society

1995 - Victory Records
  
Suburban Scum
Suburban Scum
Ultimate Annihilation

2016 - Flatspot Records
  
All Out War
All Out War
Give Us Extinction

2017 - Organized Crime Records
  

Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique