chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vanhelgd - Deimos Sanktuarium

Chronique

Vanhelgd Deimos Sanktuarium
« Vanhelgd är tillbaka ». Si Vanhelgd ne vous est pas familier, avec une pochette comme ça, impossible de ne pas être intrigué. Deux ans après Temple of Phobos, les Suédois reviennent avec un cinquième album Deimos Sanktuarium, « Déimos » ou « terreur » en grec ancien, c’est aussi le fis d’Arès et Aphrodite. Dans la continuité de leur thématique mythologique donc, Déimos étant le frère jumeau de Phobos. Côté changement, le frappeur d’origine laisse sa place ici à Mathias Westman (King Of Asgard), le reste ne bouge pas. Artwork magnifique du frontman, étiquette Pulverised Records et production qui suit la bande depuis le dévastateur Relics of Sulphur Salvation (enregistrement au studio Underjord et mixage/mastering au Necromorbus). Nouvelle offrande pour rattraper un précédent brûlot en demi-teinte ? Pas vraiment.

Sur le papier je suis pourtant toujours preneur. Références à leurs amours de jeunesse, les prémices du death mélodique suédois (ça me parle) et du doom anglais (Paradise Lost comme principale référence). Zzzzzz… Désolé mais comment ne pas piquer sérieusement du nez à mi-parcours ? La faute à des morceaux rachitiques étirés jusqu’à l’extrême limite et ne reposant que sur de rares passages mélodiques à capter comme un mort de faim. Ces riffs mélodiques glacials « simples » (Eucharist mon amour) et sombres comme à la belle époque « nineties » : « A Plea for Divine Necromancy » (3:34), « Så förgås världens härlighet » (3:32), la très catchy « Vi föddes i samma grav », le break plombant de « The Ashes of Our Defeat » (3:22). Certes, mais bien trop succincts par rapport au reste monotone. L’ambiance mélancolique alors ? Elle n’arrivera pas non plus à faire son effet et cela malgré le chant puissant et poignant de Mattias. Epaulé des cordes vocales du deuxième guitariste, le gaillard véritablement possédé, modulant du criard au guttural avec des relents d’un Van Drunen (Asphyx comme influence). Les paroles en suédois ne font d’ailleurs que décupler son efficience. Impressionnant mais qui ne pourra gommer le niveau difficilement acceptable des compositions.

Hurlements et les quelques mélodies de côté, je noterai quelques moments apportant un brin de fraîcheur ambiancé dans ce death/doom bien terne : le chant clair de l’invité Thomas Sabbathi (Year Of The Goat) sur « The Silent Observer » ou les chœurs incantatoires sur le final de « Här finns ingen nåd » (véritable immersion « incantations à capuche dans le sanctuaire de Déimos »). Assez grinçant car des morceaux réduits de moitié (plus de 7 minutes, franchement…), plus affinés et jouant sur les variations de débits auraient pu redonner le sourire passé. On ressent d’ailleurs ce potentiel quand Vanhelgd pousse la cadence et sa virulence, l’introduction de « Här finns ingen nåd » dans l’esprit antérieur avec ce son éprouvé toujours aussi jouissif. Au final, rien de foncièrement mauvais mais intercepter le moindre sursaut en fatiguera plus d’un.

Forcément, j’aurais voulu donner une note aussi haute que pour la qualité de l’artwork (réalisé de mains de maître par son frontman Mattias). Deimos Sanktuarium confirme l’évolution « doom » entamée sur la précédente galette. Les adeptes de leur death metal « direct » feront à coup sûr la moue à l’instar des aficionados de tempo léthargique. Des frissons quasi-inexistants dans des compositions maigres à rallonge. Bien compliqué de tenir ces 44 minutes et de vous écrire cette chronique. In extremis des minutes rehaussées en dent de scie par une mélodie, un break ou un hurlement déchiré. Je retourne à mon Relics of Sulphur Salvation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
12/10/2018 12:01
J'aimais beaucoup ce groupe mais alors cet album, écouté une fois et plus jamais ressorti. Bien trop mou pour moi...zzzzzzzz!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vanhelgd
Death / Doom
2018 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.45/10

plus d'infos sur
Vanhelgd
Vanhelgd
Death / Doom - 2007 - Suède
  

tracklist
01.   A Plea for Divine Necromancy  (04:11)
02.   Så förgås världens härlighet  (05:34)
03.   Vi föddes i samma grav  (06:38)
04.   Profaned is the Blood of the Covenant  (05:34)
05.   The Ashes of Our Defeat  (07:24)
06.   The Silent Observer  (07:27)
07.   Här finns ingen nåd  (07:27)

Durée : 44:15

line up
parution
12 Octobre 2018

voir aussi
Vanhelgd
Vanhelgd
Relics Of Sulphur Salvation

2014 - Pulverised Records
  
Vanhelgd
Vanhelgd
Temple Of Phobos

2016 - Pulverised Records
  

Essayez plutôt
Anathema
Anathema
The Silent Enigma

1995 - Peaceville Records
  
Swallowed
Swallowed
Lunarterial

2014 - Dark Descent Records
  
Mar de Grises
Mar de Grises
Draining The Waterheart

2008 - Firebox Records
  
Spectral Voice
Spectral Voice
Eroded Corridors Of Unbeing

2017 - Dark Descent Records
  
Hesper Payne
Hesper Payne
Unclean Rituals

2010 - Works Of Ein
  

Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique