chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

1914 - The Blind Leading The Blind

Chronique

1914 The Blind Leading The Blind
Le centenaire de l’armistice de la Seconde Guerre mondiale approchant à grands pas, l’occasion était plus que rêvée pour certains artistes inspirés (ou non) d’y aller de leur album à thématiques guerrières et boueuses. C’est le cas du groupe ukrainien 1914 le bien nommé, qui profite de ce centenaire pour sortir son deuxième album longue durée, intitulé The Blind Leading The Blind. Il y a toujours quelque chose de vaguement surprenant à voir des groupes s’emparer de thématiques pourtant étrangères à leur culture ou patrimoine historique, mais heureusement qu’on ne prospecte pas du côté des groupes méditerranéens qui parlent d’Odin et des vikings, n’est-ce pas ? Quoiqu’il en soit, 1914 n’est pas un nouveau-né sur la scène black metal, et le groupe compte bien utiliser l’efficacité de sa musique pour traiter de l’enfer des tranchées.

Il faut reconnaître que The Blind Leading The Blind pèse lourd sur la balance. Près d’une heure de black death bien rythmé visant à dépeindre certaines des batailles les plus mémorables du conflit en question, le tout illustré par une pochette un peu cliché qui fait malgré tout son petit effet. Deux titres avaient été révélés en amont de la sortie de l’album, le sulfureux "Passchenhell" et l’imposant "Stoßtrupp", qui faisait naître, il faut le dire, une certaine envie d’en savoir plus au sujet de l’album. Ce dernier s’ouvre en réalité sur une chanson de l’époque, en l’occurrence "Your King and Country Want You" d’Helen Clarke (1914), chanson qui avait évidemment pour but de pousser les hommes du Royaume-Uni à défendre leur pays alors que la Seconde Guerre mondiale devenait un conflit global. On est dans l’ambiance de suite.

Place ensuite aux hostilités, fort bien lancées par "Arrival. The Meuse-Argonne" et son riff principal qui ressemble à s’y méprendre à l’un des riffs du mythique "Mother North". On est donc ici en présence d’un black death plutôt robuste mais dont la production sonne un peu trop propre à l’oreille, comme nous le confirme sans mal les autres titres de l’album. Premièrement, il n’est nullement nécessaire de remettre en question la qualité de l’album. The Blind Leading The Blind offre son lot d’émotions, le cocktail est détonant et donne moultes occasions à l’auditeur de profiter de la rythmique dévastatrice pour se mouvoir de manière peu recommandable. Mis à part un ou deux titres en dessous des autres, cet album est efficace à n’en pas douter.

Toutefois, il manque quelque chose au deuxième album des ukrainiens pour se muer en réelle sortie de choix au cœur de l’automne. Le son est un peu trop propre, mais l’ensemble ne sonne surtout pas assez macabre et rampant pour raconter la Grande Guerre dans ses plus innommables détails. La volonté n’était évidemment pas de sortir l’album référence pour parler des poilus et de leur quotidien, toujours est-il qu’on a un peu de mal à lier l’album de 1914 à ses thématiques, qui se veulent parfois glorieuses et épiques, mais surtout infâmes et fangeuses. En somme, un peu de crasse n’aurait pas fait de mal. La musique demeure ce qu’il y a de primordial, mais lorsqu’elle illustre comme il se doit les thématiques chères au groupe, c’est bien entendu un plus.

En revanche, si on laisse de côté cette petite déception, il est difficile de ne pas se laisser entraîner par l’album dans son ensemble. Chaque titre apporte quelque chose pour faire en sorte que l’écoute ne soit pas trop linéaire, rapport à la certaine homogénéité dont peut souffrir l’album sur la durée. On retrouve notamment une reprise de l’excellent "Beat The Bastards", titre culte du groupe de punk rock britannique The Exploited, et la chose est d’ailleurs bienvenue pour éponger "High Wood. 75 Acres of Hell", qui ne brille pas nécessairement par les sensations qu’il entend procurer. Les autres incontournables de l’album sont évidemment "Passchenhell", qui jouit de la présence de Dave Ingram (Bolt Thrower) en tant que vocaliste, ainsi que "C’est Mon Dernier Pigeon", bien que son nom prête à sourire, pour nous autres francophones.

Après un "War In" introductif, c’est un "War Out" qui permet une sortie en douceur du vigoureux deuxième album de 1914. Plus martial que sordide, The Blind Leading The Blind souffre de deux ou trois manquements pour se hisser au rang des grosses surprises de l’automne. Il n’en demeure pas moins énergique et agréable à écouter pour les amateurs de black death peu exigeant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
13/05/2022 11:55
Salut Maax, je ne critique jamais les chroniques et chroniqueurs mais là: "Il y a toujours quelque chose de vaguement surprenant à voir des groupes s’emparer de thématiques pourtant étrangères à leur culture ou patrimoine historique".
Cela fait des plombes que je n'ai pas lu un bouquin d'histoire sur le sujet mais sans trop m'avancer en 14, l'Ukraine était partie Austro Hongroise, partie Russe, S'il y a bien un peuple qui a bouffé de la m....pendant le 20ième siècle avec les Polonais entres autres, ce sont bien les Ukrainiens (et çà continue malheureusement). C'est justement pile leur culture et leur patrimoine historique.
Un Chevelu citer
Un Chevelu
27/11/2018 11:00
"le centenaire de l'armistice de la 2nd guerre mondiale", "(...) Your King and Country Want You" d’Helen Clarke (1914), chanson qui avait évidemment pour but de pousser les hommes du Royaume-Uni à défendre leur pays alors que la Seconde Guerre mondiale devenait un conflit global"? Faut apprendre à compter ou revoir son cour d'histoire ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
1914
Black Death
2018 - Archaic Sound
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (4)  7.5/10
Webzines : (7)  7.3/10

plus d'infos sur
1914
1914
Black Death - 2014 -
  

tracklist
01.   War In  (1:15)
02.   Arrival. The Meuse-Argonne  (6:20)
03.   A7V Mephisto  (5:28)
04.   High Wood. 75 Acres Of Hell  (5:03)
05.   Beat The Bastards (The Exploited Cover)  (7:02)
06.  Hanging On The Barbed Wire  (2:29)
07.   Passchenhell (feat. David Ingram)  (8:14)
08.   C'est Mon Dernier Pigeon  (5:22)
09.   Stoßtrupp  (06:13)
10.   The Hundred Days Offensive  (10:01)
11.   War Out  (1:55)

Durée : 59:23

parution
11 Novembre 2018

Essayez plutôt
Teitanblood
Teitanblood
Death

2014 - Norma Evangelium Diaboli
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  
Athanatheos
Athanatheos
Prophetic Era (Or How Yahveh Became The One)

2020 - Lavadome Productions
  
Azarath
Azarath
Saint Desecration

2020 - Agonia Records
  
Tribulation
Tribulation
The Horror

2009 - Pulverised Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique