chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Smashing Pumpkins - Gish

Chronique

The Smashing Pumpkins Gish
Sorti quelques mois avant le célèbre Nevermind de Nirvana, le premier album de The Smashing Pumpkins aurait très bien pu être l’album de toute une génération. L’histoire à cependant montré qu’en dépit de ses qualités évidentes, celui-ci serait rapidement relégué aux oubliettes notamment parce que toutes les têtes étaient à l’époque tournées vers la seule ville de Seattle et sa scène alors en pleine explosion. A titre personnel, il m’aura d’ailleurs fallu de nombreuses années avant que je ne me décide à m’y intéresser, préférant naturellement me tourner vers Siamese Dream entre quelques albums d’Alice In Chains, Nirvana, Pearl Jam ou Soundgarden.

Formé en 1988 à Chicago par Billy Corgan et James Iha, le groupe sera rapidement rejoint par D’Arcy Wretzky et Jimmy Chamberlin. Après un premier single paru en 1990 sur Limited Potential Records, le groupe enchaîne la même année avec un second single sorti cette fois-ci sur Sub Pop Records, célèbre label de Seattle ayant largement contribué au son et à l’expansion du Grunge (ou plutôt du Rock alternatif américain) en signant les premières sorties de groupes tels que Green River, Soundgarden, Nirvana ou Mudhoney. Il n’en fallait pas plus pour qu’une major commence à s’intéresser au cas de The Smashing Pumpkins puisque le groupe signera quelques semaines plus tard un deal avec Caroline Records, division du groupe Virgin.

Avec une enveloppe de 20000 dollars en poche, le groupe quitte Chicago pour aller s’enfermer en studio dans le Wisconsin en compagnie de Butch Vig, producteur encore relativement méconnu (quelques productions à son compte, notamment pour Touch And Go Records) dont la carrière finira cependant par exploser quelques mois plus tard avec la sortie de Nevermind. Pourtant, son travail sur Gish (malgré des qualités évidentes à commencer par ces guitares rugueuses et cette batterie naturelle qui claque exactement comme il faut) n’est pas exempt de reproches avec notamment un mixage peu favorable aux parties les plus calmes de l’album. Ainsi, il n’est pas rare d’avoir à monter le son (ou à tendre l’oreille) pour espérer entendre quelque chose de certaines séquences (flagrant sur un titre comme "Siva" à 1:51 ou 2:51) ce qui, sans porter particulièrement préjudice à l’album, s’avère tout de même un petit peu embêtant. C’est aussi Butch Vig qui a vraisemblablement poussé Billy Corgan à jouer l’essentiel des parties de guitare et de basse sur l’album dans un souci d’homogénéité face à ce qu’il appelait un certain manque d’expérience. On imagine la tronche qu’on dû tirer D’Arcy Wretzky et James Iha en se faisant couper de la sorte en plein enregistrement de leur premier album... Dès lors, les relations qu’entretiendront entre eux les membres de The Smashing Pumpkins seront toujours particulièrement tendues avec un Billy Corgan dans le rôle du tyran despotique. Une situation explosive qui atteindra d’ailleurs son paroxysme sur l’album suivant…

Néanmoins, tout cela ne doit cependant pas faire oublier à quel point Gish est un album particulièrement abouti au regard de la relative inexpérience de ses membres et de leur âge finalement peu avancé (la petite vingtaine au moment des faits). D’autant plus que si le groupe sera très vite affilié au mouvement Grunge, il possède dès le départ un son et une identité qui lui permettront de très vite tirer son épingle du jeu : Billy Corgan et sa voix nasillarde (bien que ce trait de personnalité ne soit pas aussi marqué que sur les albums à venir), Jimmy Chamberlin et son touché à la fois subtil et pourtant particulièrement nerveux, la basse tout en rondeurs de D’Arcy Wretzky, les riffs abrasifs de Corgan et Iha contrastés par ces nombreuses séquences aux atmosphères vaporeuses si envoûtantes, ces structures finalement bien plus complexes et ambitieuses que la moyenne… Bref, autant d’éléments qui mis bout à bout font là toute la singularité de The Smashing Pumpkins.
Et si Gish n’est peut-être pas aussi abouti que son successeur (difficile d’être au niveau d’un album comme celui que le groupe sortira deux ans plus tard), on aurait tort de ne pas le considérer comme un disque majeur de la scène Grunge et plus généralement du Rock Alternatif américain. Car s’il ne s’est pas aussi bien vendu ou hissé aussi haut dans les tops qu’un Siamese Dream ou un Mellon Collie And The Infinite Sadness, l’album bénéficie malgré tout d’une telle qualité d’écriture qu’il n’y a tout simplement aucun titre à jeter tout au long de ces quarante-cinq minutes. Efficace et dynamique, la musique des Américains possède effectivement la fougue et l’énergie de cette jeunesse bercée au Hard Rock et au Heavy Metal ("I Am One", "Siva", "Bury Me", "Snail", "Tristessa" et cette quantité de solo dont nous dispenses Corgan et Iha tout au long de l’album...) mais pour autant tout à fait capable de jouer sur d’autres tableaux pour le moins différents. Ainsi, la musique de The Smashing Pumpkins déborde également de mélodies Pop vaporeuses dont la sensibilité à fleur de peau ne laissera sûrement pas indifférent ces adolescents tiraillés entre l’envie de satisfaire leurs parents et celle de s’émanciper, entre ce besoin d’exister et la nécessité de s’accepter pour y arriver, de refrains entêtants et de séquences psychédéliques et progressives ("Rhinoceros", "Crush" et sa guitare acoustique, "Suffer" tout en nuances et en retenu, "Window Paine", "Daydream" chanté par D’Arcy) amenant naturellement l’auditeur à s’échapper de son quotidien.

Sorti probablement quelques mois trop tôt et surtout du mauvais côté des États-Unis, ce premier album de The Smashing Pumpkins aurait pu faire beaucoup plus de bruit si la presse de l’époque s’en était fait l’écho. Les jeunes, eux, ne s’y sont pas trompés puisqu’en dépit de ce manque d’intérêt de la part d’une presse dite spécialisée, Gish finira en haut du classement des radios universitaires. Le groupe réussissant ainsi à vendre plus de 100000 copies en moins d’un an. Quoi qu’il en soit, s’il n’aura jamais la stature ni l’aura d’un Siamese Dream ou d’un Mellon Collie And The Infinite Sadness dans le cœur des gens, il n’en reste pas moins un album particulièrement solide sur lequel on retrouve tout ce qui fera deux ans plus tard le charme et la personnalité de The Smashing Pumpkins. Un début extrêmement prometteur qui, s’il progresse encore un petit peu à tâtons et manque de cette vision qui fera la grandeur des deux albums à venir, laisse cependant aisément percevoir l’étendue des qualités et des capacités de Billy Corgan et sa bande.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

the gloth citer
the gloth
11/07/2019 10:19
C'est mon préféré aussi. Siamese Dream est très bien, mais j'ai moins accroché, quant à Mellon Collie je l'ai rangé après quelques écoutes.

Ce qui me plaît le plus dans celui-ci, ce sont ces parties planantes et enfumées qui contrastent avec les passages plus énervés. Ce côté un peu mystérieux.
AxGxB citer
AxGxB
10/07/2019 09:14
note: 8/10
Merci bien Clin d'oeil
Celles de "Siamese Dream" et "Pisces Iscariot" suivront d'ici peu normalement.
InnerDam citer
InnerDam
09/07/2019 23:54
En grand fan des Pumpkins, je ne peux qu'applaudir ta chronique.
Je me souviens qu'à sa sortie il n'avait pas tant marqué les esprits (et le mien) que ça, mais le talent etait déjà là. Et puis ils ont sorti "Siamese Dreams"...25 ans après ce son de gratte.me met toujours par terre! Tout simplement mpossible à reproduire avec toutes les big muff du monde :-)
Hallu citer
Hallu
09/07/2019 16:30
note: 7/10
Il est un peu "trop" comme album, surtout au niveau des grattes. Ça part dans tous les sens, des solos de gratte au bout de 10 secondes, ça manque de simplicité. Mais bon c'est dû à leur jeunesse et leur enthousiasme. Et en effet le mix est juste à chier sur les parties calmes. Reste un album de grunge efficace, mais dont la recette a été bien plus aboutie chez Nirvana ou Alice in Chains. Smashing Pumpkins, eux, ont finalement suivi leur propre voie et c'est tant mieux.
BBB citer
BBB
09/07/2019 13:31
note: 9/10
Mon préféré. Découvert à l'époque grâce à Bernard Lenoir sur France Inter. J'ai aussi le suivant mais j'accroche moins, du coup j'ai zappé la suite.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
09/07/2019 13:19
note: 7.5/10
Pas aussi génial que ses deux grandioses successeurs ce premier album bien qu'imparfait et manquant de maturité contient son lot de bons moments. Certes ça manque de titres forts mais on sent déjà un potentiel qui va exploser peu de temps après !
AxGxB citer
AxGxB
09/07/2019 12:56
note: 8/10
dantefever a écrit : Je déteste cette musique, mais j'aime ta chronique

Haha, c'est gentil Mr Green
dantefever citer
dantefever
09/07/2019 12:55
Je déteste cette musique, mais j'aime ta chronique

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Smashing Pumpkins
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7.63/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
The Smashing Pumpkins
The Smashing Pumpkins
Grunge - Etats-Unis
  

vidéos
Rhinoceros
Rhinoceros
The Smashing Pumpkins

Extrait de "Gish"
  
Siva
Siva
The Smashing Pumpkins

Extrait de "Gish"
  
I Am One
I Am One
The Smashing Pumpkins

Extrait de "Gish"
  

tracklist
01.   I Am One  (04:07)
02.   Siva  (04:23)
03.   Rhinoceros  (06:30)
04.   Bury Me  (04:48)
05.   Crush  (03:34)
06.   Suffer  (05:11)
07.   Snail  (05:11)
08.   Tristessa  (03:33)
09.   Window Paine  (05:51)
10.   Daydream  (03:08)

Durée : 45:45

line up
parution
28 Mai 1991

Essayez aussi
Alice In Chains
Alice In Chains
Dirt

1992 - Columbia Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Superunknown

1994 - A&M Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Facelift

1990 - Columbia Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
The Devil Put Dinosaurs Here

2013 - Capitol Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Screaming Life / Fopp (Compil.)

1990 - Sub Pop Records
  

Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique