chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
149 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ossuarium - Living Tomb

Chronique

Ossuarium Living Tomb
Chroniqué ici en 2018, la première démo des Américains d’Ossuarium m’avait fait bonne impression, récoltant au passage un joli 3,5 sur 5. Certes, le groupe encore jeune n’avait rien de bien nouveau à proposer mais comme vous le savez sûrement, ce n’est pas le genre de choses auxquelles j’accorde beaucoup d’importance. Si Blood Harvest Records avait eu le nez creux à l’époque en rééditant cette démo en cassette mais aussi en CD, les Américains se sont vu proposer depuis un deal avec un autre label ayant lui aussi toujours un coup d’avance, il s’agit de 20 Buck Spin pour qui l’année 2019 risque d’être particulièrement chargée avec la sortie des nouveaux albums de Magic Circle et Obsequiae ainsi que celui très attendu de Cerebral Rot.
Intitulé Living Tomb, ce premier album arbore des traits bien familiers à commencer par l’artwork signé des mains talentueuses de Dan Seagrave. Quoi qu’en dise certain, j’ai toujours eu un faible pour l’illustrateur qui a bercé de ses œuvres ma découverte du Death Metal pendant les années 90. Alors même si la redite ne semble jamais bien loin, je ne peux qu’admirer encore et encore ces atmosphères sombres et torturées qui se dégagent invariablement de ses nombreux travaux. L’artwork proposé ici n’échappe pas à la règle avec cette lumière verte blafarde, cette citadelle à l’abandon qui semble s’étaler sur des kilomètres, ces arbres décharnés, ces quelques personnages errants et ceux dans des postures bien moins confortables… Un simple coup d’œil à ces dessins et voilà mon imaginaire qui travail, qui m’emporte…

J’évoquais dans ma chronique de Calcified Trophies Of Violence certaines accointances plutôt évidentes avec la musique d’Incantation. La comparaison, si elle tient toujours à l’heure actuelle, s’est tout de même quelque peu délitée avec l’arrivée de nouvelles sonorités plus mélodiques (mais pas nécessairement plus lumineuses) qui pourraient quant à elles faire penser à leurs compatriotes de Spectral Voice (notamment ces notes particulièrement glaciales et distendues que l’on peut trouver sur "Blaze Of Bodies" à 1:40 et 3:48, "Vomiting Black Death" à 1:23, "Corrosive Hallucinations" à 1:49, "End Of Life Dreams And Visions Pt. 1" à 3:11 et "End Of Life Dreams And Visions Pt. 2" à 0:28). En tout cas, l’attrait d’Ossuarium pour les mid-tempo et autres séquences plombées ne date pas d’aujourd’hui puisque déjà leur première démo était parsemée de ce genre de passages suffocants et bien plus lourds. La différence se situe ici dans cette dimension un peu plus mélodique que le groupe va insuffler à ses compositions à l’aide de leads et autres soli particulièrement bien sentis ("Vomiting Black Death" à 4:59 et 5:54, "Corrosive Hallucinations" à 3:48 et 5:23 pour un final rappelant beaucoup ce que l’on peut trouver chez Hooded Menace, le début de "Writhing In Emptiness" ainsi qu’à compter de 2:22 et 3:09, etc) qui, à leur manière, vont nourrir cette atmosphère de cimetière putride et abandonné dans laquelle baigne indiscutablement ce premier album.

La production plus puissante, plus propre et plus équilibrée que sur Calcified Trophies Of Violence va également permettre d’appuyer le propos d’Ossuarium tout au long de ces quarante minutes marquées par ces changements de rythmes relativement fréquents. Car si le groupe américain nourrit effectivement un vif intérêt pour les tempos empruntés au Doom, il n’en oublie pas de taper du poing soit à l’aide de séquences plus enlevées ("Blaze Of Bodies" à 0:35 et 3:18, "Vomiting Black Death" à 5:30, "Corrosive Hallucinations" à 0:54, 2:57 et 3:35, la première partie de "Writhing In Emptiness", le début de "Malicious Equivalence"...) soit grâce à des titres plus courts et donc plus directs ("End Of Life Dreams And Visions Pt. 1"). Ainsi, malgré cette appétence évidente pour les musiques lentes et oppressantes, le Death Metal distillé par Ossuarium sur Living Tomb n’en conserve pas moins une certaine dynamique qui, si elle ne sciera bien évidemment pas aux adeptes de choses plus brutales devrait pouvoir convaincre sans trop de difficultés les amateurs de Death Metal plus nuancé. Si vous n’avez jamais posé vos oreilles sur la musique des Américains, ne vous attendez donc pas à un déferlement de riffs et autres cascades de blasts car ce n’est ici pas du tout le sujet. Non, le travail d’Ossuarium se fait à l’aide de compositions relativement longues (entre cinq et sept minutes) durant lesquelles le groupe va s’attacher à développer son univers tout en relief.

Bien que les touches mélodiques apportées ici par Ossuarium rappellent très fortement celles que l’on peut retrouver sur le premier album de Spectral Voice, il n’en reste pas moins que cette progression n’est pas pour me déplaire. Efficace, la première démo des Américains manquait peut-être un peu d’envergure et de personnalité. Aidé cette fois-ci par une production beaucoup plus soignée, le Death Metal d’Ossuarium revêt aujourd’hui un caractère plus profond, plus abouti mais aussi plus marquant. Alors c’est vrai, l’album n’est pas un monstre de brutalité mais en choisissant de mettre l’accent sur les atmosphères plutôt que sur la vitesse d’exécution, le groupe propose un voyage dans lequel il est vraiment agréable de se laisser sombrer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

choochoo citer
choochoo
08/02/2020 23:07
note: 9/10
Belle chronique.
Je reste assez surpris du peu d'engouement autour de cet album; certes ils arrivent un peu après la bataille (Phrenelith, Spectral voices et consorts) pour proposer une œuvre plus aboutie, il n'en demeure pas moins que ce Living Tomb parvient à capter mon attention sur l'écoute complète (les nuances justement énoncées par la chronique). Il me tarde déjà d'écouter le prochain.
Holmy citer
Holmy
06/11/2019 14:23
note: 8/10
Merci, je note la recommandation. Ca a l'air plus orienté death doom, ça risque de moins me tenter mais faut que j'écoute.

AxGxB citer
AxGxB
05/11/2019 10:14
note: 8/10
Holmy a écrit : Une bonne petite surprise. Dans ce style de death rampant et plutôt lent, il faut savoir captiver l'auditeur du début à la fin, et c'est ici mission accomplie. Le mérite à un format plutôt court qui va bien.

Une sacrée descente dans des mondes hostiles et souterrains, parfaitement retranscrits par un death crasseux à souhait et une basse monstrueuse.



Je te conseille de jeter une oreille au premier album de Mortiferum également, enfin si ce n'est pas déjà fait.
Holmy citer
Holmy
04/11/2019 14:01
note: 8/10
Une bonne petite surprise. Dans ce style de death rampant et plutôt lent, il faut savoir captiver l'auditeur du début à la fin, et c'est ici mission accomplie. Le mérite à un format plutôt court qui va bien.

Une sacrée descente dans des mondes hostiles et souterrains, parfaitement retranscrits par un death crasseux à souhait et une basse monstrueuse.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ossuarium
Death Metal
2019 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8.1/10
Webzines : (4)  7.75/10

plus d'infos sur
Ossuarium
Ossuarium
Death Metal - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro  (00:36)
02.   Blaze Of Bodies  (04:43)
03.   Vomiting Black Death  (07:09)
04.   Corrosive Hallucinations  (07:27)
05.   Writhing In Emptiness  (05:00)
06.   End Of Life Dreams And Visions Pt. 1  (03:55)
07.   Malicious Equivalence  (04:55)
08.   End Of Life Dreams And Visions Pt. 2  (06:40)

Durée : 40:25

line up
parution
1 Février 2019

voir aussi
Ossuarium
Ossuarium
Calcified Trophies Of Violence (Démo)

2017 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Hate Storm Annihilation
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames

2014 - Autoproduction
  
Mortiferum
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Immolation
Immolation
Kingdom of Conspiracy

2013 - Nuclear Blast Records
  
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  
Cruciamentum
Cruciamentum
Paradise Envenomed (EP)

2017 - Profound Lore Records
  

Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique