chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
111 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sacrificia Mortuorum - Possède la bête

Chronique

Sacrificia Mortuorum Possède la bête
Je suis fan de SACRIFICIA MORTUORUM. Oh oui, Satan sait à quel point je le suis. Et si j’aimerais dire que je le suis depuis ses débuts, ce serait faux. C’est en 2007, avec la sortie de Maturum Est, que je suis tombé violemment de ma chaise et qu’à chaque fois que j’arrive enfin à y remonter un autre album m’en refait chuter. Damnatorium Ferrum en 2009 et Railler l’Hymen des Siècles en 2012 m’ont conquis, malgré de légères évolutions dans les compositions et surtout dans la qualité de la production. Mais cette fois-ci j’ai bien eu le temps de reprendre ma place sur mon siège car ce sont 6 années qui ont été nécessaires pour que ce nouvel album, Possède la bête, sorte enfin. Certes, un split avec ORTHANC était sorti en 2014 mais bon c’est pas la même chose... Et en même temps, j’ai l’impression d’avoir continuellement entendu parler du groupe, peut-être même plus que d’habitude. Sans doute parce qu’il a eu un programme de concerts agité, parfois en compagnie de groupes « tendance », parfois en compagnie de groupes « tendancieux » : PESTE NOIRE, HORNA, DER STURMER

6 ans donc depuis la dernière chute de chaise, et un changement de line-up à remarquer : l’arrivée à la batterie de Skogsvandrer, personnage très expérimenté et presque incontournable ces dernières années puisqu’il fait aussi profiter de ses frappes AUTARCIE, CATERVA RUNA et MYRKVID. Bienvenue à lui, même si c’est déjà en 2016 qu’il a intégré la bande. Bande constituée de Thorbès, toujours à la basse depuis 2012. De Gothmog, toujours aux guitares depuis 2003. De Lord Arawn bien entendu, membre d’origine qui s’occupe du chant, des guitares et des quelques parties de synthé.

6 ans ont passé mais la touche SACRIFICIA MORTUORUM est toujours intacte. 7 pistes qui ont été réfléchies entre 2014 et 2017 pour atteindre 53 minutes d’un niveau à nouveau ultra haut, qui fait bien entendu rechuter de la chaise. C’est une évidence, ce Français possède son monde, un peu comme SALE FREUX crée ses propres terres, et une nouvelle piste de SACRIFICIA MORTUORUM ne laisse jamais de doute sur son géniteur. Une écoute, et on sait à qui on a à faire. Son talent principal ? Manier avec perfection la caresse et la frappe, et savoir aussi bien les alterner que les utiliser ensemble. Il est capable de faire des intros, outros, intermèdes ou breaks d’une douceur déprimante, et de balancer subitement des passages démentiels de hargne et d’agressivité. Ainsi, on se prend de l’émotion pure, touchante sur la fin de « Paradigme », le début de « La gamelle du diable », au cœur de « Le bûcher des vanités (part 2) », mais si ces moments doux sont si efficaces, c’est parce qu’ils sont entourés par des vagues de puissance. Des tempêtes ennivrantes.

Et parfois, c’est ensemble que la douceur et la hargne sont employées, qu’elles se mélangent, se heurtent, fusionnent. Une mélodie vient subitement se greffer sur une partie déchainée. Et le chaos montre un semblant d’ordre. Les Ténèbres montrent un rai de lumière. L’impression est claire : une caresse avec une rape. Et chaque piste en renferme. Mais jamais au même endroit, car les structures sont variées chez SACRIFICIA MORTUORUM. « Le bûcher des vanités (Part 1) commence ainsi de façon très rugueuse pour peu à peu intégrer des éclaircies malignes.

Et pourtant, malgré la note élevée, je n’ai pas placé cet album dans mon top annuel. Parce qu’il n’est pas évident. Parce qu’on ne décelle pas tout tout de suite. Parce que ce n’est pas le genre de compositions dont se dit à court terme qu’elles sont géniales. Elles sont complexes, elles s’installent au fur et à mesure en nous, et elles méritent mieux finalement que de « marquer l’année 2018 ». Plus accessible l’album aurait figuré dans un top annuel, mais en l’état, il restera intemporel...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
29/01/2019 07:20
Funky Globe a écrit : Fabulon a écrit : Il m'a posé problème cet album.

Je loue la qualité d'écriture et d'exécution des morceaux, l'album est fichtrement bien foutu, c'est indéniable, mais malgré un grand nombre d'écoutes, je n'ai jamais réellement réussi à me l'approprier.

C'est assez frustrant, et ça l'est d'autant plus que je n'avais pas eu ce genre de souci avec les précédents.


Comme toute la disco de Sacrificia Mortuorum d'ailleurs.

Ca me fait la même chose pour les précédents mais par contre j'ai vraiment accroché à celui-là.
Funky Globe citer
Funky Globe
28/01/2019 10:42
Fabulon a écrit : Il m'a posé problème cet album.

Je loue la qualité d'écriture et d'exécution des morceaux, l'album est fichtrement bien foutu, c'est indéniable, mais malgré un grand nombre d'écoutes, je n'ai jamais réellement réussi à me l'approprier.

C'est assez frustrant, et ça l'est d'autant plus que je n'avais pas eu ce genre de souci avec les précédents.


Comme toute la disco de Sacrificia Mortuorum d'ailleurs.
Fabulon citer
Fabulon
28/01/2019 10:05
note: 7.5/10
Il m'a posé problème cet album.

Je loue la qualité d'écriture et d'exécution des morceaux, l'album est fichtrement bien foutu, c'est indéniable, mais malgré un grand nombre d'écoutes, je n'ai jamais réellement réussi à me l'approprier.

C'est assez frustrant, et ça l'est d'autant plus que je n'avais pas eu ce genre de souci avec les précédents.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sacrificia Mortuorum
Black Metal
2018 - Drakkar Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sacrificia Mortuorum
Sacrificia Mortuorum
Black Metal - 2000 - France
  

tracklist
01.   Vitium originis
02.   Le bûcher des vanités (part 1)
03.   Momento mori
04.   Orcus S.C
05.   Paradigme
06.   La gamelle du diable
07.   Le bûcher des vanités (part 2)

Durée : 52:50

parution
12 Octobre 2018

voir aussi
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)

2014 - Hass Weg Productions
  
Sacrificia Mortuorum
Sacrificia Mortuorum
Railler l'Hymen des Siècles

2012 - Apparitia Recordings
  

Essayez aussi
13th Moon / Ritual Death
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")

2017 - Terratur Possessions / Triangulum Ignis
  
Setherial
Setherial
Ekpyrosis

2010 - Regain Records
  
Sacred Son
Sacred Son
Sacred Son

2017 - Tenebrae Sumus Records
  
Tsjuder
Tsjuder
Legion Helvete

2011 - Season Of Mist
  
Brouillard
Brouillard
Brouillard

2018 - Transcendance
  

Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique