chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Malevolent Creation - The 13th Beast

Chronique

Malevolent Creation The 13th Beast
Une fois encore les grandes manœuvres se sont opérées au sein de la formation de l’inusable Phil Fasciana qui a toujours autant de mal à conserver un personnel stable autour de lui, et prend également de plus en plus son temps pour sortir de nouveaux albums. Si depuis ce nouveau siècle les changements lui ont réussi notamment au chant via l’intermède Kyle Symons, et surtout le retour convaincant de l’historique Brett Hoffmann, cela ne pouvait hélas pas durer très longtemps tant la fin de la tournée du pourtant excellent « Dead Man’s Path » a été un chaos en interne. Après avoir renvoyé l’intégralité de ses camarades de jeu parmi lesquels se trouvait le bassiste Jason Blachowicz, le guitariste Gio Geraca et le frappeur Justin DiPinto (ce qui a entraîné notamment l’annulation de dates communes en Amérique du Sud en septembre 2016 avec NERVOCHAOS - et dont il n’y eu jamais d’annonce officielle ou d’excuses à ce sujet) et s’être écharpé avec eux sur Facebook, le guitariste et compositeur a débauché en 2017 une toute nouvelle équipe autour de lui formée de gars n’ayant fait leurs armes que dans d’obscurs combos de seconde zone. Evoluant désormais sous la forme d’un quatuor (ce qui n’était plus arrivé depuis la doublette « Eternal » - « In Cold Blood » il y’a plus de vingt ans de cela) et visiblement motivé pour en découdre suite à ses quatre années d’absence le groupe signe carrément son opus le plus long depuis « Doomsday X » en 2007, hors on sait malheureusement sa fâcheuse tendance à s’éparpiller et d’offrir par la même occasion des coups de mou quand il s’étire trop en longueur (« The Fine Art Of Murder » en est le meilleur exemple). Et ce qui était à craindre est effectivement ici perceptible, tant les nouveaux venus vont montrer certaines limites, peu aidés il est vrai par quelques moments linéaires ou bouche-trou, faisant donc de ce treizième long-format un vrai coup d’arrêt après des prédécesseurs bien plus convaincants.

Car si dès le départ on reconnait parfaitement le son de la bande on va avoir aussi la sensation d’avoir déjà entendu ce style de morceaux chez elle, mais joué de façon plus inspirée et accrocheuse comme avec « End Of Torture » qui ouvre les hostilités. Alternant entre lourdeur et vitesse on y retrouve toute sa palette technique à l’entrain communicatif, mais dont on ressent rapidement qu’il manque un truc pour que ce titre soit marquant sur la durée, malgré une qualité plus que correcte. Hélas la suite va déjà montrer des signes d’essoufflement plus appuyés via le répétitif et prévisible « Mandatory Butchery » ou le linéaire « Agony For The Chosen » qui ont tendance à tabasser dans le vide, malgré leur brutalité totale. D’ailleurs si les dernières livraisons de la création malveillante contenaient des moments plus remuants et légèrement mélodiques, il n’en est rien ou presque sur ce dernier-né plus sombre et violent que jamais, ce qui n’est pas forcément une bonne chose. En effet dès que les gars décident de proposer des passages parfaits pour headbanguer au mid-tempo ravageur, ils relèvent de suite le niveau, le meilleur exemple étant l’excellent « Canvas Of Flesh » où puissance et alternance des rythmes se font en parfaite harmonie, sans y perdre en accroche.

Mais malheureusement après ce très bon sursaut cette première moitié de disque confirme qu’elle n’est pas digne du standing de ses créateurs, car elle se termine avec le pataud « Born Of Pain » qui bien que contenant de bonnes idées se montre très vite ennuyeux. La faute ici à une longueur trop excessive (presque sept minutes) et des parties lentes insipides, coincées au milieu des déferlantes basiques au possible qui font de cette compo un moment oublié et dont on espère qu’il sera le dernier. Heureusement on peut répondre par l’affirmative car la seconde partie va être plus brillante et convaincante (à défaut d’atteindre des sommets) grâce une série de titres qui ne vont presque plus s’éterniser, et ainsi gagner en efficacité. Car avec « The Beast Awakened » c’est le retour aux bonnes sensations où classicisme et entrain sont revenus pour le meilleur, et cela va continuer avec le redoutable et incisif « Decimated » qui ne laisse presque aucun instant de répit pour souffler, à l’instar du très bon « Bleed Us Free » qui ne s’embarrasse pas de fioritures. Cela va d’ailleurs aller crescendo avec les variés « Knife At Hand » et « Trapped Inside » qui montrent que son dernier membre originel en a toujours sous la semelle, même si là-encore on a l’impression d’avoir entendu tout cela énormément de fois avec lui, et surtout en plus marquant. Mais finalement cette galette va se finir de fort belle manière avec le différent « Release The Soul » plus froid et obscur, et où enfin le quartet se décide à jouer de façon plus lourde pour laisser de la place aux ambiances, sans pour autant oublier ses explosions de violence.

Cependant une fois arrivé au bout de l’écoute on ne peut que se rendre compte qu’outre une radicalité exacerbée (et parfois excessive) au niveau du tempo, il manque surtout des futurs hymnes qui deviendraient du coup des classiques en devenir, tant l’ensemble donne parfois la désagréable impression d’être en pilotage automatique. Et cela sans oublier une voix monolithique qui manque d’envergure (n’est pas le mythique et regretté frontman qui veut) et un frappeur qui a parfois tendance à vouloir en faire trop, sans avoir également la finesse d’un Dave Culross ou Alex Marquez (d’ailleurs le son de batterie bouffe un peu trop l’espace disponible). Du coup sans être un ratage total (grâce à une deuxième moitié plus inspirée) ce cru 2019 n’est pas au niveau des derniers et s’impose juste comme un disque de plus dans une discographie conséquente faite de hauts comme de bas, bien calé en milieu de tableau et qui serait sans doute monté un cran plus haut en raccourcissant aussi son propos.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
29/01/2019 09:05
note: 6.5/10
InnerDam a écrit : Cet album n'est pas vraiment une déception en soi.
Ca fait plus de 20 ans qu'ils s'enfoncent albums après albums.Depuis Stillborn c'est le naufrage.Et cette pochette bordel..on en parle?!


C'est clair qu'elle pique les yeux ... Perso la période Kyle Symons est pas mal du tout et les derniers avec Brett Hoffmann tenaient largement la route
AxGxB citer
AxGxB
29/01/2019 08:06
note: 5.5/10
InnerDam a écrit : Cet album n'est pas vraiment une déception en soi.
Ca fait plus de 20 ans qu'ils s'enfoncent albums après albums.Depuis Stillborn c'est le naufrage.Et cette pochette bordel..on en parle?!


C'est clair qu'elle est particulièrement laide...
InnerDam citer
InnerDam
29/01/2019 01:31
Cet album n'est pas vraiment une déception en soi.
Ca fait plus de 20 ans qu'ils s'enfoncent albums après albums.Depuis Stillborn c'est le naufrage.Et cette pochette bordel..on en parle?!
Deathrash citer
Deathrash
28/01/2019 20:30
Beaucoup de bruit pour rien
AxGxB citer
AxGxB
28/01/2019 13:20
note: 5.5/10
Pas du tout emballé non plus. Ça tape pas mal dans le vide avec beaucoup de riffs très génériques...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Malevolent Creation
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  5.5/10
Webzines : (7)  7.68/10

plus d'infos sur
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Death Metal - 1987 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   End The Torture
02.   Mandatory Butchery
03.   Agony For The Chosen
04.   Canvas Of Flesh
05.   Born Of Pain
06.   The Beast Awakened
07.   Decimated
08.   Bleed Us Free
09.   Knife At Hand
10.   Trapped Inside
11.   Release The Soul

Durée : 49 minutes

line up
parution
18 Janvier 2019

voir aussi
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Stillborn

1993 - Roadrunner Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Will To Kill

2002 - Nuclear Blast Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Ten Commandments

1991 - R/C Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Warkult

2004 - Nuclear Blast Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Retribution

1992 - R/C Records
  

Essayez plutôt
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
Programmed To Consume

2008 - Relapse Records
  
Zealotry
Zealotry
The Charnel Expanse

2013 - Autoproduction
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Domination

1995 - Earache Records
  
Vorum
Vorum
Poisoned Void

2013 - Woodcut Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Mercenary

1998 - Metal Blade Records
  

Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique