chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
99 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Soundgarden - Screaming Life / Fopp

Chronique

Soundgarden Screaming Life / Fopp (Compil.)
Sortie en 1990, Screaming Life/Fopp est une compilation réunissant les deux premiers EPs de Soundgarden parus respectivement en 1987 et 1988 sur le label Sub Pop. Deux disques pressés à l’époque en vinyle et réunit ici sur un seul et même CD. Les plus attentifs l’auront déjà remarqué mais la photo qui illustre cette compilation est la même que celle du EP Screaming Life. Elle est signée du photographe américain Charles Peterson qui fût l’un des premiers à documenter les débuts de la scène Grunge de Seattle, cette effervescence qui va faire vivre toute une ville au son des distorsions et autres larsens d’une jeunesse en quête d’une chose nouvelle qui n’appartiendrait qu’à elle.

Comme l’indique le nom de cette compilation, les premiers morceaux présentés sont ceux du EP Screaming Life. Ces derniers ont été enregistrés aux fameux Reciprocal Studios de Seattle tenus à l’époque par Chris Hanzsek de C/Z Records (la célèbre compilation Deep Six avec qui tout a commencé, Skin Yard, 7 Year Bitch, Built To Spill...) et opéré conjointement avec un certain Jack Endino qui y enregistrera notamment le premier album de Nirvana mais aussi d’autres disques de la scène Grunge de Seattle ou d’ailleurs (Screaming Trees, Gruntruck, Tad, Mudhoney, Green River, Babes In Toyland...).
Après une participation remarquée à la compilation Deep Six aux côtés de Malfunkshun, Green River, Skin Yard, The U-Men et The Melvins ainsi qu’un single deux titres édités en 1987 par Sub Pop Records, Soundgarden va signer avec Screaming Life sa première véritable sortie, celle qui va lui permettre de se placer sur les devants de la scène de Seattle en compagnie d’autres pères-fondateurs. Ce EP, composé de six titres, va reprendre quelques-uns des morceaux présentés précédemment par le groupe ("Tears To Forget", "Hunted Down" et "Nothing To Say") auquel vont venir s’ajouter trois inédits pour une durée d’environ vingt-deux minutes. On y découvre un groupe déjà largement en possession de ses moyens avec des titres et un chanteur tout en versatilité. Hard Rock et Heavy Metal ("Hunted Down", "Nothing To Say", "Hand Of God"), Punk Rock ("Tears To Forget"), Post-Punk ("Entering"), expérimentations Rock/Funk/Noise ("Little Joe")... Un heureux mélange des genres véritablement sublimé par la voix déjà bien en place du regretté Chris Cornell qui, s’il n’a pas encore pleinement conscient de l’immensité de son talent, fait néanmoins déjà preuve d’une belle variété vocale. Naturellement, ces quelques titres n’ont pas encore la portée de ceux qui feront plus tard la renommée et le succès de Soundgarden mais on y trouve des prémices d’ors et déjà particulièrement encourageant et surtout en phase avec cette époque marquée par ces groupes cherchant à explorer d’autres sonorités, à brasser les genres et faire voler en éclats quelques barrières.

Les quatre derniers titres sont ceux du EP Fopp que le label ou le groupe on choisit de nous présenter ici dans un ordre différent de la version originale (néanmoins corrigé sur les rééditions de 2013). En fait, les faces ont été inversées et ce sont les morceaux de la face B que l’on retrouve ici en premier. De même, la version Dub de "Fopp" initialement intitulée "Fopp (Fucked Up Heavy Dub Mix)" a été pour l’occasion rebaptisée « Fopp (Dub) » (également corrigé sur les rééditions de 2013). Bref, quelques légers détails qui n’ont aucune importance dans l’appréciation de ces quelques titres. Avec "Kingdom Of Come", Soundgarden la joue Hard Rock 70’s avec un titre particulièrement facile et accrocheur. Une face B sympathique et sans prise de tête en hommage à ces groupes qui ont influencé le groupe. Sur "Swallow My Pride", Soundgarden fait un clin d’œil à ses camarades de Green River (l’un des premiers groupes de Mark Arm, Jeff Ament et Stone Gossard) en reprenant ce titre figurant sur l’album Rehab Doll sorti également en 1988. Cette reprise, quasi-identique à la version originale (en un peu plus rapide cependant), représente à sa manière l’essence même de ce mouvement alors en plein développement. Des riffs abrasifs, une rythmique héritée du Punk, des mélodies accrocheuses et une voix écorchée. Mais le plus gros morceau de ce EP est bel et bien cette excellente reprise de Ohio Players et sa version dub ou plutôt "Fucked Up Heavy Dub Mix". Entre ce rythme chaloupé, les voix impeccables de Cornell (qui d’ailleurs commencent à monter davantage dans les aigues), ces guitares qui cocottent et surtout ce saxophone absolument inattendu (enfin quand on ne connait pas la version originale comme moi), ce titre vaut presque à lui seul l’achat de cette compilation. La version dub, forcément moins intéressante, s’étend sur plus de six minutes (contre 3:37 pour la reprise) et voit Soundgarden s’essayer à des sonorités étranges, superposant ses riffs à une foire aux samples sans queue ni tête, laissant la basse s’exprimer avec plus de place. Bref, un titre « Dub » écrit par un groupe de Rock en somme. Quoi qu’il en soit, le morceau original est suffisamment bon pour faire de cette expérimentation un moment relativement agréable que l’on n’a pas nécessairement envie de zapper (car je suis rarement client de ce genre de morceaux souvent sans grand intérêt).

Sortis il y a plus de trente ans, ces deux disques réunis ici sur cette compilation constituent une bonne entrée en matière dans l’univers de Soundgarden si l’on souhaite attaquer la discographie du groupe par le bon bout. On y découvre ou plus probablement y retrouve un groupe évidemment encore jeune, qui se cherche une personnalité qu’il a déjà plus ou moins trouvé, se posant ainsi avec quelques autres à l’initiative d’une scène alors en pleine ébullition et certainement pas encore tout à fait prête à vivre tout ce qu’elle va vivre avec l’explosion quelques années plus tard d’un certain Nirvana. Certainement pas indispensable aux yeux du plus grand nombre, ce disque qui en réunit deux reste tout de même un incontournable pour les amateurs de Soundgarden en particulier et de Grunge en général.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Soundgarden
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.75/5

plus d'infos sur
Soundgarden
Soundgarden
Grunge - 1984 † 2019 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Hunted Down  (02:42)
02.   Entering  (04:36)
03.   Tears To Forget  (02:00)
04.   Nothing To Say  (04:00)
05.   Little Joe  (04:31)
06.   Hand Of God  (04:27)
07.   Kingdom Of Come  (02:35)
08.   Swallow My Pride (Green River Cover)  (02:18)
09.   Fopp (Ohio Players Cover)  (03:37)
10.   Fopp (Dub)  (06:25)

Durée : 37:11

line up
parution
11 Mai 1990

voir aussi
Soundgarden
Soundgarden
Badmotorfinger

1991 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Louder Than Love

1989 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Superunknown

1994 - A&M Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Ultramega OK

1988 - SST Records
  
Soundgarden
Soundgarden
King Animal

2012 - Vertigo
  

Essayez aussi
Alice In Chains
Alice In Chains
SAP (EP)

1992 - Columbia Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Rainier Fog

2018 - BMG
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Black Gives Way To Blue

2009 - EMI
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Dirt

1992 - Columbia Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
The Devil Put Dinosaurs Here

2013 - Capitol Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique