chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gendo Ikari - Unit 1

Chronique

Gendo Ikari Unit 1 (EP)
C'est vendredi, les gars, on arrive à l'eldorado samedi/dimanche dans quelques heures. Pour vous aider à sortir la tête du brouillard, ou simplement pour le plaisir masochiste de se décrasser les tympans avec deux litres d'acide sulfurique, je vous propose une petite douceur en provenance de Glasgow, qui ne vous demandera même pas dix minutes de votre temps. Un EP de Grindcore abrasif et cru, comme je les aime, première fraîcheur, sans gras ni superflu. Les gonzes ne sont de toutes façons pas ici pour farcir le haggis.

Je vous parle de Gendo Ikari, pourtant, c'était mal barré : du nom du groupe qui plaira aux amateurs d'Evangelion jusqu'à la pochette absolument dégueulasse que l'on croirait sortie des tréfonds du vieux catalogue Rotten Roll Rex, on était en droit de s'attendre à un énième étron estampillé Goregrind, dissimulant la pauvreté de ses riffs et de son talent derrière une imagerie crade et des samples de films d'horreur. L'habit, le moine, tout ça... Pas tant, finalement, puisque cette délicieuse pochette qui donne envie d'aller se recoucher représente assez bien l'objectif de cette première manifestation de Gendo Ikari : passer la tête du péquin qui s'approcherait de trop près dans le presse-purée.

On part donc sur de très courts bails, l'ensemble se voulant aussi direct que possible. Moins de dix minutes pour 7 titres, c'est plus qu'honorable pour le genre . Ce qui distingue d'entrée de jeu "Unit 1" du reste, c'est sa production, étonnamment crue et "lointaine" pour le genre. Ce que je prenais pour un défaut au départ (surtout au vu du talent manifeste des musiciens) est en fait absolument parfait pour ce que le quatuor a à dire : on ne ménage pas l'auditeur, et ce jusqu'au bout. Pourtant, on ne va pas se contenter de blaster dans le vent pendant dix minutes : l'EP est varié. Oui, range ton sourire narquois, c'est possible de faire du Grindcore sans avoir à systématiquement resservir la même soupe : preuve en est. Si les parties les plus directes sont un régal pour qui goûte le style ("Assistance", voix dégueulée sur lit de blast), on retrouve çà-et-là quelques rappels à Discordance Axis ou Antigama sur des plans un chouïa tordus, qui prennent de court mais restent fort appréciables. On ne peut pas non plus s'empêcher de sourire quand certains clins d’œil, conscients ou non, font leur apparition : mon préféré restant cette gratte qui part dans les aigus au beau milieu de "Celebutante", que je jurerai déjà avoir entendue sur "Pretty in Casts" de Pig Destroyer... Gendo Ikari semble, en tout cas, être une formation moulée pour brûler les planches, tant certains titres sont étudiés au millimètre pour faire saigner un pit : le mid-tempo ouvrant "Epitome" qui, probablement pas assez intéressant pour les musiciens, est brutalement interrompu pour partir tête dans le guidon, ou encore le D-Beat ponctuant deux passages en flux tendus sur "Isolation".

Bref, cet "Unit 1" est une petite douceur qui saura se faire apprécier par ceux qui aiment le Grindcore quand il sent le garage et la sueur. De sa caisse claire claquant bien sèchement à sa voix qui passe du growl au dégueulis sans sourciller, Gendo Ikari répond au cahier des charges tout en se permettant quelques petite fantaisies fort appréciables dans la construction de ses compositions. Une belle petite découverte. Dommage que son successeur, "Unit 2", ait perdu l'urgence et l'âpreté du propos au profit d'une production bien plus brouillonne...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gendo Ikari
Grindcore
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gendo Ikari
Gendo Ikari
Grindcore - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Assistance  (00:48)
02.   Categorised  (01:06)
03.   Celebutante  (00:52)
04.   Epitome  (01:29)
05.   Isolation  (01:02)
06.   The Protocol  (01:39)
07.   Politics  (02:30)

parution
10 Septembre 2016

Essayez aussi
Wormrot
Wormrot
Dirge

2011 - Earache Records
  
Various Artists
Various Artists
A Tribute To Nasum (Tribute)

2009 - Power It Up Records
  
Mindful of Pripyat
Mindful of Pripyat
...and Deeper, I Drown in Doom... (EP)

2015 - Autoproduction
  
Inhumate
Inhumate
At War With... Inhumate (DVD)

2007 - Autoproduction
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Sounds Of The Animal Kingdom

1997 - Relapse Records
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique