chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pensées Nocturnes - Grand Guignol Orchestra

Chronique

Pensées Nocturnes Grand Guignol Orchestra
Depuis un peu plus d’une décennie le projet guignolesque de Vaerohn n’a cessé de diviser et de faire parler, trop barré et foutraque pour certains ou au contraire génie total pour d’autres les avis sont extrêmement partagés, signe d’un intérêt qui ne se dément pas. Fort désormais d’une discographie prolifique son créateur livre en ce début d’année le sixième volet de ses aventures au titre toujours aussi évocateur, et qui fera parler en bien comme en mal comme d’habitude. Avec sa pochette qui ne laisse que peu de places au doute quand au contenu (et apparemment influencée par « La Maison des 1000 Morts » de Rob Zombie), celui-ci va voir pendant plus de trois-quarts d’heure un assortiment de tout ce que sa tête pensante sait faire de mieux, ce qui ne fera pas avancer le schmilblick ni les points de vue, mais aura au moins l’avantage de contenter les fans pendant que les autres iront voir ailleurs ou s’occuperont différemment.

Car il n’y a rien de neuf à attendre au niveau stylistique même si on va constater que l’ensemble va être légèrement plus accessible qu’auparavant, tout en restant quand même dans un univers totalement délirant et décalé où l’on passe de la galerie des horreurs aux manèges les plus divers et variés. Après avoir été accueilli par une voix féminine qui domine un fond sonore formé d’accordéons et divers instruments folkloriques « Deux Bals Dans La Tête » fait son entrée en piste avec sa rythmique lourde (qui n’est pas sans rappeler « Je Veux Nager » du belge Arno) et ses coups de blasts au milieu d’ambiances improbables et avant une fin totalement en vrille. En plus de la couverture magnifique il faut saluer l’excellent boulot réalisé par Cäme Roy de Rat (VƆID) qui gratifie le livret d’illustrations personnalisées pour chacun des morceaux, donnant ainsi l’illusion d’acheter un vieux catalogue de spectacles, qui varie du cirque au catch en passant par le cinéma muet. D’ailleurs avec « Poil De Lune » c’est Charlie Chaplin qui est mis à l’honneur sur papier comme en musique vu que l’introduction ici n’est autre que le thème du génial « Les Temps Modernes » (sorti en 1936) qui se mélange aux ambiances slaves et aux courts moments explosifs, avant de se conclure façon cabinet de curiosités. Avant qu’un entracte n’intervienne, la première partie se finit dignement avec « L’Alpha Mal » qui met en avant un côté dansant se mêlant à un chant plaintif sur fond de train-fantôme, où l’on croit même distinguer la musique des stands de tir et des barbes à papa.

Une fois l’interlude terminé le délire général va aller crescendo entre « Les Valseuses » où la brutalité et la radicalité se mêlent à un décorum propice aux cabarets et à l’effeuillage, pour offrir un côté tentaculaire où l’on croirait voir surgir une femme à barbe au milieu de ce grand barnum. Si « Gauloises Ou Gitanes ? » et « Comptine à Boire » vont plus à l’essentiel, en laissant une place plus importante aux riffs agrémentés de nombreuses cassures de rythme, « Anis Maudit » quant à lui nous offre carrément une influence jazz très marquée. Entre trompette mise en avant et batterie à l’unisson le géniteur de tout ce gloubi-boulga va encore détonner et surprendre en y injectant des passages mordants électriques qui ne font pas tâche avec le reste, sans pour autant le dénaturer. Enfin avec le long « Triste Sade » on a affaire à deux parties distinctes, la première embarque l’auditeur dans une grande fête façon « La Piste Aux Etoiles » de Roger Lanzac (les plus vieux d’entre nous sauront ce que c’est), où se seraient joints des gitans et roms. La suite en revanche sera plus classique oscillant entre brutalité et lourdeur, avant que le tout ne se conclut par une ambiance morbide d’où résonne des notes malsaines d’un vieux piano désaccordé et d’un orgue angoissant.

Si l’on sent que son concepteur a pris de l’expérience et gère mieux ses idées qu’auparavant il faut reconnaître malgré tout que le résultat est toujours aussi difficile à appréhender, et que cela peut être une épreuve de s’enfiler toute la galette en un seul bloc vu que les compos ont parfois tendance à traîner un peu trop en longueur. Avec ses paroles bas du front dignes d’ivrognes en goguette (mais en raccord avec le concept), ce nouveau chapitre délirant de PENSEES NOCTURNES ne changera pas la donne, ni le statut de cette entité surprenante et étonnante. Cependant il faut quand même saluer la persévérance et l’originalité du concept unique en France à l’heure actuelle, qui ne passe inaperçu ni ne laisse indifférent, tant sa loufoquerie et son côté déstructuré ne se retrouvent nulle part ailleurs, ce qui en soit est déjà un très bon point.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Yavaro citer
Yavaro
11/02/2019 19:47
note: 8.5/10
Je trouve que le mixage est vraiment fou ! Le travail sur l'album est très conséquent, faut bien l'avouer.

Après je suis pas non plus trop fan des lyrics, il a voulu en faire des caisses avec les jeux de mots, même si je pense que c'était pour appuyer le côté dépravé de l'ensemble comme un homme qui se serait mis une grosse murge au rouge lors d'une soirée guinguette un peu trop oléolé.
Sagamore citer
Sagamore
09/02/2019 16:02
note: 8/10
seb niggurath a écrit : J'avais pas trop accroché aux précédentes release, mais cet album je le trouve vraiment bon, original et maitrisé contrairement aux precedents

Pareil, le précédent m'avait laissé complètement sur le côté, mais j'aime vraiment beaucoup celui-ci. Très professionnel dans son côté baroque et décadent, et quel travail sur les compositions et tous leurs petits détails !
seb niggurath citer
seb niggurath
09/02/2019 15:09
J'avais pas trop accroché aux précédentes release, mais cet album je le trouve vraiment bon, original et maitrisé contrairement aux precedents

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pensées Nocturnes
Black Metal Grand Guignolesque
2019 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Black Metal Grand Guignolesque - 2008 - France
  

tracklist
01.   Un Trop Plein D’rouge
02.   Deux Bals Dans La Tête
03.   Poil De Lune
04.   L’Alpha Mal
05.   L’Etrangorium
06.   Les Valseuses
07.   Gauloises Ou Gitanes ?
08.   Comptine A Boire
09.   Anis Maudit
10.   Triste Sade

Durée : 48 minutes

line up
  • Vaerohn / Chant - Instruments - Concept

parution
1 Février 2019

voir aussi
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
À boire et à manger

2016 - Autoproduction
  
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Grotesque

2010 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Vacuum

2009 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Nom d'une pipe!

2013 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique