chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Windhand - Eternal Return

Chronique

Windhand Eternal Return
La pochette plus claire, plus lumineuse, plus enjouée confirme l’orientation plus « douce » de Windhand, une orientation amorcée dès Grief’s Infernal Flower après deux premiers albums marqués d’autant de réussites, baignés dans la lourdeur et un certain mysticisme.

Eternal Return reprend clairement les codes de Grief’s Infernal Flower. Halcyon, par exemple, ouvre sous des accords typiques du son du groupe, lourd, cotonneux, traversés de petits soli psychédéliques (Grey Garden, First to Die, Diablerie). La voix n’a pas bougé d’un iota, qui reste chaude, enveloppante comme l’est la musique du combo. L’évolution vers quelque chose de plus… accessible disons est toutefois palpable dès les premières écoutes. La production confiée à Jack Endino, producteur vedette des étoiles fanées du grunge, n’est sans doute pas étranger à cette aura. Les atours grunge donc, presque pop parfois de la musique du combo de Richmond attirent de suite l’attention. Sur certains accords plus énervés, sur certains ponts, c’est presque un son travaillé à la Nirvana qu’on entend. Les accords de guitares fuzz dont l’album est truffé renvoie de suite au début des années 90’ par certains côtés (Halcyon, Grey Garden, Red Cloud). A l’opposé du son plus mystique de Soma ou, surtout, plus brut de Windhand, ce Eternal Return porte finalement bien son nom.

Mais plus que tout, c’est surtout la voix de Dorthia Cottrell qui change tout. Peu important la lourdeur de la structure, faisant fi de l’ultra puissance de la basse (une constante chez Windhand), sa voix chaude, envoutante se diffuse par-delà les structures, les enrobant littéralement dans une chape de coton, qui rend l’écoute très confortable (Grey Garden, Red Cloud). Et comme la batterie, là encore marque de fabrique du combo, reste elle aussi très organique, l’ensemble rythmique / voix porte constamment des structures qui, bien que peu chargées en informations ou en arrangements, n’en demeurent pas moins épaisses. Le mélange voix / rythmique de plomb renvoie bien souvent cette impression d’être confronté à un mammouth doté d’ailes de papillon (First to Die, Red Cloud, Diablerie entre autres).

On constate que les passages à la guitare sèche ont disparu des habitudes du groupe. On peut certes le regretter mais, de fait, Windhand les a remplacé par des morceaux plus contemplatifs, tel ce Pilgrim’s Rest où la voix de Dorthia plane sur la structure et où les guitares égrènent de maigres accords aériens sur un rythme mélancolique et presque folk. Ou encore de morceaux plus intrigants, tel l’instrumental, Light into Dark, dissonant et transpercé d’accords de basse lointains et menaçants.

L’album est également habilement construit dans son tracklist puisque les quasiment deux derniers titres sont aussi les plus longs (11 et 13 minutes). Et ce sont également les deux (Eyeshine et Feather) qui symbolisent, à mon sens, le mieux ce Eternal Return. Quand le premier montre une facette un brin expérimentale, le second constitue un résumé parfait de la musique du groupe. Eyeshine est en effet ultra lent, quasi funeral dans son rythme. Les guitares bourdonnent, le son est sourd. La rythmique repte littéralement et la voix de Dorthia étire encore davantage le titre. Quant à Feather (la plume), il symbolise tout l’album et lui offre sa conclusion : il mélange tout ce qui fait le Windhand d’aujourd’hui, une rythmique 40 tonnes, des grattes alternant le psychédélique et le goudron et une voix de fée.

Windhand confirme sa forme, après un Grief’s Infernal Flower de belle qualité, au sommet du stoner doom. Le pachyderme aux ailes de lépidoptère affirme là une sorte de suprématie sur la discipline. On ne s’en plaindra pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Windhand
Stoner doom
2018 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  6.25/10
Webzines : (5)  7.08/10

plus d'infos sur
Windhand
Windhand
Stoner doom - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Halcyon
02.   Grey Garden
03.   Pilgrim's Rest
04.   First to Die
05.   Light into Dark
06.   Red Cloud
07.   Eyeshine
08.   Diablerie
09.   Feather

Durée : 01:02:12

parution
5 Octobre 2018

voir aussi
Windhand
Windhand
Grief's Infernal Flower

2015 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Cathedral
Cathedral
The Garden Of Unearthly Delights

2005 - Nuclear Blast Records
  
Acid King
Acid King
III

2005 - Small Stone Records
  
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  
King Bee
King Bee
All Seing Eye (EP)

2017 - Autoproduction
  
Yob
Yob
Clearing the Path to Ascend

2014 - Neurot Recordings
  

Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview
Black Citadel
Relics Of Forgotten Satanis...
Lire la chronique
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)
Lire la chronique
Born Of Osiris
The Simulation
Lire la chronique
Soundgarden
Screaming Life / Fopp (Comp...
Lire la chronique