chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Windhand - Eternal Return

Chronique

Windhand Eternal Return
La pochette plus claire, plus lumineuse, plus enjouée confirme l’orientation plus « douce » de Windhand, une orientation amorcée dès Grief’s Infernal Flower après deux premiers albums marqués d’autant de réussites, baignés dans la lourdeur et un certain mysticisme.

Eternal Return reprend clairement les codes de Grief’s Infernal Flower. Halcyon, par exemple, ouvre sous des accords typiques du son du groupe, lourd, cotonneux, traversés de petits soli psychédéliques (Grey Garden, First to Die, Diablerie). La voix n’a pas bougé d’un iota, qui reste chaude, enveloppante comme l’est la musique du combo. L’évolution vers quelque chose de plus… accessible disons est toutefois palpable dès les premières écoutes. La production confiée à Jack Endino, producteur vedette des étoiles fanées du grunge, n’est sans doute pas étranger à cette aura. Les atours grunge donc, presque pop parfois de la musique du combo de Richmond attirent de suite l’attention. Sur certains accords plus énervés, sur certains ponts, c’est presque un son travaillé à la Nirvana qu’on entend. Les accords de guitares fuzz dont l’album est truffé renvoie de suite au début des années 90’ par certains côtés (Halcyon, Grey Garden, Red Cloud). A l’opposé du son plus mystique de Soma ou, surtout, plus brut de Windhand, ce Eternal Return porte finalement bien son nom.

Mais plus que tout, c’est surtout la voix de Dorthia Cottrell qui change tout. Peu important la lourdeur de la structure, faisant fi de l’ultra puissance de la basse (une constante chez Windhand), sa voix chaude, envoutante se diffuse par-delà les structures, les enrobant littéralement dans une chape de coton, qui rend l’écoute très confortable (Grey Garden, Red Cloud). Et comme la batterie, là encore marque de fabrique du combo, reste elle aussi très organique, l’ensemble rythmique / voix porte constamment des structures qui, bien que peu chargées en informations ou en arrangements, n’en demeurent pas moins épaisses. Le mélange voix / rythmique de plomb renvoie bien souvent cette impression d’être confronté à un mammouth doté d’ailes de papillon (First to Die, Red Cloud, Diablerie entre autres).

On constate que les passages à la guitare sèche ont disparu des habitudes du groupe. On peut certes le regretter mais, de fait, Windhand les a remplacé par des morceaux plus contemplatifs, tel ce Pilgrim’s Rest où la voix de Dorthia plane sur la structure et où les guitares égrènent de maigres accords aériens sur un rythme mélancolique et presque folk. Ou encore de morceaux plus intrigants, tel l’instrumental, Light into Dark, dissonant et transpercé d’accords de basse lointains et menaçants.

L’album est également habilement construit dans son tracklist puisque les quasiment deux derniers titres sont aussi les plus longs (11 et 13 minutes). Et ce sont également les deux (Eyeshine et Feather) qui symbolisent, à mon sens, le mieux ce Eternal Return. Quand le premier montre une facette un brin expérimentale, le second constitue un résumé parfait de la musique du groupe. Eyeshine est en effet ultra lent, quasi funeral dans son rythme. Les guitares bourdonnent, le son est sourd. La rythmique repte littéralement et la voix de Dorthia étire encore davantage le titre. Quant à Feather (la plume), il symbolise tout l’album et lui offre sa conclusion : il mélange tout ce qui fait le Windhand d’aujourd’hui, une rythmique 40 tonnes, des grattes alternant le psychédélique et le goudron et une voix de fée.

Windhand confirme sa forme, après un Grief’s Infernal Flower de belle qualité, au sommet du stoner doom. Le pachyderme aux ailes de lépidoptère affirme là une sorte de suprématie sur la discipline. On ne s’en plaindra pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Windhand
Stoner doom
2018 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  6.25/10
Webzines : (5)  7.08/10

plus d'infos sur
Windhand
Windhand
Stoner doom - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Halcyon
02.   Grey Garden
03.   Pilgrim's Rest
04.   First to Die
05.   Light into Dark
06.   Red Cloud
07.   Eyeshine
08.   Diablerie
09.   Feather

Durée : 01:02:12

parution
5 Octobre 2018

voir aussi
Windhand
Windhand
Grief's Infernal Flower

2015 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Electric Wizard
Electric Wizard
Black Masses

2010 - Rise Above Records
  
Om
Om
Pilgrimage

2007 - Southern Lord Recordings
  
Livid
Livid
Beneath This Shroud, the Earth Erodes

2017 - Prosthetic Records
  
New Keepers Of The Water Towers
New Keepers Of The Water Towers
Cosmic Child

2013 - Listenable Records
  
Hangman's Chair
Hangman's Chair
(A Lament For...) The Addicts

2007 - Bones Brigade Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique