chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Fall Of Seraphs / Trepanator - Incarnation Of Torture

Chronique

Fall Of Seraphs / Trepanator Incarnation Of Torture (Split-CD)
Après s’être fait remarquer l’an dernier avec l’excellent EP « Destroyer Of Worlds » l’heure est à la confirmation pour la bande basée à Chevanceaux, qui gagne progressivement une notoriété bienvenue et surtout méritée. Car en vieux briscards expérimentés ses membres ont décidé de ne pas brûler les étapes et de continuer petit à petit à sortir quelques titres, tout en laissant sa chance à d’autres formations comme c’est ici le cas avec les méconnus TREPANATOR. Pour en revenir aux vétérans les voilà aujourd’hui avec cinq nouvelles compositions toujours aussi accrocheuses qui marquent également la fin de l’aventure pour son soliste Aymeric Mallet, celui-ci ayant depuis quitté ses camarades de jeu par manque de temps. Si on lui souhaite bonne route le quatuor restant devra rapidement trouver un successeur à la hauteur, ce qui ne sera pas une mince affaire, malgré tout ce beau monde s’est surpassé en augmentant encore la qualité de sa musique qui prend une nouvelle ampleur et gagne encore en densité et surtout en technique, sans perdre pour autant sa fluidité.

Car d’entrée avec « Weaver Of Pestilence » on s’aperçoit de la progression fulgurante du combo qui a eu lieu en seulement quelques mois, et où toute l’expérience de chacun ressort à pleine force. On trouve ici toute sa palette de jeu où passages lents et énergiques se mélangent à merveille aux blasts fulgurants et aux différentes variations de rythme, tout en gardant son style relativement direct et à l’ancienne, comme cela sera le cas sur « Portal To Nothingness » qui conclura les débats de la même manière. Et même si celle-ci démarre de façon plus sombre et froide, histoire de se préparer à la déferlante qui arrive, le cap reste tenu et garde sa cohérence sans coup férir. Au milieu de tout cela le plus massif « Vow Of The Ancients » trouve facilement sa place par sa lourdeur accentuée et un côté instinctif plus présent, le tout en conservant toujours sa densité sans failles, comme avec « A Way In Mechanicum » qui enchaîne dans la foulée. Ici l’alternance est encore plus prononcée tant ça oscille entre moments lourds et écrasants et d’autres où les hammerblasts se font entendre, tout en jouant ainsi sur la variation pour mieux accrocher l’auditeur et aussi le surprendre. D’ailleurs pour rester dans l’esprit de surprise « Sands Of Nowhere » est l’exemplee parfait vu qu’il s’agit ni plus ni moins du titre le plus brutal et radical jamais enregistré par le groupe depuis ses débuts. Durant toute sa durée ça tabasse pratiquement en continu, ne soufflant qu’à de rares instants en alourdissant légèrement l’ensemble pour mieux repartir dans la foulée afin d’asséner une grosse paire de baffes ou une rangée de coup de pieds aux fesses (c’est selon), qui laisse des marques et dont on ne ressort pas indemne. Car ici outre une technicité encore plus relevée la vitesse atteinte est également à son paroxysme confirmant donc que les charentais ont vraiment franchit un cap et qu’ils sont d’une solidité à toute épreuve. Avec en prime une production puissante et massive au rendu toujours naturel, l’écrin sonore entendu ici est digne de l’écriture proposée par ses créateurs qui s’affirment dorénavant comme un probable futur incontournable du genre en France, et dont on attend désormais avec hâte un long-format qui risque de faire très mal et de marquer les esprits quand il arrivera.

En attendant cela et après avoir été rassasié de bon son l’heure des trépanateurs a sonné et s’ils sont moins connus que FALL OF SERAPHS ils sont tout aussi intéressants à écouter quoi que différents. Evoluant dans une mouvance plus sombre et caverneuse les poitevins méritent d’être mis en avant, et pour eux ce Split tombe à pic tant leur première sortie en 2016 est passée totalement inaperçue, malgré un contenu plus qui méritait le détour. Du coup ceux-ci sont décidés à ne plus laisser passer leur chance et ont réussi à augmenter leur noirceur et leur intensité qui vont se mélanger parfaitement aux variations de ces quatre morceaux. En effet ils réussissent à captiver sans lasser, en proposant une recette certes éculée mais qui fait toujours ses preuves, à savoir une alternance de rythme plus ou moins importante, comme cela est le cas avec « Insect Warfare ». Celui-ci après une froide introduction va tabasser comme il faut un petit moment, avant de s’alourdir et de ralentir le mouvement afin de renforcer la sensation d’oppression afin ensuite de proposer un équilibre simple et massif, où le côté primal et brutal ne cesse pas une seconde. Après cet excellent début la suite maintiendra un niveau similaire que ce soit avec le plus direct « Manhunter » où la pression ne cesse de monter et descendre, ou encore via le redoutable « Religious Tumor » qui joue les montagnes russes, avant que « Pervert From Hell » ne clôture les hostilités en deux parties distinctes (où lourdeur et vitesse sont chacune mises en avant). Autant dire qu’on n’est pas déçu du tout du résultat tant les gars n’en font jamais trop et n’étirent pas inutilement l’ensemble, qui offre de plus un très bon rendu grâce à une production homogène où la basse est parfaitement audible. Le tout se retrouve ainsi conjugué au niveau technique élevé de chacun des membres (mention spéciale aux solos d’une précision chirurgicale) qui amène une vraie plus-value et marque un peu plus les esprits.

Si le Split peut parfois être du foutage de gueule à cause d’un contenu hyper réduit et au prix exagéré, il n’en est ici aucunement question tant chacune des entités s’est surpassée pour offrir ce qu’elle a de meilleur. Si elles auraient pu sortir un autre mini-format chacune de leur côté il faut saluer leur démarche commune ainsi que celle de leur label qui continue de promouvoir le Death hexagonal contre vents et marées, qui quant à lui confirme sa bonne santé actuelle. Deux variantes du Metal de la mort certes, mais assez proches l’une de l’autre et au final un excellent moment pour tout le monde, qui démontre que si ses géniteurs continuent comme ça ils ont tout ce qu’il faut pour réussir une carrière prometteuse, que ce soit dans l’ouest du pays comme sur le reste du territoire, voire qui sait au-delà des frontières nationales. C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter pour l’avenir et c’est déjà pas mal tant on peut être enthousiaste pour eux, vu le potentiel confirmé ici et qui ne demande qu’à s’exprimer en studio comme sur scène.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

X-Death citer
X-Death
12/02/2019 17:59
note: 8.5/10
Excellent EP pour la partie Falls of Seraph, Trepanator ne me fesant ni chaud ni froid.

Varié, technique et efficace en même temps, le feeling est présent et le riffing de grande qualité.

Vivement un album complet ^^ Si il y a d'autres groupes français de ce niveau je prend.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fall Of Seraphs / Trepanator
Death Metal
2018 - Triumph Ov Death
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Fall Of Seraphs
Fall Of Seraphs
Death Old-School - 2014 - France
  
Trepanator
Trepanator
2012 - France
  

tracklist
FALL OF SERAPHS :

01.   Weaver Of Pestilence
02.   Vow Of The Ancients
03.   A Way In Mechanicum
04.   Sands From Nowhere
05.   Portal To Nothingness

TREPANATOR :

06.   Insect Warfare
07.   Manhunter
08.   Religious Tumor
09.   Pervert From Hell

Durée : 39 minutes

line up
parution
10 Décembre 2018

voir aussi
Fall Of Seraphs
Fall Of Seraphs
Destroyer Of Worlds (EP)

2017 - Triumph Ov Death
  

Essayez aussi
Gorefest
Gorefest
La Muerte

2005 - Nuclear Blast Records
  
Wombbath
Wombbath
Downfall Rising

2015 - Pulverised Records
  
Denial
Denial
Catacombs Of The Grotesque

2009 - Asphyxiate Recordings
  
Superstition
Superstition
Surging Throng Of Evil's Might (Démo)

2018 - Autoproduction
  
Dismember
Dismember
Massive Killing Capacity

1995 - Nuclear Blast Records
  

Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique