chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
111 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Saor - Forgotten Paths

Chronique

Saor Forgotten Paths
Je suis bien content de faire cette chronique parce qu’elle va me permettre de m’exprimer sur un terme que je vois assez fréquemment ici ou là, et qui a encore été récemment employé au sujet de SAOR. Ce terme, c’est « sur-évalué ». SAOR serait donc un groupe sur-évalué. Or, l’expression me semble non seulement galvaudée, mais aussi inappropriée. Car elle voudrait dire qu’un groupe ou un album est considéré comme meilleur qu’il ne l’est. Cette considération, elle ne peut être exister que si elle a été constatée. Et elle ne peut donc qu’être subjective. Seul celui qui va voir sur les forums ou réseaux sociaux trouvera qu’un groupe reçoit des louanges que lui-même n’attribuerait pas. Celui qui se contente d’écouter un album sans se soucier de ce qu’a dit untel ou untel n’aura jamais connaissance de l’opinion d’une prétendue « masse ». Pire, ceux qui disent d’un groupe qu’il est sur-évalué veulent en fait tout simplifier manifester leur mécontentement ou incompréhension envers le fait qu’un album qu’ils n’on pas aimé soit apprécié par d’autres. Il n’y a pas de valeur intrasèque à de la musique, pas de niveau quantifiable si ce n’est pas une note qui représente l’opinion d’une personne vis-à-vis de la musique. Il en va de même avec l’expression contraire : « sous-évalué », qui devrait en fait être compris comme « méconnu ». Un album qui nous a plu, mais dont on voit peu parler n’est pas sous-estimé mais méconnu. Un album qui nous a plu, mais qui a beaucoup de critiques négatives n’est pas sous-estimé, il est mal-aimé. Je chipotte avec les termes, mais j’avais tellement envie d’être clair à ce sujet, de pouvoir expliquer pourquoi je ne parle jamais d’œuvre sur ou sous-évaluée.

SAOR fait beaucoup parler de lui, et le nombre de fans ne cesse de grandir depuis 2013, depuis le premier album Roots sorti d’abord sous un autre nom de formation, ÀRSAIDH, qui a très vite été abandonné parce qu’Andy Marshall, le seul maître à bord, s’est tout à coup dit que l’accent sur le premier A posait problème, et que SAOR serait plus adapté. C’était donc il y a 6 ans, et force est de constater que le bougre écossais a un bon rythme de création puisque Forgotten Paths est le 4ème album. Il a mis trois ans pour donner une suite à Guardians, et la petite déception qui va tout de suite et sans aucun doute froisser les fans, c’est qu’il n’y a que 35 minutes de musique, pour trois pistes suivies d’une outro instrumentale et surtout dispensable. Ah si, ce final tout doux, tout mignon à la harpe ne sert pas à grand chose. Petite comptine finale sur laquelle le bruit des vagues vient se poser, il permet juste à Gloria Lyr (non, pas Amanda) de faire son apparition sur l’album. C’est la jeune femme qui a composé et interprété ce titre de 5 minutes. En espérant au moins que cela lui permettra d’augmenter son nombre d’abonnés sur sa chaîne YouTube, 25 à ce jour.

Elle n’est pas la seule invitée de l’album. Car même s’il n’y a que trois pistes (et donc bien moins que Guardians et ses 5 pistes de 11 minutes chacune), il y a bien d’autres invités, dont deux aux vocaux. Une autre femme méconnue, une certaine Sophie Rogers qui ne peut elle aussi que gagner des abonnés vu qu’elle plafonne actuellement à 106. Elle aussi écossaise apparaît sur « Bròn », le temps du refrain. Sa voix douce permet d’apporter un petit air apaisant, et un équilibre avec la voix toujours rauque d’Andy Marshall. L’autre invité nous est bien connu par contre puisqu’il s’agit de notre Neige national. Ce qui n’a pas manqué de m’inquiéter parce que Neige, c’est un peu le Elie Semoun du metal. Ah si, il était plus efficace quand il était avec Dieudonné / Famine. Et une fois qu’ils se sont séparés, ils sont allés chacun dans un extrême. Et sans vouloir trop manqué de respect, le travail récent de notre Elie / Neige me glisse totalement sur le haut du crâne... Mais voilà, il n’a ici que la parole, et encore, en fond, en chœur assez discret. Cela donne même une petite ambiance intimiste agréable, donc un grand ouf.

Parce que d’un point de vue musical, il n’y a quasiment rien à redire. On reste sur sa faim parce qu’on n’a que trois morceaux, mais ils sont qualitatifs. Ils sont dans la veine des albums précédents, avec un rythme très épique, des ambiances scottish bien dosées, des mélodies entêtantes. C’est évident que SAOR maîtrise parfaitement sa formule, et arrive à broder des compositions qui emportent l’auditeur loin dans un monde désolé et beau à la fois. On peut regretter des similitudes trop fortes entre chaque album, mais ce serait véritablement se montrer blasé, exigeant ou malhonnête que de trouver ces trois compositions insuffisantes. C’est juste que SAOR emploie constamment sa formule, efficace, et ne parviendra jamais à se renouveler, comme un SUMMONING a toujours su le faire. On reconnaît tout de suite un morceau de SUMMONING, on a besoin d’écouter un passage un peu plus long pour retrouver un titre de SAOR.

Je le répète, SAOR est toujours aussi efficace, et il a toujours le même talent pour faire tournoyer le black metal et les influences traditionnelles de son pays. Il se reconnaît entre mille, il se savoure sans lassitude, il ne déçoit pas. Mais il reste toujours dans le même spectre. Point. Et ceux qui le trouvent sur-estimé n’auront qu’à arrêter de lire les opinions des autres, et il ne le sera plus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
19/02/2019 09:18
yog a écrit : Ca n'a rien à voir, être signé sur un label ou être distribué par. Par le jeu des accords entre labels pour des distributions dans tel ou tel pays, à peu près n'importe quoi peut être distribué par n'importe qui.

Je le sais bien, mais je pense que si Saor avait voulu délibérément couper avec DTB par peur pour son image, ils se seraient débrouillés pour ne pas être distribués par eux
yog citer
yog
19/02/2019 09:11
Ca n'a rien à voir, être signé sur un label ou être distribué par. Par le jeu des accords entre labels pour des distributions dans tel ou tel pays, à peu près n'importe quoi peut être distribué par n'importe qui.
dantefever citer
dantefever
18/02/2019 11:51
uruk a écrit : ÀRSAIDH qui a changé de nom, ça n'a rien à voir avec le fait qu'il était sur Darker than Black ?

Pas sur pour le coup, Saor étant encore distribué par DTB
uruk citer
uruk
18/02/2019 10:44
ÀRSAIDH qui a changé de nom, ça n'a rien à voir avec le fait qu'il était sur Darker than Black ?
MoM citer
MoM
15/02/2019 19:39
Eeeeet je suis moins emballé.

Autant Aura a su capter mon attention en m'apportant quelque chose de frais au moment où j'en avais besoin, autant, là, je trouve que ça n'innove pas des masses. Du coup, vu que ça m'apporte rien de neuf, et vu que je ne ressentais pas l'envie de plus, ben je trouve ça moyen, j'arrive pas à m'investir dedans.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Saor
Black Metal Atmosphérique
2019 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (8)  7.88/10

plus d'infos sur
Saor
Saor
Black Metal Atmosphérique - 2013 - Royaume-Uni
  

vidéos
Bròn
Bròn
Saor

Extrait de "Forgotten Paths"
  

tracklist
01.   Forgotten Paths
02.   Monadh
03.   Bròn
04.   Exile

Durée : 38:35

parution
15 Février 2019

voir aussi
Saor
Saor
Aura

2014 - Northern Silence Productions
  
Saor
Saor
Guardians

2016 - Northern Silence Productions
  

Essayez aussi
Waldgeflüster
Waldgeflüster
Meine Fesseln

2014 - Black Blood Records
  
Summoning
Summoning
Nightshade Forests (MCD)

1997 - Napalm Records
  
Khors
Khors
Night Falls onto the Fronts of Ours
(І ніч схиляється до наших лиць)...

2015 - Candlelight Records
  
Veiled
Veiled
Black Celestial Orbs

2018 - Iron Bonehead Productions
  
Sear Bliss
Sear Bliss
The Arcane Odyssey

2007 - Candlelight Records
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique