chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hexvessel - All Tree

Chronique

Hexvessel All Tree
Comme beaucoup de passionnés de black metal, votre serviteur est un fervent amateur de musique folk et traditionnelle. Et comme votre serviteur est également une personne remarquable dotée d’une admirable ouverture d’esprit musicale, il se troue qu’il est aussi très fan de vieux rock 60’ ou 70’, qui justement se faisait parfois un plaisir de mélanger mélodies et instruments folkloriques avec de la saturation de guitare réconfortante et de la basse ronronnante. C’est un univers bien particulier, entre psychédélisme, mélancolie folklorique, mélodies dansantes et nostalgie romantique tournée vers le passé légendaire. Une belle illustration de ce petit monde se trouve dans le film culte « The Wicker Man », à regarder absolument. On en recommande d’ailleurs l’OST, et on conseillera aussi d’aller écouter Jethro Tull, qui aurait sans problème pu être chargé des musiques du film.

Voilà, maintenant vous extrayez à la presseuse toutes les influences citées dans le paragraphe ci-dessus, et vous avez Hexvessel. Un musicien central qui vient du black metal, et qui s’est fait une cure intensive de psychédélisme et de douceur folk des années 70’ puis s’est mis à un genre de rock prog psychédélique qui sent fort la forêt et le folklore des temps anciens. Hexvessel sort donc son cinquième album All Tree, avec une bien jolie pochette.

L’album est une longue plongée dans un monde boisé, un peu magique sans donner dans la fantasy pure, doucement pastel, avec de belles ambiances passéistes portées par des cordes frottées et des instruments à vents tout en délicatesse qui transportent immédiatement. La base de la musique du groupe reste la guitare acoustique, qui sous-tend toutes les compositions avec des arpèges lancinants toujours un peu mélancoliques, parfois plus franchement déchirants, souvent réconfortants. Le chant, très pur, survole les chansons avec légèreté, sans jamais vraiment s’appesantir, mais sans jamais se faire indispensable non plus. C’est juste, parfois inspiré, mais je ne trouve pas que les lignes vocales n’apportent réellement quelque chose. Elles ne sont pas désagréables, mais honnêtement, un album entièrement instrumental ne m’aurait pas dérangé plus que ça.

Alors parfois, on se rappelle qu’on a l’étiquette « rock folk psychédélique », et on sort un peu la guitare électrique saturée. Les mélodies très typés 70’ sont de sortie, avec ce son très travaillé qui fleure bon l’époque révolue qui aura donné lieu à un héritage musical inépuisable. Et parfois, on décide carrément de danser la gigue dans la clairière, avec une « Wilderness Spirit » bien entraînante qui pour une fois apporte des lignes de chant vraiment prenantes. On se trémousse bien, ça fait plaisir ! Surtout que l’album, s’il s’apparente à une ballade en forêt moitié hippie moitié druidique, reste plutôt dans la langueur et le calme un peu assombri par la nostalgie. Ça n’est jamais vraiment dépressif, mais c’est doucement tristounet. Tenez, « Otherworld Envoy », c’est pas chagrin ça, peut-être ? Et la très belle finale « Closing Circles », ça fait pas une petite fêlure au cœur ?

Il n’y a pas mille choses à dire sur All Tree. C’est un bon album, bien composé, souvent très plaisant, mais qui manque d’une petite étincelle supplémentaire pour devenir vraiment magique. De toute façon, je pense qu’Hexvessel est typiquement le groupe qui parle ou qui rebute totalement. Les amateurs d’ambiances forestières qui auraient aimé connaître les années 60’ vont très probablement aimer ce disque, ceux à qui la folk donne des calculs rénaux vont très certainement l’envoyer balader après une piste. Du coup, cette chronique a surtout vocation à faire découvrir Hexvessel aux amateurs du style qui ne connaissent pas encore le groupe. Penchez-vous là-dessus, ça vaut vraiment le coup si vous aimez l’odeur de l’humus, les fougères, les troncs mousseux et les gentils trips entre chevelus en pattes d’éléphant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hexvessel
Rock folk psychédélique
2019 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  7.82/10

plus d'infos sur
Hexvessel
Hexvessel
Rock folk psychédélique - 2009 - Finlande
  

écoutez
tracklist
01.   Blessing
02.   Son Of The Sky
03.   Old Tree
04.   Changeling
05.   Ancient Astronaut
06.   Visions Of A.O.S.
07.   A Sylvan Sign
08.   Wilderness Spirit
09.   Otherworld Envoy
10.   Birthmark
11.   Journey To Carnac
12.   Liminal Night
13.   Closing Circles

Durée : 45min 58

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique