chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
144 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dirge - Elysian Magnetic Fields

Chronique

Dirge Elysian Magnetic Fields
Et donc, c’est officiel : Dirge n’est plus.

Forcément, après une telle annonce, un retour sur la discographie des Français s’est imposé à moi. Un besoin d’accompagner le deuil avec ses nombreuses productions, approchées avec un regard neuf. Car je dois bien m’y résoudre : je fais partie de ceux qui n’ont pas donné à Dirge l’attention qu’il méritait. Accueillant ses œuvres avec enthousiasme, je considérais les réalisations du groupe comme acquises, des créations toujours abouties, aux atmosphères travaillées, mais dont je ne parvenais pas toujours à voir la spécificité. Fanatique du groupe, je me penchais sur lui au-delà de ses albums, me disant bêtement « voilà un nouvel album de Dirge », comme si cela suffisait.

Mais Dirge n’est plus, et un changement de perception s’est opéré en moi suite à cette décision. Ainsi, Elysian Magnetic Fields a été longtemps pour moi l’album de Dirge sur lequel je trouvais que les Français se reposaient trop sur leurs lauriers. Toujours ébahis par eux, leur univers particulier, leur musique qui semble, en surface, tout devoir à Neurosis alors qu’elle évolue dans des sphères inédites, j’ai cependant trouvé ce longue-durée trop ronronnant à l’époque, m’arrêtant aux marqueurs habituels : artwork de rouille, présence de Nicolas Dick, longues plages de guitares en lévitation, voix déclamatives et brutes, microclimat au sujet duquel je pensais avoir les parapluies adaptés. Passionné par le groupe, j’abordais ce disque sans passion.

Grossière erreur. Car les œuvres du projet trouvent aussi leur sens dans leur versatilité, leur capacité à marquer différemment selon les états d’esprits. Leur capacité à époustoufler puis s’inscrire sans forcer dans une quotidienneté. Devenir une musique de compagnie, en somme. Et Elysian Magnetic Fields n’échappe pas à cela. Des années après cette petite déception se cachant derrière un énorme respect, une nouvelle tentative m’a alors fait voir ces soixante-six minutes sous une autre lumière. C’est simple : ci-gît ce que Dirge a probablement sorti de plus essoufflé, vitreux, amer, triste. Bam.

Comment ai-je pu passer à côté de… ça ? Elysian Magnetic Fields, près de huit ans après sa sortie, me fait m’imaginer citoyen lambda d’une planète Mars colonisée, écrasé de fatigue à parcourir les routes tubulaires d’un réseau mécanisé. Des nuits passées dans les véhicules, mouvements constants dans un futur sans avenir, où les hommes s’affaissent écrasés par un système productiviste à la machinerie totalitaire. C’est ce que me renvoient ces entrelacs de notes, ces delays qui délavent, rendent translucides une musique où sourde la douleur d’une voix rageuse, cherchant les haut-parleurs pour éveiller ses frères humains au sursaut. Un monde imaginaire aux ennemis invisibles, prenant leur pouvoir dans la structuration d’une vie normale placée sous le joug de l’esclavage technologique.

Cette fatalité particulière coule dans chaque composition, indifférente, aux merveilles semblant lointaines. Dirge reste un groupe beau sans trop l’appuyer, mais donne ici un air inatteignable à ses chants vaporeux, ses mélodies étourdissantes, le rythme immuable sur lequel il inscrit sa mélancolie spatiale. Avec, car rien n’est simple ici, une chaleur qui veut sortir sous cette tristesse, donne un visage profondément humain à cette science-fiction faite de terre rouge et de labyrinthes de verre.

Tu m’étonnes que Hyperion et Lost Empyrean ont montré un Dirge plongeant dans l’espace et ses lumières ! Ce qu’il voit à ses pieds appelle décidément à regarder en l’air, l’évasion comme seule porte de sortie. Si Elysian Magnetic Fields ne chamboule pas le favoritisme que j’applique à And Shall the Sky Descend, il m’a chamboulé, passant de déception à l’époque à coup de cœur actuel. Dirge n’est plus, mais fort heureusement, je n’en ai pas fini de faire le tour.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
17/03/2019 10:16
note: 8.5/10
Un des meilleurs.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dirge
Post Metal
2011 - Division Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (5)  8.35/10

plus d'infos sur
Dirge
Dirge
Post Metal - 1994 † 2019 - France
  

tracklist
01.   Morphée Rouge
02.   Obsidian
03.   Cocoon
04.   Sandstorm
05.   Elysian Magnetic Fields
06.   Narconaut
07.   Falling
08.   Apogée

Durée : 66 minutes 16 secondes

line up
voir aussi
Dirge
Dirge
Wings Of Lead Over Dormant Seas

2007 - Equilibre Music
  
Dirge
Dirge
Lost Empyrean

2018 - Debemur Morti Productions
  
Dirge
Dirge
Hyperion

2014 - Debemur Morti Productions
  

Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique