chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sordide - Hier Déjà Mort

Chronique

Sordide Hier Déjà Mort
Après un premier album battant pavillon noir, un Fuir La Lumière davantage sentencieux et personnel ainsi qu’un EP partagé avec Sataŋ, Sordide vient remuer un petit peu plus le couteau dans la plaie. Paru en début d’année – via Throatuiner Records, WV Sorcerer Productions et La Harelle –, Hier Déjà Mort est en effet un long et lancinant glissement vers les ténèbres intérieures.

« Sans plus jamais s’émerveiller
Sans rien garder dans nos cœurs vides et froids
Qu’un dégoût hypertrophié »

Profondément viscéral et dégueulant d’amertume, il dessine un chemin dans le dédale des galeries souterraines putrescentes. Ses racines davantage ancrées dans le black que ses prédécesseurs fait ressortir la part sombre de la formation. Le son plus organique et raw remet une couche de sombreur, ce nouveau méfait transpirant à la fois l’urgence et la défaite. Une évolution naturelle et parfaitement réfléchie, le groupe puisant ses influences dans la scène française des années 90 que ce soit par le côté « grandeur et décadence » (en particulier sur « Prelude » et « Postlude » avec des mélodies tant épurées que cafardeuses) ou encore les riffs dissonants. Les compositions telles que « La Peur De Noir » ou encore le morceau-titre représentent bien le virage pris par Sordide. Les musiciens vous balancent en pleine face une rage crue et incontrôlée magnifiée par les lignes de guitares tour à tour nerveuses et chaotiques. La touche black orthodoxe couplée à l’excellente prestation de Nehluj, vomissant sa bile noire, offre une nouvelle vision. Celle d’une cérémonie à la gloire de la fatalité et du néant où tous/toutes sommes conviés/ées.

« Sans rien partager nous perdons la lutte,
Nous époumonons pour chanter la chute. »

« Hier Déjà Mort » fait mal, laisse hagard. D’une violence sourde – comme décrite plus haut – à celle plus subtile et lancinante distillée dans « Le Cadavre Ou L’Offrande ». Basse plombante à souhait, chant arraché, musique aussi lente que répétitive (répétitions chères à l’entité), le trio joue avec vos nerfs par ces changements de rythmes mais aussi de tons. Certes les ambiances s’obscurcissent mais l’essence reste intacte. Les Français continuent de cracher leur haine et leur dégoût (je ne peux m’empêcher de faire le lien avec des groupes de Oi! comme Camera Silens). Il suffit également de lancer les pistes aux relents plus punk comme « La Saveur De La Fièvre » ou encore le fabuleux « La Chute » pour s’en convaincre. « La Chute », ce titre ! Il a fini par bien vite s’imposer, hymne imparable. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance lors de la première écoute, trouvant ce dernier un peu long. Comme ces prédécesseurs, ce nouveau long format resserre son emprise avec le temps. Les mélodies s’insinuent durablement dans vos crânes tout comme certaines paroles que vous vous prenez à scander. Vous le décortiquez et remarquez que chaque piste se démarque des autres, vous accrochant de différentes manières (la superbe montée en puissance et la fin chargée d’émotions de « La Saveur De La Fièvre », par exemple).

Certains fans ont été décontenancés par le côté black plus prononcé. Personnellement, je m’en délecte. Ce disque est une longue et douloureuse plainte qui remue les tripes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
18/03/2019 16:25
note: 8.5/10
Je le réécoute, du coup, et "amer" est en vérité le mot qui le caractérise le mieux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sordide
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8.3/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sordide
Sordide
Black Metal - France
  

tracklist
Prélude
La Peur Du Noir
Hier Déjà Mort
Le Cadavre Ou L’Offrande
La Chute
Carapace
La Saveur De La Fièvre
Postlude

Durée : 38.01 minutes

line up
parution
15 Février 2019

voir aussi
Sordide
Sordide
La France a Peur

2014 - Avantgarde Music
  
Sordide
Sordide
Fuir la lumière

2016 - Avantgarde Music
  
Sordide / Satan
Sordide / Satan
Split (Split 7")

2017 - No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Saka Čost / Amertume / Jungle Khôl / Organe
  

Essayez aussi
Vargrav
Vargrav
Netherstorm

2017 - Werewolf Records
  
Antichrist
Antichrist
Sacrament Of Blood

2011 - Nuclear War Now! Productions
  
Drastus
Drastus
La Croix de Sang

2019 - Norma Evangelium Diaboli
  
Malcuidant
Malcuidant
Et les Cieux s'assombrirent...

2011 - Autoproduction
  
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Monothéisme : Le Grand Culte Mortifère

2014 - Hass Weg Productions
  

Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique