chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Foul - Of Worms

Chronique

Foul Of Worms (EP)
Nouveau venu sur le devant de la prolifique scène de Seattle (Cerebral Rot, Cauterized, Fetid, Crurifragium...), Foul a sorti l’année dernière son tout premier EP intitulé Of Worms. Proposé dans un premier temps via la seule page Bandcamp des Américains, celui-ci a tout de même fini par intéresser monsieur Hansel Merchor en charge du label Caligari Records (Act Of Impalement, Bloodsoaked Necrovoid, Encoffinate, Skelethal, Undeath...). 200 cassettes plus tard, ce même EP s’apprête à jouer les prolongations avec l’arrivée via Chaos Records (Cenotaph, Gutless...) d’une édition CD bienvenue. En attendant sa sortie officielle, voici la chronique de ce disque.

Du haut de ses vingt-sept minutes pour seulement quatre titres et en dépit de tout le mystère qui entoure les quelques acteurs gravitant autour de ce projet, Of Worms ne laisse planer aucun doute quant à ses intentions. Avec des morceaux flirtant allègrement avec les sept minutes de moyenne, ce n’est pas une surprise si je vous dis que Foul pratique un mélange de Death et de Doom tout ce qu’il y a de plus classique.

Alors oui, balancé comme ça, on a forcément un peu l’impression que le groupe n’a rien de bien intéressant à proposer. Mais même si ce n’est pas le cas, il est clair que si vous cherchez encore LA formation capable de transcender ces deux genres particulièrement balisés, vous faites ici fausse route. Car tout chez les Américains de Foul renvoi peu ou prou à des choses déjà entendues ailleurs. Une pincée d’Evoken (le début de "Sorceress Of Worms"), un soupçon d’Hooded Menace ("Writhing Tectonic Bicephalith" et ses mélodies féeriques), un chouia d’Incantation ("Effigy Of Tredecuple Emaciation" et "Feculent Unbirth")... L’originalité n’est clairement pas ce qu’il faut attendre du groupe même si on trouve néanmoins quelques petits passages qui sortent des sentiers battus. C’est notamment le cas sur un titre comme "Sorceress Of Worms" dont les brèves incursions mélodiques aux relents épiques plutôt subtils viennent apporter une couleur toute particulière au Death/Doom de Foul.
Dans l’ensemble, on reste cependant sur quelque chose de particulièrement classique avec ces riffs sombres et menaçants, ces ralentissements pesants sublimés par un growl abyssal entraînant l’auditeur six pieds sous terre et auxquels vont venir s’opposer quelques séquences plus musclées à coups d’accélérations salvatrices ("Sorceress Of Worms" à 3:00 suivi plus tard par quelques fulgurances assassines, "Writhing Tectonic Bicephalith" à partir de 3:54, la première moitié presque Punk de "Feculent Unbirth" avec son intro à la basse et ses tchouka-tchouka presque inattendus). De même, on trouve également de nombreux leads mélodiques que Foul va se faire un plaisir de dispenser tout au long de ces vingt-sept minutes histoire d’illuminer avec des sonorités pour le moins mélancoliques ces atmosphères épaisses et sinistres qui enveloppent chacune de ces quatre compositions.

Si Foul n’entend pas révolutionner quoi que ce soit dans ce registre plutôt étriqué qu’est celui du Death/Doom, ce premier EP laisse cependant entrevoir un groupe au potentiel évident. Ses compositions, solides et efficaces, se montrent ainsi suffisamment variées pour plaire au plus grand nombre pour d’un côté ne pas effrayer l’amateur de Death Metal dont le besoin constant de blasts et de brutalité pourrait l’amener à faire l’impasse sur ces quelques titres et de l’autre côté rassurer les clients de rythmes lourdingues et répétitifs qui apprécient davantage de se sentir étouffer par ces kilos de riffs et ces frappes pesantes. Foul livre avec Of Worms un bon mélange des deux genres qui à défaut de surprendre fait suffisamment bien son taf pour convaincre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Foul
Death / Doom
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Foul
Foul
Death / Doom - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Effigy Of Tredecuple Emaciation  (07:45)
02.   Sorceress Of Worms  (08:54)
03.   Writhing Tectonic Bicephalith  (06:11)
04.   Feculent Unbirth  (04:32)

Durée : 27:22

parution
11 Novembre 2018

Essayez aussi
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Bilocate
Bilocate
Summoning The Bygones

2012 - Code666
  
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
The Karelian Isthmus

1992 - Relapse Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Darkness Drips Forth

2015 - Relapse Records
  

Queensway
Swift Minds of the Darkside
Lire la chronique
Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Misþyrming
Algleymi
Lire la chronique
Nucleus
Entity
Lire la chronique
Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique