chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Extirpation - A Damnation’s Stairway To The Altar Of Failure

Chronique

Extirpation A Damnation’s Stairway To The Altar Of Failure
Une décennie c’est le temps qu’il aura fallu au quatuor milanais pour qu’il fasse enfin parler de lui au-delà de sa région et de son pays natal, car bien qu’ayant déjà deux albums au compteur (sans compter un Split et un EP) on ne peut pas dire que celui-ci soit parvenu jusqu’à nos oreilles. Il faut dire qu’il est resté confiné dans l’underground le plus obscur suite à des signatures sur des labels ultra-confidentiels (les serbes de Grom Records et les italiens de Nightbreaker Productions), qui n’ont pas aidé niveau distribution et à le faire connaître au plus grand nombre. Désormais présent chez les provençaux de Triumph Ov Death on remarque que curieusement (ou logiquement) EXTIRPATION voit enfin la lumière du jour et du public s’approcher de lui, et ce n’est qu’une juste récompense tant il aurait été dommage qu’il ne se fasse pas connaître. Plus mature et mieux produit que ses prédécesseurs ce troisième volet est incontestablement le meilleur réalisé à ce jour par le groupe, qui continue de pratiquer un Black/Thrash bas de plafond et expéditif sans prétendre innover ou renouveler le genre.

Car en à peine plus d’une demi-heure il va majoritairement passer son temps à jouer vite et tabasser le plus fort possible, tout en proposant plus de variété que lors d’un passé récent et cela va sauter aux oreilles dès la fin de la courte introduction nommée « Awakening » (où l’on se croirait plongé dans les vieux films d’horreur de la Hammer, avec ses ambiances inquiétantes et son piano désaccordé). En effet avec le court « Into Disease » (et à la fin avec le tout aussi réussi « …To The Altar Of Failure ») on se retrouve en présence de toute la palette de jeu des transalpins, où les moments explosifs se retrouvent mélangés à d’autres en mid-tempo entrainants et remuants qui donnent envie de headbanguer. D’ailleurs quand le côté thrashisant prend le dessus ce sentiment est encore plus flagrant, preuve en est avec l’excellent « (Inevitable) Sufferance » où ça joue à fond à son début et à sa fin, le milieu étant quant à lui réservé au tabassage dans les règles de l’art. Cela fait mouche également sur le classique et efficace « A Damnation’s Stairway » à l’entrain communicatif et aux passages explosifs particulièrement énervés. Cependant le combo sait aussi ralentir l’allure, et c’est finalement là qu’il est le plus intéressant tant sa musique y prend une ampleur plus sombre et glaciale, à l’image du redoutable « Faith Of The Parasite » qui débute de façon très lente et mélodieuse, porté notamment un solo particulièrement inspiré qui va servir d’introduction à ce morceau, avant que la suite ne soit qu’une succession de brutalité exacerbée. Si sa seconde moitié est moins intéressante que la première on remarque quand même une noirceur inédite jusque-là et surtout parfaitement maîtrisée, chose qui sera encore plus poussée sur le très long « Soul Pact », à l’ouverture et à la conclusion mélancolique et neigeuse. En effet ici les notes se font d’une douceur pas encore entendue jusqu’à présent, pour ouvrir et terminer les débats où se mêlent au milieu parties explosives et remuantes à souhait, et offrir ainsi une composition d’une grande densité qui ne s’essouffle pas malgré sa durée.

Effectivement les gars ont bien compris qu’il ne leur était d’aucune utilité de prolonger leur œuvre de façon inutile, au risque plutôt de provoquer une répétition de certains plans (ce qui arrive néanmoins de façon éparse) tant la simplicité relative de l’écriture a tout ce qu’il faut pour tomber dans ce piège. Pourtant paradoxalement c’est quand ils se veulent être les plus brutaux possibles que l’intérêt général diminue, comme avec « Labyrinth Of Empty Cages » pas mauvais en soi mais qui baisse en attractivité au fur et à mesure de son avancée, tout comme avec « Stasis » trop basique et passe-partout pour captiver en permanence. Malgré ces petites faiblesses il serait dommage de passer à côté de cette sortie à l’énergie indéniable, portée aussi par une production assez crue et frontale totalement adaptée au style proposé. Une fois encore le label sudiste confirme qu’il est un très bon dénicheur de talents et que son catalogue mérite vraiment qu’on y pose une oreille attentive. Alors oui cette nouvelle signature ne changera pas la face du monde mais elle fera tout de même passer un bon moment en permettant de se vider la tête et de se défouler comme il se doit, tant la sincérité et l’envie proposées ici font du bien là où ça passe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
23/03/2019 20:42
Non mais ce nom franchement...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Extirpation
Black/Thrash
2019 - Triumph Ov Death
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Extirpation
Extirpation
Black/Thrash - 2009 - Italie
  

tracklist
01.   Awakening
02.   Into Disease
03.   Labyrinth Of Empty Cages
04.   (Inevitable) Sufferance
05.   Faith Of The Parasite
06.   Stasis
07.   Soul Pact
08.   A Damnation’s Stairway…
09.   …To The Altar Of Failure

Durée : 33 minutes

line up
parution
7 Janvier 2019

Essayez aussi
Skeletonwitch
Skeletonwitch
Forever Abomination

2011 - Prosthetic Records
  
Razor Of Occam
Razor Of Occam
Homage To Martyrs

2009 - Metal Blade Records
  
Goatwhore
Goatwhore
A Haunting Curse

2006 - Metal Blade Records
  
Sigh
Sigh
Hangman's Hymn
(Musikalische Exequien)

2007 - Osmose Productions
  
Craven Idol
Craven Idol
The Shackles Of Mammon

2017 - Dark Descent Records
  

Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique