chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
100 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nightrage - Wolf To Man

Chronique

Nightrage Wolf To Man
Comme à chaque nouvelle sortie de Nightrage, impossible de ne pas me rappeler de cet été 2003 où le redoutable Sweet Vengeance passait en boucle pendant la canicule (avec le ventilateur en fond) et au début de mes piteuses années fac. Nostalgique jusqu’au bout et certainement une des raisons pour lesquelles je suis encore la bande à la fin de parcours il faut avouer, très bancale. Deux ans quasiment jour pour jour après un mitigé et vite oublié The Venomous (rattrapant de peu The Puritan, ou leur plus mauvaise offrande à ce jour), place au huitième album du groupe greco-suédois. Groupe de nouveau remodelé avec cette fois un nouveau bassiste (neuf années tout de même pour son prédécesseur) et batteur, tous deux inconnus au bataillon.

La recette ne bouge pas d’un iota de feta, du pur death mélodique suédois période fin 90/début 2000 (sous perfusion In Flames), sans claviers et sans chant clair (ou presque, même si je ne serai clairement pas contre le retour des lignes vocales de Tom Englund) avec les passages acoustiques intrinsèques au genre (la belle conclusion instrumentale « Lytrosis »). Alors on ressort le bermuda et le bob, retour des mélodies chaudes « catchy » pour une bonne cure de vitamines D. Difficile de ne pas tendre l’oreille sur les refrains de « Embrace The Nightrage » (à imiter comme un ado dans sa chambre), « Desensitized » (arpèges d’un Gelotte), « By Darkness Drawn » ou l’indécrottable « Disconnecting The Dots » (simple mais imparable, cheveux au vent et regard vers l’horizon) rappellent le talent de Marios pour vous trouver le lead à la précision chirurgicale et qui ne sonne pas réchauffé. Epaulé du deuxième guitariste Magnus Söderman, les soli montent eux en technicité et en feeling sur la quasi-totalité de la galette.

Des titres qui s’enchaînent cette fois plus facilement, Nightrage gomme le surplus de couplets du pauvre (syndrome Arch Enemy) même si les riffs génériques à la fibre metalcore refont parfois surface sporadiquement. Pour autant leur death mélodique bien que fort sympathique paraîtra assez lambda (particulièrement en fin de parcours : « Arm Aim To Kill », « Gemini ») avec des baisses de régimes notables sur « Wolf To Man » (au feeling rock d’un récent Soilwork), « God Forbid » ou « The Damned ». Une moue heureusement vite rattrapée par une mélodie méditerranéenne ou un solo virtuose. La rythmique n’aidera pas elle à donner ce « coup de pied au cul » même lors des passages thrashy, trop « plan-plan » et très loin derrière la force de frappe des deux premiers opus (Per Møller Jensen et Fotis Benardo). Puis le plus gros point noir arrive, le chant. Etonnamment le frontman semble avoir perdu en coffre par rapport à The Venomous, cela demeure ultra poussif (alter égo de Alissa White-Gluz ?) avec des passages ô combien irritants (« The Damned » ou comment se défenestrer). Bobos aux tympans.

Wolf To Man ou une petite pique nostalgique melodeath du début des années 2000, parfait pour le trajet sur la route du soleil et pour panser nos oreilles du dernier In Flames. Nightrage corrige ainsi le tir de ses deux derniers opus, un death mélodique rogné plus incisif et méchamment accrocheur. Malheureusement le chant épuisant, la rythmique limitée et les passages trop quelconques empêcheront ce Wolf To Man d’égaler la période pré-The Puritan. Reste que la bande est de nouveau sur les bons rails, j’attends donc la suite avec moins d’inquiétudes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
29/03/2019 18:10
Pour le coup, j'ai beaucoup aimé celui-ci là où les deux précédents ne m'avait fait ni chaud ni froid. Le son aide aussi pas mal à l'immersion melodeath 90's.
Le chante reste le point noir de l'album, trop monocorde et vite lassant mais c'est un sacré retour en forme pour ma part.
A approfondir.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nightrage
Death mélodique
2019 - Despotz Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  7.29/10

plus d'infos sur
Nightrage
Nightrage
Death mélodique - 2000 - Suède
  

vidéos
By Darkness Drawn
By Darkness Drawn
Nightrage

Extrait de "Wolf To Man"
  
The Damned
The Damned
Nightrage

Extrait de "Wolf To Man"
  

tracklist
01.   Starless Night  (04:31)
02.   Wolf to Man  (03:50)
03.   Embrace the Nightrage  (03:03)
04.   Desensitized  (04:28)
05.   God Forbid  (03:42)
06.   By Darkness Drawn  (03:29)
07.   The Damned  (03:34)
08.   Arm Aim Kill  (03:41)
09.   Gemini  (04:14)
10.   Disconnecting the Dots  (04:01)
11.   Escape Route Insertion  (03:28)
12.   Lytrosis  (01:54)

Durée : 43:55

parution
29 Mars 2019

voir aussi
Nightrage
Nightrage
A New Disease Is Born

2007 - Lifeforce Records
  
Nightrage
Nightrage
Descent Into Chaos

2005 - Century Media Records
  
Nightrage
Nightrage
Wearing A Martyr's Crown

2009 - Lifeforce Records
  
Nightrage
Nightrage
Sweet Vengeance

2003 - Century Media Records
  
Nightrage
Nightrage
The Venomous

2017 - Despotz Records
  

Essayez aussi
A Canorous Quintet
A Canorous Quintet
The Only Pure Hate

1998 - No Fashion Records
  
Insomnium
Insomnium
Since The Day It All Came Down

2004 - Candlelight Records
  
Dagon
Dagon
Terraphobic

2009 - Bombworks Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Omen (EP)

2011 - Victory Records
  
Soilwork
Soilwork
The Chainheart Machine

1999 - Listenable Records
  

Convocation
Ashes Coalesce
Lire la chronique
Earth Drive
Helix Nebula
Lire la chronique
Neitian
I Skuggornas Mörker
Lire la chronique
Deadfuck
#Humanité
Lire la chronique
Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique