chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necromutilator - Black Blood Agression

Chronique

Necromutilator Black Blood Agression
Décidemment en ce début d’année la scène Black/Thrash italienne semble particulièrement active vu qu’à peine quelques semaines après la sortie du nouveau EXTIRPATION c’est au tour de NECROMUTILATOR de revenir aux affaires avec un second opus, qui tombe l’année de ses dix ans d’existence. Peu connu encore par chez nous le trio n’a pas montré il est vrai une grande productivité depuis ses débuts, mettant quasiment cinq ans pour sortir la suite de « Eucharistic Mutilations » (où entre-temps s’est juste greffé un EP en 2017) pour ainsi espérer passer un cap avec sa musique bas de plafond influencée notamment par BATHORY, VENOM, SARCOFAGO ou encore NIFELHEIM. Si jusqu’à présent les lombards sont restés dans l’ombre il y’a malheureusement fort à parier qu’ils vont y rester durant une période supplémentaire, tant ils se montrent loin du niveau proposé par leurs glorieux aînés et surtout musicalement beaucoup trop génériques et répétitifs pour en retenir quelquechose d’intéressant.

Cela est dommage car on sent malgré tout certaines bonnes idées mais qui sont hélas trop peu exploitées, pourtant cela démarrait bien avec le long « Armoured Antichrist » très simple et basique, où le mélange entre blasts et passages rapides thrashisants se révélait agréable, pour passer comme une lettre à la poste grâce à une certaine variété de tempos. Mais à vouloir dépouiller leur musique au maximum les transalpins vont rapidement montrer des limites ennuyeuses, comme c’est le cas dès la plage suivante intitulée « Serve The Impurity » qui se révèle être plus crue et primitive que la précédente, mais aussi plus linéaire tant les plans de batterie et les riffs de guitare sont éculés et répétés indéfiniment ou presque … Du coup dès ce deuxième titre on ressent une vraie frustration et ce sentiment ne va pratiquement pas s’évaporer sur la durée, même si « Nocturnal Messiah » et « Putrefaction Rites » vont montrer quelques bonnes choses mais de façon trop éphémère. Car sur ce dernier on entrevoit des passages mid-tempo remuants qui donnent enfin envie de secouer la tête et de taper du pied, mais ceux-ci sont noyés dans cet éternel enchaînement blasts et parties rapides purement Thrash (que l’on a déjà entendues des milliers de fois auparavant de façon plus convaincante), qui font décrocher l’attention de l’auditeur. Et ça n’est pas la doublette « Crypts Of Depravation » et « Blessed In Hellvomit » qui va nous faire changer d’avis, au contraire ici tous les clichés et erreurs possibles sont joués en boucle confirmant que c’est quand le combo se veut le plus radical possible il est aussi le plus ennuyeux, alors que lorsqu’il ralentit légèrement l’allure il redevient un peu plus intéressant. On remarque cela sur le sympathique « Goat Eyes Hypnosis » qui joue plus sur les variations et qui sans être un chef-d’œuvre retrouve un semblant d’intérêt (malgré une clôture un peu abrupte et regrettable), tout comme la fin de ce disque qui se termine d’assez bonne manière (de la même façon qu’il avait commencé). En effet « Chainsaw Sacrament » ose enfin changer un peu de riffing qui est alors le plus inspiré jamais entendu jusque-là, et on regrette sincèrement qu’il arrive si tard (et que les gars n’aient pas osé cela plus tôt), car ici c’est parfait pour headbanguer et hyper entraînant. Avec « Cold Sperm Of Sathanas » ça sort un peu des sentiers battus grâce (notamment au batteur qui se lâche enfin totalement et varie plus son jeu,), et qui sans être une réussite grandiose apporte de la nouveauté et de la respiration inespérée.

Jouant sur le grand-écart cette ultime composition redonne du souffle grâce à sa construction et ses plans différents (même s’ils restent ultra-classiques) qui ne font que renforcer ce sentiment étrange, à savoir celui d’un groupe capable de lâcher les chevaux mais qui n’ose visiblement pas sortir des sentiers battus. Du coup difficile de s’extasier devant ce résultat mitigé à la qualité certes homogène, mais beaucoup trop générique d’où aucun titre ne sort du lot plus qu’un autre. La faute également à une production certes relativement naturelle, propre et équilibrée mais qui manque cruellement de puissance et de volume, ce qui rajoute une couche supplémentaire dans la désillusion. Bref pas de quoi s’enthousiasmer et ça n’est pas avec cela que la bande va se faire une réputation et une visibilité supérieure, elle va avoir encore besoin de temps et de persévérance pour y arriver si jamais elle est capable de faire mieux dans le futur (ce dont actuellement on peut être en droit de douter), à elle désormais de démentir ce ressenti, l’avenir le dira … ou pas !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necromutilator
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Necromutilator
Necromutilator
Black/Thrash - 2009 - Italie
  

tracklist
01.   Armoured Antichrist
02.   Serve The Impurity
03.   Nocturnal Messiah
04.   Putrefaction Rites
05.   Crypts Of Depravation
06.   Blessed In Hellvomit
07.   Goat Eyes Hypnosis
08.   Black Mayhemic Torment
09.   Chainsaw Sacrament
10.   Cold Sperm Of Sathanas

Durée : 40 minutes

line up
  • Pest / Chant - Guitare
  • R / Batterie
  • End / Basse

parution
30 Mars 2019

Essayez plutôt
Urn
Urn
Iron Will Of Power

2019 - Season Of Mist
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Deathlike Silence Productions
  
Sarke
Sarke
Aruagint

2013 - Indie Recordings
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Cold Steel... For An Iron Age

2002 - Season Of Mist
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  

Convocation
Ashes Coalesce
Lire la chronique
Earth Drive
Helix Nebula
Lire la chronique
Neitian
I Skuggornas Mörker
Lire la chronique
Deadfuck
#Humanité
Lire la chronique
Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique