chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Day Of The Beast - First Invocation

Chronique

Day Of The Beast First Invocation (EP)
Dix minutes cela peut sembler à la fois très long comme passer en un éclair, il suffit d’être dans un bon ou mauvais moment pour que le rendu en soit différent, et que l’on se dise au choix que c’était soit interminable ou au contraire déjà terminé. Concernant cet EP c’est le second sentiment qui va être présent car malgré ce temps très réduit le trio de Dunkerque réussit le tour de force de montrer un potentiel déjà très affirmé, malgré sa très jeune existence. Formé en mai 2017 il ne s’embarrasse pas de fioritures et délivre un Black Metal à l’ancienne qui lorgne largement dans les plates-bandes de CELTIC FROST, BATHORY ou HELLHAMMER, tout en proposant une certaine originalité. Amateurs de nouveauté ou de finesse passez donc votre chemin car ici les nordistes à l’instar d’Attila ne font pas de quartier et sont décidé à faire saigner les oreilles des auditeurs, aidés en cela par une production de qualité. Car bien que sonnant naturelle et homogène (avec une basse très présente) celle-ci est fort éloignée du son crade et caverneux des origines, sans que cela ne dénature quoi que ce soit, cela va d’ailleurs s’avérer être une option payante tant les trois morceaux qui composent cette première invocation sont d’une efficacité redoutable et parfaitement audibles.

En plus de cela ils vont être portés par une qualité, intensité et densité qui vont aller crescendo, permettant ainsi de mieux apprécier l’ensemble de la palette de la bande qui se fait bien plus subtile et construite qu’on pourrait le croire de prime abord. Démarrant avec l’excellent et sombre « Bastard Jesus Christ » le groupe débute par un gros riff intense avant que la suite n’oscille entre lenteur extrême et tabassage dans les règles de l’art, et où seules quelques cassures bienvenues viennent briser une routine qui serait apparue en leur absence. Proposant également des moments de headbanging de par sa lourdeur et sa rythmique, ce court titre d’ouverture jouant ainsi les montagnes russes se révèle être direct et excellent, tout en servant de base à « Perversion De Sade » qui va continuer dans cette même voie, mais en se différenciant néanmoins de la précédente compo. Car après une introduction à la basse que n’aurait pas renié Lemmy Kilmister cet instrument va avoir une grosse importance (même avec l’arrivée de la guitare et de la batterie), tant elle fait entendre ici via un groove imparable posé sur un mid-tempo des plus redoutable (et légèrement épique) qui donne envie de se dandiner et de remuer dans tous les sens. Si quelques moments plus lents ou explosifs sont présents ils sont relativement discrets et s’effacent vite devant l’entrain imparable des gars, qui transforment là-encore facilement l’essai tout en montrant leurs différentes facettes, que ce soit ici ou avec « Descent Into Hell » qui va prendre le contre-pied total de ce qui a été entendu jusque-là. En effet place ici au Doom le plus dépouillé, dont le style et le riffing semblent avoir été inspirés par la chanson éponyme de BLACK SABBATH. En effet la vitesse est ici très peu présente au contraire des ambiances glaciales qui prennent le pas sur la violence et l’énergie sans que cela ne soit un problème, car même si cette composition est la plus longue proposée sur ce court-format sa durée reste tout à fait convenable, évitant ainsi le piège de la redondance typique dans ce genre de style dépouillé.

Autant dire que les dunkerquois ont réussi haut-la-main ce premier examen de passage qui en annonce sûrement d’autres, tant on sent qu’ils en ont largement encore sous la semelle, et au vu de leur maîtrise aussi bien dans la fureur que dans le recueillement il fait peu de doute que la suite risque de faire très mal. Sans être coincés dans une violence débridée ceux-ci montrent donc un feeling à toute épreuve et qui s’adapte à toutes les situations, confirmant donc la bonne santé du Metal noir dans l’hexagone et dont DAY OF THE BEAST risque de trouver sa place parmi cette scène dans un avenir proche. Plus que des encouragements il mérite carrément les félicitations, signe qu’il a tous les ingrédients pour réussir une grande carrière, à ses membres désormais de conserver leur ligne de conduite afin de ne pas s’éparpiller en route et surtout de garder leur intégrité, mais vu ce qui est proposé ici il y’a tout ce qu’il faut pour y parvenir. Sobriété, authenticité et efficacité tel est ici le crédo des trois acolytes qui commencent à faire parler d’eux dans différents magazines et webzines, une juste reconnaissance pour ceux qui avec notamment BALANCE OF TERROR représentent incontestablement l’avenir métallique de leur région, montrant ainsi qu’il n’y a pas que LOUDBLAST et SKELETHAL dans les Hauts-de-France.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Day Of The Beast
Black Metal Old-School
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Day Of The Beast
Day Of The Beast
Black Metal Old-School - 2017 - France
  

tracklist
01.   Bastard Jesus Christ
02.   Perversion De Sade
03.   Descent Into Hell

Durée : 10 minutes

line up
parution
29 Décembre 2018

Convocation
Ashes Coalesce
Lire la chronique
Earth Drive
Helix Nebula
Lire la chronique
Neitian
I Skuggornas Mörker
Lire la chronique
Deadfuck
#Humanité
Lire la chronique
Live Suffer Die
A Voice from Beyond Death
Lire la chronique
Vader
Solitude In Madness
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Piles Of Festering Decompos...
Lire la chronique
Sepultura
Quadra
Lire la chronique
Downset
downset.
Lire la chronique
Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique