chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sanctuary - Le choix du mal

Chronique

Sanctuary Le choix du mal
Je dois m’excuser auprès du groupe français SANCTUARY pour le retard avec lequel je sors cette chronique. Son album est sorti à l’été 2018, et je l’ai reçu il y a déjà quelques mois, mais j’ai traîné. J’ai traîné parce que comme la note l’indique je n’ai pas été conquis.

La musique en elle-même est pourtant honorable et les influences citées par la biographie parviennent à se mêler dans un ensemble cohérent et bien travaillé. C’est perfectible, c’est parfois maladroit, mais il y a une certaine fraîcheur qui rappelle le black de la fin des années 90. Les influences citées sont ainsi variées, allant du metal symphonique et mélodique comme DIMMU BORGIR, ANOREXIA NERVOSA, OPETH ou BEHEMOTH à des groupes plus thrash et heavy tels que METALLICA, CHILDREN OF BODOM ou GOJIRA. Et pour couronner le tout, les membres avouent aussi une attirance pour le jazz, la musique électronique et la musique classique… Bref, c’est un peu tout et n’importe quoi qui semble inspirer SANCTUARY, alors que le résultat, c’est surtout une musique sombre en surface, très aérée par des guitares aux riffs clairs et envolés et par des ajouts de mélodie au piano et synthé.

Jusque là, ça passe. Les compositions des Parisiens, toutes écrites entre 2006 et 2010 s’en sortent malgré l’évident manque de moyens. La production n’arrive pas à mettre en valeur les envies de grandiloquence des morceaux. Le son est trop étouffé pour que le plaisir se dévoile complètement. C’est que les trois frères à l’origine du projet font tout tout seuls. C’est une véritable autoprod, et ça se ressent.

Mais ce n’est pas le réel problème du groupe. Ce n’est absolument pas ce qui m’a forcé à mettre une note si basse. Ce sont les vocaux. L’album s’appelle « Le choix du mal », mais ce timbre… cette voix… c’est plutôt « Le mauvais choix ». C’est le guitariste qui les assure, mais vraiment, ils ne collent pas à la musique du groupe. Ils gâchent véritablement les ambiances créées par la musique. Ce sont des grognements monotones, laids à l’écoute, mais pas dans le sens « démoniaques » ou « dérangeants ». Sans vouloir trop enfoncer le couteau dans la plaie, c’est comme si la musique était une magnifique cérémonie de douceur et de beauté et que soudain Gégé l’alcoolo débarquait titubant et grognant, sa canette à la main. « Grogogrogroo Grogggggrooogrooo ». Pourquoi pas avec un autre style, mais même, je ne suis pas sûr que ça conviendrait…Personnellement, ce choix de chant est une énigme, il n'est pas bon.

Du coup, je ne supporte pas l’écoute de ces 7 pistes. Je ne m’y fais pas. Ça ne colle absolument pas. Antoine devrait peut-être essayer un autre timbre, ou se cantonner à la guitare. Je suis sûr que cela servirait l’efficacité des compositions…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sanctuary
Metal Symphonique
2018 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sanctuary
Sanctuary
Metal Symphonique - 2006 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Hell Awakes
02.   Catharsis
03.   Light in Death's Place
04.   The Dead Walk
05.   Malediction
06.   Whisper my Hate
07.   Offering

Durée : 35:29

parution
2 Juillet 2018

Essayez plutôt
Rhapsody
Rhapsody
Dawn Of Victory

2000 - Nothing To Say
  
Rhapsody
Rhapsody
Symphony Of Enchanted Lands

1998 - Nothing To Say
  
Rhapsody
Rhapsody
Symphony Of Enchanted Lands II
(The Dark Secret)

2004 - Steamhammer Records (SPV)
  
Nightwish
Nightwish
Oceanborn

1998 - Spinefarm Records
  
Blind Guardian
Blind Guardian
A Night At The Opera

2002 - Virgin Records
  

Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique
Encoffinized
Chambers Of Deprivation
Lire la chronique