chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kampfar - Ofidians Manifest

Chronique

Kampfar Ofidians Manifest
Je suis Kampfar depuis ses débuts. Depuis précisément son tout premier EP éponyme, à l’artwork aux couleurs automnales chatoyantes, simple petit CD de trois titres au boitier tout mince, bourré ras la gueule d’hymnes black pagan ultra épiques. Si je dois avouer que le groupe ne m’a jamais vraiment déçu – sa qualité de composition demeurant largement au-dessus de la moyenne – je m’étais en revanche éloigné du combo à l’occasion des derniers albums, dont la tendance au bavardage intempestif au détriment d’une efficacité un tantinet perdue (réécoutons Mellom…), m’avait agacée (Mare et Djevelmakt pour l’essentiel).

Pour être franc, la relative brièveté de la plupart des titres (toute proportion gardée pour le groupe) m’a de suite paru une issue favorable. L’option pour un son plus lourd – beaucoup plus lourd – qu’à l’accoutumée ainsi que pour une vitesse d’exécution qui rappelle les grandes heures du combo, aussi. Ofidians Manifest tranche réellement.

Syndefall et Ophidian présentent ainsi une parfaite synthèse de ces atouts : attaque franche, rapide, son dopé aux hormones et enveloppe épique pertinente. La structure progressive, caractéristique du groupe, est ici reléguée en arrière-plan au profit d’une approche plus directe mais qui, dans le même temps, ne méprise pas l’emphase (Natt encore). Les efforts habituels concernant les arrangements ne dépayseront pas les fans du combo : toujours très présents, on les retrouve en masse sur les lead de guitares (Skamløs! également), lors des ponts ou ralentissements opérés au sein des morceaux, ou encore pour enrichir la structure, de façon subreptice (l’emphase un brin orientalisante sur Ophidian lors du pont central ou ses chuchotements maléfiques ; la rupture au piano sur le violent Natt).

Les aspects thrash, voire punk, sont, pour ma part, tout à fait patents sur ce nouvel album. Sur Ophidian ou Natt par exemple, ils portent littéralement les titres alors que sur d’autres morceaux, on les sent sous-jacents (Syndefall). C’est là l’un des virages les plus significatifs de l’évolution récente du combo à mon sens, qui cadre avec le fait de proposer des titres plus ramassés.

Les titres plus progressifs, plus lents, ne sont pas totalement écartés (Eremit, Dominans). Ils servent ici, selon leur disposition dans l’album, de liant ou de respiration. C’est le cas, par exemple, de Dominans, très mid-tempo, menaçant (la voix de corbeau, les cuivres, un cor ? qui résonnent), bien rythmé mais sans être violent, qui installe une menace, un danger mais de manière tout à fait cotonneuse. Ce titre offre ainsi une respiration avant un Natt qui reprend la marche en avant du combo, sur des bases rythmiques très rapides, portées par l’emphase. La violence qui se dégage de ce morceau contraste ainsi très nettement avec Dominans et permet de basculer dans la seconde partie de l’album.

Eremitt joue un rôle identique ; il coupe de nouveau la dynamique après Natt pour offrir un répit grâce à un mid-tempo lourd, rampant mais non dénué d’aspects épiques là encore. Ce morceau est particulièrement travaillé, notamment les mélodies de guitares qui délivrent des leads aériens, presque lumineux. Bâti sur un fondement prog’, le titre évolue ainsi par à-coups, de montées en puissance en ponts ultra mélodiques (juste soulignés par quelques notes de piano). Derrière, c’est un Skamløs! bien plus virulent qui enchaîne, lead tournoyant en avant et rythmique dynamique en exergue. Det Sorte clôture sur une pièce épique dont les relents – jusque dans la voix – pourraient évoquer Paradise Lost et son Draconian Times.

Kampfar délivre là un album bien équilibré, plus efficace que ses prédécesseurs même si, de nouveau, l’emphase, les aspects épiques comme la volonté de proposer des structures prog’ demeurent. Mais pour être tout à fait honnête, il me manque la crasse, la violence sans retenue des premiers méfaits du combo et le retour à un son finalement moins propre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
07/05/2019 23:06
note: 8/10
Oui, le groupe a perdu en intérêt en dépit d'albums respectables.
Sulphur citer
Sulphur
06/05/2019 14:47
note: 6.5/10
Mouep. Depuis que l'ancien grateux n'est plus là, il n'y a vraiment plus rien de folk, surtout, mais aussi de sombre, cracra, triste, etc. dans la musique de Kampfar. Ca tourne en rond depuis 3 albums. Pas mauvais, mais sans grand charme, et limite chiant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kampfar
Pagan black metal
2019 - Indie Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (7)  8.47/10

plus d'infos sur
Kampfar
Kampfar
Pagan black metal - 1994 - Norvège
  

tracklist
01.   Syndefall
02.   Ophidian
03.   Dominans
04.   Natt
05.   Eremitt
06.   Skamløs!
07.   Det sorte

Durée : 40:39

parution
3 Mai 2019

voir aussi
Kampfar
Kampfar
Kvass

2006 - Napalm Records
  
Kampfar
Kampfar
Djevelmakt

2014 - Indie Recordings
  
Kampfar
Kampfar
Mellom Skogkledde Aaser

1996 - Malicious Records
  

Essayez aussi
Moloth
Moloth
By the Wing of Black

2004 - Stellar Winter Records
  
Moonsorrow
Moonsorrow
Tulimyrsky (EP)

2008 - Spikefarm Records
  
Havukruunu
Havukruunu
Kelle surut soi

2017 - Naturmacht Productions
  
Graveland
Graveland
Thousand Swords

1995 - No Colours Records
  
Cristalys
Cristalys
In Hoc Signo Vinces

2013 - Pagan Pride
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique