chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Moloth - Reconquista

Chronique

Moloth Reconquista
[ A propos de cette chronique ]

C’est parti, on fait la chro du dernier album en date de M8L8TH. Aaaaah, que de souvenirs ce groupe. Je me rappelle d’une époque où l’on en parlait sans se prendre une volée de bois vert, où l’on ne nous posait pas des questions sans écouter les réponses. C’est clair que depuis quelques années maintenant, la popularité et l’impopularité ont explosé. Récemment encore, à l’achat de ce Reconquista, on me demandait si « ça ne me dérangeait pas de financer un groupe qui milite autant ». Ma réponse est toujours non. J’achète un album, qui a demandé autant de travail qu’un autre, et non, je ne me pose pas de questions sur l’utilisation faite de mon argent. Je suis sûr que d’autres groupes s’achètent du Nutella, vont aux putes, ou mangent même de la viande avec l’argent que je leur ai filé ! SALAUDS !

Donc non, je ne finance pas le groupe, je lui achète son album. Et comment faire l’impasse sur ce groupe que je suis depuis (presque) ses débuts. Car ce n’est pas en 2004 que j’ai découvert By the Black Wing, mais deux ou trois ans en retard. Et là, coup de foudre. Le dynamisme, la hargne, la puissance, la folie ! Et tout cela sur un fond mélodique minimum. Un mélange Black et RAC qui me convainquait pour la première fois. Du coup j’avais fait le fanboy et acheté Sturm qui n’en était qu’une version live anecdotique, et pire Scent of Blood / Rehearsal 2003 a.b. sorti en 2010 qui ne faisait que proposer les versions demos et répéts de cet opus culte.

Je me souviens aussi de la sortie du deuxième album, en 2009. Je l’avais chroniqué sur Postchrist, et je me suis amusé à aller la relire. J’ai été conforté dans le fait que le groupe n’avait pas encore une grande notoriété vu que je commençais par un « Je dois être l’un des seuls à avoir attendu avec impatience ce nouvel opus des Russes.». Il y avait déjà beaucoup de fans du groupe, mais rien à voir avec la suite. Cet album avait marqué un tournant, avec l’apparition d’éléments plus folk, et notamment un titre à la TEMNOZOR qui a marqué les esprits : «Rodnyj Moj Kraj». M8L8TH montrait un visage intéressant, plus sensible que par le passé.

Et enfin je me souviens de janvier 2014, date à laquelle j’ai chroniqué pour la première fois le groupe sur Thrashocore. Et je dois avouer être content de celle-ci, 5 ans plus tard, parce que j’y fais part de la situation du NSBM à l’époque, et que cela nous montre bien une évolution à propos de ce « style » qui n’en est pas un, et des considérations de tous à son sujet.

Le NSBM est devenu tellement présent… Ce qui était un phénomène à part est devenu un « virus au sein de la scène », et il se propage, au point que les antifas usent et abusent de l’expression pour tenter de chasser les groupes immoraux de nos terres. M8L8TH, lui, a surtout bénéficié d’une exposition exagérée grâce aux accointences toutes aussi exagérées d’Alexey avec notre fierté nationale, Famine de PESTE NOIRE.

Ces deux-là sont désormais de véritables frères, proches comme les deux doigts de la main. Jusqu’à ce qu’ils se clashent un jour, c’est apparemment inévitable quand on cotoie Famine… En attendant, ils sont ensemble main dans la main. Ils sortent leurs albums sur le même label, Militant Zone, basé dans leur base commune en Ukraine. Ils font des clips ensemble, explosant les compteurs YouTube. Ils se featent l’un l’autre sur leurs albums. On aura bientôt l’occasion de parler de l’album Peste Noire – Split – Peste Noire sorti fin 2018, mais on y trouvait Alexey en guest sur « Raid éclair ». Eh bien là, bis repetita, Famine apparaît sur « Coup de grâce » et « Noblesse oblige ». Et s’il est toujours efficace car reconnaissable entre tous, il est dommage que sur ces deux apparitions là, il prenne autant de place. Il aurait été en peu plus en recul, je saluais sa prestation, je lui tirais mon chapeau. Là, il s’accapare les titres, il passe devant son camarade et fait perdre l’identité de M8L8TH. De pas grand-chose, mais la balance bascule véritablement. Les 3 dernières minutes de « Coup de grâce » n’ont plus l’odeur de M8L8TH. C’est moins gênant sur « Noblesse oblige » où la voix de notre Français est mise en avant moins longtemps et sur lequel les deux protagonistes arrivent à réellement se mêler en une seule entité. Ceux qui sont plus intéressés par la reltion entre les deaux gaillards iront sur le site de notre ami Le Scribe du Rock :
Interview de PESTE NOIRE

C’est à peu près tout ce que j’ai à faire comme critique concernant cet album, car le reste est un excellent condensé de ce qui a fait, et qui continue de faire, la personnalité du groupe. Les vocaux hurlés, les vocaux stridents et les vocaux clairs se suivent ou se chevauchent selon les passages. Les parties possédées, enflammées et destructrices sont nombreuses, mais avec toujours de beaux espaces pour une musique plus folk, avec parfois même des incursions vers des ambiances symphoniques. Certes, on peut avoir l’impression d’une redite ; certes on peut reprocher que le manque de réelle évolution ne relance pas la machine, mais de mon côté je suis pleinement satisfait de cette offrande, qui vient mettre fin à 8 ans d’attente. Je la considère comme une synthèse mais aussi une suite de ce que M8L8TH a proposé jusqu’à maintenant, avec toujours la même sincérité et la même hargne communicative.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Veles Master citer
Veles Master
22/05/2019 19:59
note: 9/10
Excellent disque qui s'écoute sans modération, comme tous les Moloth.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/05/2019 18:45
note: 7/10
Fabulon a écrit : Les feat. de Famine n'apportent pas grand chose, et sont presque meilleurs que tout ce qu'on peut trouver sur le dernier PN, c'est dire.

Bref, pas mauvais, mais loin derrière les 2 monuments de leur discographie précités.


J'aurai pas dit mieux pour le tout !

Ca serait un autre groupe l'album passerait très bien mais vu le vécu musical des russes on peut être légèrement déçu.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
15/05/2019 18:02
note: 8.5/10
Les vocaux ont peut-être plus de nuances, mais encore, quand on réécoute le deuxième album, voire le troisième, on avait déjà cette approche.
Je rappelle que de mon côté le premier album a 10/10, et que donc je mets également ce 4ème album en dessous, mais j'y trouve tout à fait la patte Moloth, et la personnalité qui me suffit pour me convaincre.
Fabulon citer
Fabulon
15/05/2019 17:15
note: 6.5/10
Comme je l'indiquais sur le forum, plutôt déçu par cet album.

C'est pas un naufrage, dans son ensemble l'album est même plaisant, sans que l'on retrouve pour autant la folie d'un By the wing of black ou le côté dominateur d'un Black March Saga.

Disons que cet album me laisse à penser que MOLOTH s'est quelque peu "normalisé". Peut être simplement que l'effet de surprise a disparu.

Même si on retrouve toujours ce black survitaminé et ce chant parfois hystérique; je trouve justement, comme Sagamore, le chant moins puissant, et c'est peut être là où le bas blesse.

Les feat. de Famine n'apportent pas grand chose, et sont presque meilleurs que tout ce qu'on peut trouver sur le dernier PN, c'est dire.

Bref, pas mauvais, mais loin derrière les 2 monuments de leur discographie précités.
Sagamore citer
Sagamore
15/05/2019 11:33
note: 6.5/10
Musicalement, ça reste le haut du panier en matière de BM pudiquement appelé "militant" (ils n'ont pas de mal, ceci dit), mais la nouvelle voix du frontman, je peux pas... Ou est la puissance des premiers ?
uruk citer
uruk
15/05/2019 11:29
Ahahahahahahaha.... (voix caverneuse et rire démoniaque)
Ouiiiii !

_____

J'adore ce groupe et j'avais très peur d'être déçu par l'album, au vu de sa production chaotique et de la situation du groupe. Il ne vaut peut-être pas Black March Saga, mais c'est du bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Moloth
Black Metal RAC & Folk
2018 - Militant Zone
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  7.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Moloth
Moloth
Black Metal RAC & Folk - 2003 - Russie
  

tracklist
01.   Reconquista
02.   I Know the Day Will Come
03.   The Flame of Wounds and Blood
04.   Coup de grâce
05.   Noblesse oblige
06.   Épitaphe
07.   Storm Above Azov

Durée : 35:48

parution
14 Décembre 2018

voir aussi
Moloth
Moloth
By the Wing of Black

2004 - Stellar Winter Records
  
Moloth
Moloth
Сага о чёрном марше
(The Black March Saga)

2013 - Lost Reich
  

Essayez aussi
Windir
Windir
Arntor

1999 - Head Not Found
  
Panopticon
Panopticon
Autumn Eternal

2015 - Bindrune Recordings
  
Latitude Egress
Latitude Egress
To Take Up The Cross

2014 - Art Of Propaganda
  
Finntroll
Finntroll
Nattfödd

2004 - Spinefarm Records
  
Arkona
Arkona
Khram

2018 - Napalm Records
  

Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Cryptic Shift pour "Visitations from Enceladus"
Lire l'interview
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique