chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
110 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ceremony of Silence - Oútis

Chronique

Ceremony of Silence Oútis
J'avoue mon ignorance sans aucune honte : Jusqu'à récemment, j'étais absolument infoutu de vous citer un groupe slovaque - Faites les malins, mais je suis prêt à mettre dix balles que c'est également le cas pour la moitié d'entre vous. Vous comprendrez aisément pourquoi Ceremony of Silence s'est imposé, chez moi, comme une véritable surprise : le Metal extrême slovaque existe, et oui, il peut également truster sans pression aucune les charts de fin d'année. Ça fait beaucoup d'un coup ? C'est que vous n'avez pas encore écouté "Oútis", et c'est pour vous convaincre de le faire au plus vite que j'ai pris la plume.

Avant toute chose : Ceremony of Silence est un duo, composé de Svjatogor aux fûts et Vilozof, responsable des cordes et du chant. Petite entité, donc, qui signe son véritable acte de naissance avec cet album. Si la somptueuse pochette, concoctée par le batteur, me faisait craindre un énième projet Post-BM chiant signé chez Les Acteurs de l'Ombre, c'était sans compter sur l'étiquette Black/Death que le groupe défend bec et ongles, avec autant de passion que d'intensité. Willowtip a eu du flair, en produisant cette toute première livraison des slovaques : le résultat est à la hauteur de son écurie. Et ce n'est pas peu dire ! Brûler les étapes en sortant directement un full-length était un pari couillu, que Ceremony of Silence remporte haut-la-main.

Parce que le duo n'est pas une formation de Black/Death classique, qui se contente de blaster pépouze en hurlant. Certes, il utilise les codes du meilleur des deux univers, mais ce qui le place au-dessus de la mêlée, c'est bel et bien son inventivité et son sens de la composition. En quelques mots, "Oútis" est à l'image de sa pochette. Les riffs sont torrentiels, la batterie fracasse, et l'atmosphère est aussi confuse qu'un quartier-maître perdu en pleine tempête, gardant la barre mais pas sans difficulté.

Magnifié par une production aux oignons, lisible, précise sans être chirurgicale, "Oútis" dévoile un univers aussi inquiétant que séduisant. Effectivement, les influences sont encore palpables (Ulcerate en tête), mais Ceremony of Silence parvient toujours à les dissimuler par le talent de ses deux musiciens. Svjatogor est un monstre d'endurance et de feeling derrière ses fûts, en équilibre permanent sur la frontière séparant la technique et la démonstration de force, dispensant blasts destructeurs et belles textures au moyen de cymbales judicieusement utilisées. Vilozof n'est pas en reste : si son chant est l'un des points faibles d' "Oútis", car trop monocorde, le bonhomme se rattrape aux cordes. Si ça tricote énormément, la palette est large : on passe du riffing acéré ("Trance of Void" soutenu par de fantastiques cassures de rythme) au tremolo nébuleux (l'explosion finale de "Ceremony of a Thousand Stars"), avec toujours ces quelques détours presque psychédéliques qui donnent sa saveur à l'album. On sent bien que Ceremony of Silence propose un peu plus que les clichés habituels. Je craignais que l'album ne s'essouffle au fil des déshabillages, que l'habitude s'installe mais force est de constater que chaque écoute est une redécouverte. Parce qu' "Oútis" sait toujours prendre son auditoire par surprise, que ce soit au moyen d'un break jazzy (respiration bienvenue à 1:00 sur "Black Sea of Drought"), de quelques riffs dissonants sans être putassiers ("Arising of No Man"), ou tout simplement en changeant constamment de structure dans un seul morceau de 5 minutes (l'explosion "Trance of Void").

Si je reproche au duo quelques passages à vide alourdissant l'ensemble (le titre "Upon the Shores of Death" qui casse un peu la dynamique du disque, notamment), et surtout les abrutissantes parties vocales de Vilozof, je ne peux que m'incliner face à la qualité de cette toute première sortie, qui m'aura cueilli complètement par surprise. Fan de Black ou de Death, qu'importe, vous trouverez certainement de quoi manger parmi les sept titres de cet opus - Et vous reviendrez sûrement à la charge, plateau vide entre les mains. Séduisant par le sens de la composition, la technique et le feeling des deux slovaques, "Oútis", à force de tourner en repeat, réussit le tour de force de s'imposer en tant que découverte, surprise, et grand album de cette année. Chapeau, messieurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
05/08/2019 14:58
J'aurais été capable de citer 2-3 groupes de brutal death de Slovaquie mais effectivement, pas très prolifique leur scène.

Une bonne découverte en tout cas ce Ceremony of Silence.
Sagamore citer
Sagamore
05/08/2019 08:42
andreas_hansen a écrit :
Ah, et tu me dois dix balles: Courthouse, power sympho de Bratislava. Mr Green


Fais signe quand tu passes sur Clermont, je te paierai la pinte Mr Green
andreas_hansen citer
andreas_hansen
04/08/2019 23:49
Un album vraiment cool, en effet. Merci de la découverte.

Ah, et tu me dois dix balles: Courthouse, power sympho de Bratislava. Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ceremony of Silence
Blackened Death Metal
2019 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ceremony of Silence
Ceremony of Silence
Blackened Death Metal - 2015 - Slovaquie
  

tracklist
01.   Invocation of the Silent Eye  (05:16)
02.   Ceremony of a Thousand Stars  (05:47)
03.   Trance of Void  (04:44)
04.   Upon the Shores of Death  (04:23)
05.   Black Sea of Drought  (04:32)
06.   Arising of No Man  (05:48)
07.  Into the Obscure Light  (04:07)

Durée : 34:37

line up
parution
5 Avril 2019

Essayez aussi
Xenoblight
Xenoblight
Procreation

2018 - Indépendant
  
Destruktor
Destruktor
Nailed

2009 - Hells Headbangers Records
  
Ritualization
Ritualization
Sacraments To The Sons Of The Abyss

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Dalkhu
Dalkhu
Descend... Into Nothingness

2015 - Satanath Records
  
Xul
Xul
Extinction Necromance (EP)

2015 - Autoproduction
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique