chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Peste Noire - Peste Noire - Split - Peste Noire

Chronique

Peste Noire Peste Noire - Split - Peste Noire
Enfin c’est moi qui chronique PESTE NOIRE ! J’ai cru que jamais je ne pourrai m’occuper de leurs sorties tant jusqu’à maintenant le hasard m’avait privé de cette envie. J’ai toujours été doublé par untel ou untel avec les sorties de Famine. Sans parler de mon ancienne tanière, vous irez constater que depuis mon arrivée sur Thrashocore en 2012, c’étaient Geisterber (L’Ordure à l’état pur / Peste Noire) et Matpewka (La Chaise-Dyable) qui avaient eu le « bonheur » de descendre les œuvres de l’un des plus populaires visages français. Alors je le dis tout net, je n’ai jamais été d’accord avec leurs notes. Sauf celle de l’album éponyme de 2013 qui avait miraculeusement décroché un 8/10. Mais entre nous, sincèrement, les yeux dans les yeux : Est-ce que L’ordure à l’état pur peut ne récolter que 4.5/10 ? Pire, La Chaise-Dyable méritait-il un 2/10 ? Pardon ? « Oui, parce que c’est subjectif. » ? « Oui, parce qu’on a quand même encore le droit de ne pas aimer un album » ? Pfffffff. C’est bon,alors demain je fais les chros de GORGUTS et attention, ça va froler le 0 pointé !

Oui, je suis colère, mais d’un autre côté, je comprends que j’exagère moi aussi dans mon reproche. J’ai bien été très dur avec le nouveau MONDFINSTERNIS, parce que le style musical avait changé du tout au tout et que ma déception ne pouvait se cacher… Mais voilà, ce sont les arguments énoncés qui n’arrivaient pas à me convaincre. Et là je vais faire une digression, et aussi être un peu plus général, mais j’ai du mal à saisir les reproches de certains concernant l’attitude de Famine. Elle est jugée exécrable. Il serait une honte, il serait la lie de notre scène. Je peux comprendre le commentaire venant de personnes qui s’intéressent toujours à ce qu’il y a derrière la musique, mais quand je l’entends de la bouche de ceux qui affirment habituellement qu’ils peuvent « écouter du NSBM parce que c’est la musique avant tout, et que les idéologies ne les atteignent pas », je tique sur la petite contradiction. Il y a donc des personnes qui ne supportent pas la musique de Famine à cause de ses discours, à cause de ses interventions, à cause de son caractère. Bien. Ils n’ont donc pas besoin d’écouter ce nouvel album pour savoir qu’ils ne l’aimeront pas. Ils font un blocage sur le personnage... Soit !

D’ailleurs l’autre extrémité du camp n’est pas beaucoup plus pertinente. Oui, ceux qui aiment PESTE NOIRE tout simplement parce qu’ils sont impressionnés par Famine sont tout autant hors propos… C’est aimer ou haïr le groupe pour des raisons extra-musicales.

Donc je vais m’expirmer pour les autres, ceux qui ne sont pas encore ni dans un camp, ni dans l’autre. Ceux qui ont envie d’écouter la musique originale, personnelle, et finalement unique de PESTE NOIRE. Et comme pour une fois, comme ENFIN j’ai la main, je vais en profiter pour faire un rapide topo. J’ai découvert le groupe à la sortie de La Sanie des siècles. Ça a été un énorme coup de cœur, et je le remets encore de temps à autres maintenant. Les riffs sont marqués à jamais dans mon esprit. Par contre Folkfuck Folie m’avait dérouté, mais aussi intrigué. J’avouerais que c’est celui que j’écoute le moins, tout en reconnaissant que c’est celui qui jetait les bases de la folie PESTE NOIRE, des éléments qui allaient faire du groupe une formation culte... Par la suite, j’ai attendu chaque album avec curiosité, et intérêt. Et à chaque fois il y a eu des pistes qui sont parvenues à se glisser dans mon panthéon personnel. Mais c’est justement ce qui fait l’originalité de Famine chez moi : le fait que chaque album contienne des pistes énormes et d’autres que je zappe tout bonnement. Ça veut dire que les titres ne se ressemblent pas. Ça veut dire que ce n’est pas uniforme, et c’est rare, en fait !

Mes gros classiques à partir de là :
Ballade cuntre lo Anemi francor : « La mesniee mordrissoire », « Ballade cuntre les anemis de la France »,
L’ordure à l’état pur : « J’avais rêvé du nord », « La condi-hu »
Peste Noire : « Demonarque », « La bêche et l’épée contre l’usurier »
La Chaise-Dyable : « Le dernier putsch », « Dans ma nuit ».

Ces morceaux sont en haut du haut du haut du haut de mes titres favoris. Pas seulement du groupe, mais de tout. Et ça, même si Famine mangeait son vomi, caressait des enfants ou se promenait uniquement vêtu d’une couche-culotte. Il pourrait même me pisser dessus, cela n’y changerait rien, le talent de ces morceaux est là, bel et bien là !

Voilà dans quel état d’esprit j’ai abordé le nouvel album. Et même si je suis toujours prudent envers les commentaires qui ont pu être faits par ceux qui aiment s’exprimer vite, trop vite parfois, j’étais tombé sur des avis négatifs forts, avec comme principaux reproches les deux auto-reprises, la coupure trop nette entre les deux parties de l’album, et des influences rap malvenues, lourdes, inadaptées à la musique de PESTE NOIRE. « Bouhou, cet album est une farce avec des passages de rap ».

Alors j’ai envie de répondre tout de suite à la dernière partie. Famine semble lui-même revendiquer les influences rap, et la communication / promotion a voulu jouer là-dessus, parce que c’est décalé, parce que c’est tout à fait le genre de glaviot que Famine aime balancer dans sa musique. Il aime faire ce qui va faire brailler, ce qu’il ne convient pas de faire. Il semble toujours aimer aller à contresens, et perturber les codes. Cependant il le fait aussi parce qu’il aime véritablement ce style. Mais finalement, non seulement ces éléments ne se retrouvent que sur quelques titres, mais en plus ce ne sont absolument pas des parties de rap comme les discours des pro ou anti rap peuvent l’entendre. Moi qui ne suis pas du tout connaisseur du style n’ai pas du tout eu l’impression d’écouter du rap. Sur « Aristrocrasse », titre dévoilé à la sortie de l’album ? Moui... Influence je veux bien, mais finalement c’est plutôt un texte déclamé. Les ambiances restent fidèles à Famine. Sur « Domine » ? Là aussi c’est moyennement flagrant. Il y a quelques accents au début du titre dans quelques passages des voix, mais c’est exagéré de classer ce morceau dans le rap... Cette piste, qui ferme l’album, conserve les spécificités de Famine, et se fait sur sa deuxième partie sensible et poignante. « Sensible et poignant » sont deux adjectifs qui accompagnent souvent les meilleures compositions de PESTE NOIRE. Des adjectifs qui cotoient aussi « entier », « sincère », « révolté ».

Cette deuxième partie, qui en a donc heurté plus d’un, ne me perturbe aucunement. Je m’en inquièterais presque tant je n’ai pas été choqué par les sonorités... Par contre, je ne les encensent pas non plus, car c’est un fait indéniable, je suis plus attiré par les guitares et la fougue de la première partie, proche de ce nous avions sur les albums précédents. Et ce sont surtout deux pistes qui se démarquent à nouveau, pour venir squatter mon esprit : « Aux armes » et « Songe viking ». On retrouve sur le premier cette astuce toujours efficace qu’a Famine de faire avancer son titre pour glisser peu à peu ses éclairs de génie. Là, ce sont aussi bien des mélodies qu’une trompette, en passant par l’imparable citation qui fait écho à Rochejaquelein.

« Si j’avance,
Même dans la boue et les ténèbres,
Suivez-moi,
Prenez part au combat !
Si j’recule, tuez-moi.
Si j’avance,
Même dans la boue et les ténèbres,
Suivez-moi,
Prenez part au combat !
Si je meurs, vengez-moi
Au refrain des sirènes. »


Le deuxième aussi prend en traitre. Avec un début qui n’annonce rien d’exceptionnel pour se transformer juste avant la deuxième minute en un hymne épique. On relève la tête, on regarde au loin, on est happé par l’ambiance soudainement éclairée...

Donc voilà, j’ai eu mes deux pistes d’excellence comme d’habitude. Donc le reste n’est pour moi que bonus. Et si rien de cultissime ne viendra par la suite, il n’y aura pas rien de partie désagrable. « Raid éclair » manque d’originalité et ne se démarque que grâce à l’intervention de Monsieur MOLOTH. « 666 millions d’esclaves et de déchets » n’est pas non plus marquant et n’a d’intérêt que de découvrir une nouvelle version de ce titre tiré de la démo Macabre Transcendance... que tout le monde avait sûrement pu entendre sur la compilation de démos également. Reprise anecdotique donc. La version électrisée de « Des médecins malades et des saints séquestrés » permet elle aussi de voir le titre sous un nouveau jour, sans toutefois le rendre plus efficace que l’orginale. « Noire peste » contient un violoncelle et une grosse machine. Le mélange me laisse assez indifférent...

Alors le verdict... Je constate que les critiques étaient amplifiées. Que je n’ai pas entendu un album équilibré Black Metal / Rap comme j’en avais peur. Mais je ne peux pas dire non plus que cette partie dite « expérimentale » soit le futur que j’espère pour PESTE NOIRE. Ce style ne m’a pas convaincu, mais sans me rebuter. Et comme à chaque sortie, il y a des pistes qui m’ont semblé au-dessus, et les autres qui restent plus modestes. Ma note est donc de 7/10, en-dessous de la plupart des autres albums, mais tout de même une mention honorable...

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Veles Master citer
Veles Master
06/06/2019 08:49
note: 6/10
En lisant ta chronique, je me suis rendu compte qu’on avait la même approche concernant ce groupe. Je suis pareil, je n’écoute jamais un PN en entier, mais des titres en particulier étalée dans la discographie. En plus on a les même goût. Sur ce dernier, j’apprécie pas mal de titres : « Aux armes » « Des médecins malades... » « Aristocrasse » et « Domine »
Sylé citer
Sylé
03/06/2019 21:47
Sakrifiss a écrit :
Tu sais quoi. [...] j'aurais pu l'ajouter !


Dans la prochaine chronique je compte sur toi.
Sulphur citer
Sulphur
03/06/2019 17:30
note: 5/10
J'écoute encore assez souvent le précédent, mais avant tout pour ses dernières pistes qui ont un côté "campagne désabusée", "Le Grand Chemin du BM", qui me plaît beaucoup. Par contre, comme pour Fabulon, les premiers titres me gonflent ; j'ai l'impression que ça tourne en rond. Ce n'est pas mauvais, mais loin des meilleurs albums que PN a pu sortir.

Et sur ce dernier skeud, PESTE NOIRE - SPLIT - PESTE NOIRE, c'est un peu la même histoire, sauf que les premiers titres me paraissent encore plus génériques, et que la seconde partie n'apporte rien de très intéressant. Et la nouvelle version de "Des médecins malades et des saints séquestrés", vraiment... je passe mon tour pour la première fois. Pas pour moi.
dantefever citer
dantefever
03/06/2019 16:43
Fabulon a écrit : Pour moi c'est le premier album médiocre de PN (je compte pas le split avec DIAPSIQUIR qui vaut pas tripette non plus).

A la limite, j'aurais préféré détester cet album, au moins le parti pris aurait fonctionné.

"Sincère, entier ou revolté", à n'en pas douter.
Réussi, pas pour moi en tous cas.

Sur la seconde partie de l'album, le titre ARISTOCRASSE passe finalement pas trop mal à force de répétition.

Le reste m’indiffère, c'est pas une cata mais c'est juste sans intérêt me concernant.

La partie "purement" black est ... quelconque.
Les riffs sentent le réchauffé à des km, ça, on commençait à s'y habituer avec La Chaise Dyable...
Mais même la voix a moins d'impact.

il y a bien quelques riffs et quelques "punchlines" qui réveillent, de ci de là, mais c'est pas suffisant..


Assez d'accord ... Un Peste Noire pas marquant, c'est une première !

Je me souviens que ça puait déjà bien avec l'extrait "Aux Armes !" qui avait juste les riffs les plus parodiques et chiants du monde. Famine sauve un peu les meubles parce qu'il sait toujours composer des riffs de dingue par moment, mais dans l’ensemble ça reste bien monotone. Et puis les reprises de ses anciennes piste ... Hum ...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
03/06/2019 15:59
note: 7/10
Sylé a écrit :

Sinon gros manque pour moi dans la chronique : "A La Chaise-Dyable" sur La chaise-Dyable Clin d'oeil Elle est quand même ENORME comme chanson, les textes sont splendide, pour moi c'est peut-être la meilleure de PN, car chez PN le texte est aussi important que la musique non ?


Tu sais quoi. Je pense que tu as raison et que j'aurais pu l'ajouter !
Fabulon citer
Fabulon
03/06/2019 15:15
note: 4/10
Pour moi c'est le premier album médiocre de PN (je compte pas le split avec DIAPSIQUIR qui vaut pas tripette non plus).

A la limite, j'aurais préféré détester cet album, au moins le parti pris aurait fonctionné.

"Sincère, entier ou revolté", à n'en pas douter.
Réussi, pas pour moi en tous cas.

Sur la seconde partie de l'album, le titre ARISTOCRASSE passe finalement pas trop mal à force de répétition.

Le reste m’indiffère, c'est pas une cata mais c'est juste sans intérêt me concernant.

La partie "purement" black est ... quelconque.
Les riffs sentent le réchauffé à des km, ça, on commençait à s'y habituer avec La Chaise Dyable...
Mais même la voix a moins d'impact.

il y a bien quelques riffs et quelques "punchlines" qui réveillent, de ci de là, mais c'est pas suffisant..
Sylé citer
Sylé
03/06/2019 21:44
J'ai découvert avec La Chaise-Dyable et j'ai adoré ce BM de campagne très personnel avec cette écriture presque slamée.
J'ai remonté ensuite le temps pour découvrir les facettes plus guerrières (que j'ai adorées), ou plus classique (que j'ai appréciées). Mais au final La Chaise-Dyable est quand même devant tous les albums pour moi.

Du coup grosse attente sur cet album, mais sont départ pour l’Ukraine (ou presque départ) m'a fait un peu douter sur l'orientation militante de sa musique...
DONC, après écoute, je suis rassuré car il garde une partie très personnelle et il va moins dans une phase militante qui lui aurait fait perdre son âme de campagne, MAIS je suis déçu globalement par cet album qui a pourtant de merveilleuses pépites.
En accord avec la chro et la note, mais déçu car au dessus de la moyenne générale, mais en dessous de la moyenne des PN qui, pour moi, est plus de 8,5/10...

Sinon gros manque pour moi dans la chronique : "A La Chaise-Dyable" sur La chaise-Dyable Clin d'oeil Elle est quand même ENORME comme chanson, les textes sont splendides, pour moi c'est peut-être la meilleure de PN, car chez PN le texte est aussi important que la musique non ?
Jean-Clint citer
Jean-Clint
02/06/2019 14:07
note: 6/10
Excellent chronique Sakrifiss, néanmoins je serai moins positif que ton rendu global. Certes on peut saluer l'originalité et la prise de risques récurrente de la part de Famine sauf qu'ici ça sonne creux et ça tombe un peu à plat, il y'a certes de bons moments mais d'autres plus anecdotiques. Bref on se demande si PESTE NOIRE ne vit pas désormais sur son passé, tant cet album se révèle en dessous des précédents, sans être néanmoins un ratage total.
uruk citer
uruk
02/06/2019 09:58
« entier », « sincère », « révolté ».

Au top cette chronique.
Je ne note pas mes albums (j'suis pas critique) mais j'aurais sûrement mis pareil.
Raziel citer
Raziel
01/06/2019 21:46
J'approuve et la note, et l'ensemble de la chronique.

Mettre 2/10 à la Chayse-Diable relève de l'incompétence crasse, que l'on aime ou pas ce groupe. Tu l'as parfaitement souligné en étant politiquement correct.

PN montre une originalité, une science de la composition et développe des ambiances quasiment sans équivalent sur la scène BM française... et européenne.

Cet album est néanmoins en deçà, clairement.
Sagamore citer
Sagamore
01/06/2019 21:27
Belle chronique qui respire l'affection éprouvée pour PN.

Concernant l'album, son seul mérite est d'illustrer à la perfection deux belles phrases toutes faites : "C'était mieux avant" et "Heureusement que le ridicule ne tue pas."

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Peste Noire
Black Metal de France
2018 - Militant Zone
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  5.3/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Peste Noire
Peste Noire
Black Metal de France - 2001 - France
  

tracklist
01.   Aux armes!
02.   Interlude
03.   Songe viking
04.   Raid éclair
05.   666 millions d'esclaves et de déchets
06.   Noire Peste
07.   Des médecins malades et des saints séquestrés
08.   Turbofascisme
09.   Aristocrasse
10.   Domine

Durée : 48:45

parution
14 Décembre 2018

voir aussi
Peste Noire
Peste Noire
La Chaise-Dyable

2015 - La Mesnie Herlequin
  
Diapsiquir / Peste Noire
Diapsiquir / Peste Noire
Le Rat des Villes et le Rat des Champs (Split 12")

2014 - La Mesnie Herlequin
  
Peste Noire
Peste Noire
Peste Noire

2013 - La Mesnie Herlequin
  
Peste Noire
Peste Noire
L’Ordure à l’état Pur

2011 - La Mesnie Herlequin
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast