chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
149 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bewitcher - Under The Witching Cross

Chronique

Bewitcher Under The Witching Cross
Dans ce monde actuel où les sorties de tous niveaux s’enchaînent de façon quotidienne ou presque en physique comme en streaming, il devient quasiment impossible de les suivre intégralement au risque malheureusement de louper une pépite qui se trouve noyée dans la masse. C’est le cas de ce combo de Portland inconnu au bataillon et qui n’est pourtant pas né de la dernière pluie, car avec déjà plusieurs démos au compteur et même un album éponyme sorti en 2016 il n’a pas cessé d’être productif, tout en y maintenant un certain niveau de qualité et d’accroche. Evoluant dans un registre proche des premiers VENOM et RAZOR la musique des américains ne s’encombre pas de futilités et va à l’essentiel, preuve en est avec ce nouvel opus qui dépasse tout juste la demi-heure et est menée tambour battant, sur un rythme élevé et frénétique. Mettant une pêche d’enfer dès la première écoute, celui-ci est immédiatement addictif et va faire défiler le temps à une vitesse folle faisant ainsi oublier le quotidien l’espace de sa durée, chose qui s’avère franchement bénéfique en ces périodes troubles et compliquées.

D’entrée le duo va balancer la sauce avec le redoutable « Savage Lands Of Satan » à l’ardeur frénétique et à l’entrain communicatif, seulement interrompu par un court passage plus lent afin de souffler un peu avant de mieux repartir. Techniquement très simple cette ouverture sent bon les odeurs de fauve et les petits clubs à l’hygiène douteuse, et va donner le ton pour la suite où l’on fait un bond jouissif dans le passé sans pour autant que cela sente la naphtaline. Mais malgré son écriture basique le binôme réussi à varier suffisamment ses différentes compositions pour ne pas tomber dans la redite ni l’ennui, même quand ça tabasse (presque) tout du long comme avec les excellents « Hexenkrieg » et « Too Fast For The Flames » dépouillés à l’extrême. Cependant de par leur qualité de riffs et les légères cassures et variations disséminés de façon éparses, cette doublette déchaînée donne l’envie frénétique de se dandiner et de remuer la nuque comme un dératé, ce point va d’ailleurs est une autre constante même quand l’ensemble se fait plus massif et écrasant. C’est le cas de « Rome Is On Fire » et « Under The Witching Cross » qui se voient chacune séparées en deux parties distinctes, celle où ça s’énerve au maximum pendant la première avant que la seconde ne soit portée au choix par une ambiance tribale et des chœurs incantatoires, oudes riffs plus sombres et portés par une rythmique qui a sacrément levé le pied. D’ailleurs si ce dernier morceau démarre par un solo de batterie pratiquement pompé sur l’introduction de la compo éponyme « Show No Mercy » de SLAYER, l’ombre de cette galette mythique de la bande à Tom Araya règne régulièrement sur celle de ses compatriotes, même si plus de trente-cinq ans les séparent. Et quand ça ne sont pas les vétérans du Thrash qui ont droit de cité c’est également du bon vieux Heavy à l’ancienne qui apparait, via tout d’abord dans le très bon « Heathen Women » (où se greffe en prime un excellent solo), et aussi le différent et monstrueux « In The Sign Of The Goat ». Totalement à part sur le disque il met l’accent justement sur le vieux Metal bien lourd car il reste bridé sur un mid-tempo binaire basique et à l’efficacité sans bornes, vu qu’on se surprend à taper du pied et secouer la tête en permanence. Il faut dire qu’hormis un court moment d’excitation l’ensemble ne va pas varier d’un iota et renvoyer illico vers JUDAS PRIEST notamment par le jeu de la guitare qui semble nettement inspiré par celui des britanniques, et qui va briser plus d’une nuque en concert.

D’ailleurs il va sans dire que tout est écrit et calibré pour la scène, même l’instrumental « Frost Moon Ritual » qui sert de conclusion et se permet le luxe de démarrer de façon acoustique et avec une relative douceur, afin de mieux surprendre ce qui arrive par la suite. Sans surprises elle sert de condensé à tout ce qui a été entendu auparavant, et qui clôt parfaitement les débats où aucune faiblesse notable n’est apparue, et où la production chaude, équilibrée et naturelle met en avant la qualité intrinsèque de l’ensemble. Avec en rabe une durée courte mais idéale qui évite ainsi les erreurs de parcours, le désormais trio (du fait de l’arrivée d’un frappeur à plein-temps) signe un vrai coup de cœur que personne n’avait vu venir et qui ne s’essouffle pas avec le temps. Et même si on aurait bien repris encore un peu de temps supplémentaire on ne va pas faire la fine bouche tant ce retour vers les années 80 est un vrai bonheur auditif, vivement conseillé par la Sécurité Sociale tant il aura un effet bénéfique pour l’auditeur à chaque baisse de régime ou petit coup de mou.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dismembouille citer
Dismembouille
10/06/2019 17:04
note: 8/10
Un fabuleux mélange de Motorhead, Venom et de ce qu'on peut tirer de mieux dans le black/thrash.

J'ai pu voir ce groupe ce week end en Belgique en première partie de Visigoth et ça envoie des bûches. Puis pour l'anecdote c'est drôle que tu rebondies sur Judas Priest car ce sont des putains de fans. Le batteur à d'ailleurs floquer son t-shirt "Judas Priest number 1" et l'exposer tout fièrement. Je ne pouvais être que d'accord avec ce gars.





dantefever citer
dantefever
07/06/2019 16:03
J'été alléché par l'artwork et le style, mais j'ai eu beau me le repasser plusieurs fois, je le trouve super chiant et mou, je sais pas pourquoi ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bewitcher
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  8.27/10

plus d'infos sur
Bewitcher
Bewitcher
Black/Speed - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Savage Lands Of Satan
02.   Hexenkrieg
03.   Under The Witching Cross
04.   Heathen Women
05.   Too Fast For The Flames
06.   In The Sign Of The Goat
07.   Rome Is On Fire
08.   Frost Moon Ritual

Durée : 33 minutes

line up
parution
10 Mai 2019

Essayez aussi
Veneror
Veneror
Percussimus Foedus cum Morte

2013 - New Era Productions
  
Merciless
Merciless
The Awakening

1990 - Deathlike Silence Productions
  
Kalmah
Kalmah
Swampsong

2003 - Spikefarm Records
  
Barbarian
Barbarian
To No God Shall I Kneel

2019 - Hells Headbangers Records
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  

Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast