chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unurnment - Spiritual Penury

Chronique

Unurnment Spiritual Penury (Démo)
One-man band californien formé en 2018 par Federico Avila (que l’on retrouve également dans le groupe de Thrash/Crossover Primal Rite dont le premier album sorti chez Revelation Records vaut le détour), Unurnment figure parmi les sorties les plus récentes du jeune label Maggot Stomp Records (Frozen Soul, Abraded, Encoffinized, Gutless...). Intitulée Spiritual Penury, cette première démo fût dans un premier temps proposée au format numérique via la page Bandcamp d’Unurnment avant d’être naturellement éditée en cassette en avril dernier par ce petit label qui commence très sérieusement à faire parler de lui ces dernières semaines.

Plutôt curieux de nature surtout lorsqu’il s’agit de musique, je n’ai pas eu à me forcer pour me plonger dans une écoute attentive de ces trois titres. Il faut dire que le logo rouge tarabiscoté et l’artwork en noir et blanc avec cette soupe de cadavres putréfiés et empalés a su rapidement me motiver à y jeter une oreille. Un choix que je ne regrette absolument pas puisqu’Unurnment s’avère être une fois de plus une excellente découverte.

Bon, commençons par les choses qui fâchent. S’il y a bien un défaut à trouver à cette première démo ce serait peut-être cette boîte à rythme dont on sent un peu trop le côté synthétique, notamment lors des accélérations qui sont ici légion. Seul homme à bord, Federico Avila n’a sûrement pas eu d’autres choix que celui-ci mais j’espère que s’il venait à poursuivre l’aventure avec Unurnment, il envisagerait alors d’avoir recours aux services d’un batteur en chair et en os histoire d’apporter un peu de chaleur à un instrument au rendu beaucoup trop déshumanisé à mon goût.
Au programme de cette courte démo de moins d’un quart d’heure, trois titres d’un Brutal Death US moderne et technique prenant pourtant racine chez quelques grands anciens tels que Cannibal Corpse (évident sur un titre comme "An Eternity Of Regrets Deified") ou Suffocation ("Autogenous Punishment" et "Inevitable Suffering"). Commençons par la production plutôt dans l’ère du temps. Particulièrement musclée, celle-ci évite l’écueil qui consiste tout simplement à vouloir trop en faire. Certes, un effort aurait pu être fait pour rendre cette batterie moins synthétique (j’ai du mal avec ces tapis de double qui puent le 1 et le 0) mais pour le reste, Unurnment a su se prémunir d’une production trop artificielle. Car même si les guitares sont effectivement très percutantes et la basse particulièrement écrasante (avec ces drops typiques du Brutal Death/Deathcore moderne à l’image de ce break sur "Autogenous Punishment" entamé à 1:41), les trois titres de cette première démo sont dans l’ensemble très bien équilibrés (merci à la caisse claire de claquer avec autant de naturel) et ne devraient ainsi pas filer de l’urticaire à tous ces rabougris de plus de 30 ans qui ne jure que par ces autres vieux de la vieille sur qui plus personne ne compte aujourd’hui ou presque.
S’il n’invente rien, Federico Avila sait néanmoins comment si prendre pour nous faire transpirer durant ces quinze minutes rondement menées. Sa recette, bête comme foin, consiste tout simplement à varier les plaisirs en enchaînant les séquences qu’elles soient plombées, menées le couteau entre les dents ou bien alors dégoulinantes d’un groove tout ce qu’il y a de plus redoutable. Si personne n’ira crier au génie face à cette courte démo, il semble pour autant difficile de ne pas se laisser prendre au jeu de ces trois compositions à l’efficacité incontestable. Entre ces riffs qui fusent à toute berzingue et semble changer de forme toutes les trente secondes, ces accélérations brutales taillées pour briser des nuques, ces ralentissements particulièrement vicieux qui feront plier le genou à plus d’un dur à cuir et ces passages au groove absolument irrésistible (je vous mets au défi de ne pas esquisser quelques "moves" face à cette séquence entamée à 1:15 sur l’excellent "An Eternity Of Regrets Deified"), Unurnment fait preuve d’un éventail de possibilités qui ne manquera pas de ravir les amateurs de Brutal Death un brin technique, un brin moderne, un brin old school.

Encore une fois, Maggot Stomp semble avoir eu le nez creux puisque même si tout n’est pas parfait chez Unurnment (cette boîte à rythme à remplacer au plus vite), Federico Avila s’en donne à cœur joie dans un registre qui n’a pas forcément le vent en poupe ces dernières années. Quoi qu’il en soit, si vous êtes en quêtes de choses plus brutales que les sempiternelles Incantation worship (aussi savoureux soient-ils) que l’on nous sert depuis maintenant un moment, je ne saurais que trop vous conseiller de jeter une oreille attentive à cette sympathique première démo qui, à défaut de bouleverser votre petit univers, vous fera par contre passer un excellent moment le temps d’un petit quart d’heure particulièrement musclé.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unurnment
Death Metal
2019 - Maggot Stomp Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Unurnment
Unurnment
Death Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Autogenous Punishment  (04:05)
02.   Inevitable Suffering  (05:55)
03.   An Eternity Of Regrets Deified  (04:13)

Durée : 14:13

line up
parution
26 Février 2019

Essayez aussi
Tomb Mold
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms

2018 - 20 Buck Spin Records
  
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  
Dismember
Dismember
Dismember

2008 - Regain Records
  
Ad Patres
Ad Patres
Ad Patres (EP)

2011 - Autoproduction
  
Deny The Urge
Deny The Urge
As Darkness Falls

2017 - G.U.C. (German Underground Crossection)
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique