chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
101 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Flub - Flub

Chronique

Flub Flub
Le récent label The Artisan Era (fondé il y a cinq ans) qui tire la bourre à Unique Leader (tombé dans le vilain brutal deathcore/slam), continue son recrutement de jeunots geeks adeptes de l’astiquage de manche (tout autant abhorrés par d’autres). Pas des noms totalement inconnus ici et qui pourraient donner envie de poser une oreille à certains (comme moi), Michael Alvarez (Alterbeast) au chant, Eloy Montes (ex-Vale Of Pnath) à la guitare et Jared Klein aux fûts (Rivers Of Nihil) pour cette formation de 2013, Flub (« gaffe » en anglais). Deux EP et voici leur premier album à la pochette chatoyante intrigante sortie d’un jeu « heroic fantasy » ou d’un livre de contes féériques (de l’illustratrice allemande Nele Diel).

Flub semble jouer à l’instar de Vale Of Pnath, Alterbeast ou beaucoup d’autres, sur le créneau du The Black Dahlia Murder sous perfusion technique (feu Arsis)… Mais pas que ! Le groupe de Sacramento possède dans sa manche le joker « nawak » (ah j’entends mon ancien collègue lapin jaune qui accoure), en y incorporant black metal, jazz, fusion et même de la musique latino (cumbia citée). Aspect vulgarisé par Between The Buried And Me (référence inévitable pour Flub) mais qui auraient pris ici une bonne dose de substances illicites (il suffit de regarder l’horrible clip hallucinogène de « Wild Smoke » tourné avec un dollar en poche). Le meilleur exemple de ce patchwork était à mon sens « Umbra Mortis » (djent, black symphonique en passant à du Mike Patton « inside »). Tout cela en restant calibré pour titiller l’oreille et rester fluide de bout en bout (morceaux rognés). Comme munitions death tech : les coutumières mélodies chaudes californiennes ou néoclassiques par paquet, blasts-beats, chant modulé puissant (caricatural certes mais avec du guttural pour bien déboucher les conduits) et production évidemment massive.

Septième morceaux… Et c’est déjà fini ?! Oui 27 minutes seulement au compteur ou comment couper court au boulot entamé et prometteur de la bande. Tout n’était évidemment pas dénué de défaut, la musique de Flub restant au final assez formatée. Des expérimentations avec un arrière-goût d’inachevé qui gagnent à être poussées. Typiquement les tentatives progressives de « Rebirth » qui arrivent à faire leur effet (oui même le chant clair). Pour autant les passages plus « conventionnels » n’en demeurent pas moins efficaces, dès l’ouverture imparable « Last Breath », « Rise From Your Grave » ou « Wild Smoke », me rappelant parfois le défunt With Passion. O combien rageant.

Frustrant. Une durée difficilement acceptable pour ce format (forcément la note en pâtit) et un « délire » trop timide, comme un ornement à ce death mélodique technique standard malgré tout fichtrement efficace (accrocheur et groovy). Le potentiel se pose bien là et pourrait donner un brin de fraicheur à cette scène de plus en plus uniforme et austère. Malgré la note, mettez donc ce nom de côté car la suite pourrait faire des dégâts si les Américains montent en puissance et osent d’avantage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
15/06/2019 19:02
J'ai écouté la musique, c'est pas du tout mon truc.
Mais j'adore la pochette, elle me rappelle une série de jeu : Trine.
MoM citer
MoM
13/06/2019 18:41
Personnellement, l'album qui signifie parfaitement le : "Il y en a, ils sont soit technicien, soit créatif."
Clairement, niveau composition, je trouve ça pas intéressant, déjà entendu mille fois comme s'ils essayaient de réinventer la roue, avec ces pianos au pif lancés en mode "Oh putain j'adore les pianos dans Kingdom Hearts, il faut en foutre !"

Bref, les mecs savent jouer, pas de problème. Mais, comme Equipoise, pour moi faudrait plus de rigueur dans la compo : on dirait des jeunes qui explorent en survolant, sans essayer de vraiment aller au bout des tenants et aboutissants de chaque élément qui constitue le genre musical dans lequel ils jouent. "Le tech joue vite ? Jouons vite ! La créativité, c'est exploser les frontières ? Foutons des trucs au pif sans essayer de voir si ça fonctionne ensemble !"

A un moment, il faut prendre du recul afin de vraiment trouver de la pertinence. Mais quand on veut réinventer la roue sans essayer de comprendre son mécanisme, on tape juste à côté.

Ainsi, des formations comme Flub, Inferi ou Equipoise, pour moi, loupent complètement le côté "efficace" qui rendrait leur musique vraiment top.
De bons techniciens qui proposent de la bonne plastique, mais aucun enjeu réel, ce qui fait que ça passe sans laisser de traces...
Dommage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Flub
Death mélodique technique
2019 - The Artisan Era
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.33/10

plus d'infos sur
Flub
Flub
Death mélodique technique - 2013 - Etats-Unis
  

vidéos
Wild Smoke
Wild Smoke
Flub

Extrait de "Flub"
  
Rise from Your Grave
Rise from Your Grave
Flub

Extrait de "Flub"
  

tracklist
01.   Last Breath  (03:15)
02.   Blossom  (03:23)
03.   Umbra Mortis  (04:30)
04.   Dream  (03:28)
05.   Rise from Your Grave  (03:24)
06.   Rebirth  (05:11)
07.   Wild Smoke  (04:19)

Durée : 27:30

line up
parution
7 Juin 2019

Essayez plutôt
Sentenced
Sentenced
North From Here

1993 - Century Media Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath (EP)

2008 - Autoproduction
  
Arsis
Arsis
United In Regret

2006 - Willowtip Records
  
Expulsion
Expulsion
Wasteworld

2009 - Deepsend Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
A Higher Place

2009 - Sumerian Records
  

Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique