chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lord Vicar - The Black Powder

Chronique

Lord Vicar The Black Powder
Je ne sais pas si c’est l’année qui est décevante ou moi qui ne sais plus chercher, trop pris par d’autres activités, mais j’ai du mal à trouver mon compte lors de cette première moitié de 2019. Possédant certes quelques belles œuvres et découvertes, elle ne m’offre que trop rarement ce plaisir particulier qu’il y a à se lancer en avant dans un disque, le faire tourner régulièrement, un peu obsédé par lui, que j’apprécie retrouver.

Heureusement, il y a le doom et ce nouvel album de Lord Vicar ! N’ayant pourtant aucune attente à son endroit, je me suis étonnamment retrouvé happé par The Black Powder, surpris au point de chercher sur le net d’autres avis que le mien pour voir si je n’étais pas le seul à être particulièrement charmé par ce qu’a créé ici la bande à Chritus. Résultat : les critiques sont unanimes, applaudissant l’effort que semble être ce longue-durée !

Il faut dire que Lord Vicar développe ici un talent particulier, l’appliquant à son doom metal hors du temps à chaque instant. Plus d’une heure de musique passéiste, dépourvue d’expérimentations, habitée uniquement par la force du genre qu’elle glorifie : on ne fait pas plus casse-gueule comme exercice – et difficilement plus délicieux quand il est bien mené. The Black Powder n’est rien de moins que soixante-dix minutes d’un doom offrant tout ce qu’il peut d’essence du style, austère, varié sans sortir du cadre, « soul » et fervent sur chaque morceau. Un régal !

Certes, on pourra rétorquer ici que c’est justement le pain béni de Lord Vicar, déclinant le long de sa discographie sa religion doom avec le minimum d’évolution. Cependant, The Black Powder le montre autant expert qu’emporté par sa foi comme on ne l’a pas entendu auparavant ! Commençant par l’ambitieux « Sulphur, Charcoal and Saltpetre » et ses dix-sept minutes, le groupe affiche directement son intention de s’affranchir de toutes limites afin de mieux toucher au cœur. Une décision judicieuse, tant la variété des sonorités – calme, lourdeur et groove se répondant continuellement lors de ce longue-durée – contrebalance la rigueur générale, quelques éléments forts permettant de suivre sans forcer les crapahutages des musiciens. Certainement, Chritus, sa voix, ses paroles aussi naïves que convaincantes dans leur cafard, est l’élément central à partir duquel se repérer en cas de perte mais impossible de passer sous silence les autres membres, chacun s’engageant totalement dans la démarche, à la manière de Kimi Kärki et ses riffs tutélaires, moelleux, enveloppants, comme des appels à les rejoindre, à s’élever, le doom comme réponse à tous les problèmes, chaque moment passé à confesse n’oubliant pas la fessée.

Cette dernière est d’ailleurs multiple ici, que ce soit lors de « Impact » et ses trois minutes secouant la cervelle pour mieux replonger que la magnifique « Nightmare », recueillie et mélancolique. Les exemples de moments étincelants ne manquent pas, un refrain (le fédérateur « World Encircled »), un démarrage (« Descent », renvoyant aussi bien à Reverend Bizarre qu’aux lévitations d’Opium Warlords, ou encore le bouton turbo appuyé sur « The Temple in the Bedrock ») nous envahissant l’esprit régulièrement, jusqu’à la conclusion « A Second Chance » aussi classique que classe, alliant inspirations progressives et élans combatifs, derniers sursauts contre la morosité. Le doom comme musique de vie, ses bas mais aussi ses combats.

Comme pour Gates of Flesh, difficile donc de trouver de quoi pinailler ici. Constant, intègre, si convaincu de son doom qu’il en devient convaincant, The Black Powder reste un album qui prend toute sa saveur lorsque l’on se sent ouvert à son discours archaïque. C’est qu’une fois l’obsession passée, les retours vers lui se font plus occasionnels, l’exigence dont il fait preuve ne s’acceptant que sous certaines conditions, à commencer par celle d’avoir envie de vivre, plus d’une heure durant, au ralenti, lové et ouvert à la fois, disponible entièrement à la cause de Lord Vicar. En somme, un album majeur de doom metal de cette année mais qui, par son intransigeance, ne s’adresse pas à tout le monde. Tant pis pour eux !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
22/06/2019 14:57
Un bel album et, en effet, une sorte de lueur dans la grisaille actuelle du doom trad'.

Parfaitement d'avis également que ce type d'album, au demeurant, n'est réservé qu'aux seuls puristes du style.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lord Vicar
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Lord Vicar
Lord Vicar
Doom Metal - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Sulphur, Charcoal and Saltpetre
02.   Descent
03.   World Encircled
04.   Levitation
05.   The Temple in the Bedrock
06.   Black Lines
07.   Impact
08.   Nightmare
09.   A Second Chance

Durée : 69 minutes 35 secondes

line up
parution
3 Mai 2019

voir aussi
Lord Vicar
Lord Vicar
Gates of Flesh

2016 - The Church Within Records
  

Essayez aussi
Type O Negative
Type O Negative
Dead Again

2007 - Steamhammer Records (SPV)
  
Windhand
Windhand
Grief's Infernal Flower

2015 - Relapse Records
  
Cross Vault
Cross Vault
The All-Consuming

2015 - Northern Silence Productions
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  
Cathedral
Cathedral
Forest of Equilibrium

1991 - Earache Records
  

Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique